Autres journaux :



mercredi 5 décembre 2018 à 12:04

« Le gouvernement ne prend pas en compte la colère sociale » (Politique)

L'analyse de la section PCF du Bassin minier






La section PCF du bassin minier nous prie d’insérer :

 

 

 « Le premier ministre vient d’annoncer 3 mesurettes pour répondre à la colère sociale. Nous sommes bien loin des revendications exprimées par les gilets jaunes. Bien loin également de celles portées depuis des années par le PCF. Moins d’impôts, moins de taxes, ne signifie pas moins de dépenses pour les services publics. Au contraire les gilets jaunes portent aussi dans leurs revendications le retour des services publics dans les quartiers, les villages et les villes qui les voient fermer les uns après les autres.

 

 Pour répondre à la colère sociale, le PCF demande bien entendu un moratoire sur les taxes carbones, l’augmentation de 200 euros net par mois du SMIC, l’ouverture de négociations salariales dans le public comme dans le privé, la revalorisation des pensions et des minima sociaux et l’allocation de moyens pour les services publics. Pour financer ces mesures cela nécessite entre autre, une plus grande justice fiscale avec le rétablissement de l’ISF, la remise en cause du CICE qui n’a pas permis la création d’emploi, la taxation immédiate des GAFA : Google, Apple, Facebook et Amazon.

 

  Ce sont les mesures que les communistes souhaitent défendre à l’Assemblée nationale en déposant une motion de censure.

 

Où va le Bassin minier ?

 

 

Fermeture de la SIAP (Société Industrielle Appareils à Pression) à Montceau-les-Mines: 44 salariés licenciés. KONECRANES (ex TEREX) de Saint-Vallier, un projet de suppression de postes de travail a été abandonné? Quel avenir pour le site? Fermeture du Service de chirurgie au Centre Hospitalier, quel avenir pour les urgences? Fermeture de Carrefour-contact à Saint Vallier. Fermeture de FORMOPAN à Blanzy, 36 licenciements…

 

 

Fin septembre 2017 le groupe Èolane annonçait la fermeture, dans les trois ans, des trois sites en France dont l’établissement situé à Montceau-les-Mines. Le 18 septembre dernier le Tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône déclarait  que la procédure d’information et de consultation des instances représentatives des salariés n’avait pas été respectée. Grâce à la mobilisation des personnels, avec le soutien des élus et de la population,  la direction d’Èolane vient d’annoncer l’abandon du projet de fermeture. Elle décide de retenir l’établissement de Montceau-les-Mines comme le 3e site de production de cartes en France.

 

 

Contre la politique antisociale du pouvoir « macronien », nous appelons nos concitoyennes et nos concitoyens, les forces de gauche, politiques, syndicales, associatives à agir ensemble en développant dans tout le pays des fronts de luttes et de progrès pour la France. Toutes les mobilisations portent en elles un avenir de progrès pour notre pays.

 

 

Chacune et chacun d’entre-nous peut agir pour faire grandir cette alternative.

 

Ensemble, construisons un nouveau progrès social pour la France! »

 

 

 

 

pcf 2911182

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




6 commentaires sur “« Le gouvernement ne prend pas en compte la colère sociale » (Politique)”

  1. chimel dit :

    slt,

    le PCF dénonce « ces prelevements depuis des années » .Le probleme c est que pendant ces memes années le PCF a contribué systématiquement a la victoire aux élections des candidats de gauche et a meme partipé a la plupart des gouvernements .

    bonne journée a vous

  2. zezette71 dit :

    Mais où étiez-vous donc ces dernières années ?
    Il est plus facile de se réveiller sous un gouvernement qui n’est pas vraiment de gauche ; d’ailleurs je constate que vous avez des idées que lorsque cela vous arrange.
    Il aurait peut-être été utile que vous vous réveilliez avant, nous n’aurions pas subi MAI 2012/MAI 2017 sans augmentation de retraite, à cette période cela ne vous a pas choqué ?
    L’augmentation des prix (essence, gaz, électricité, produits de la vie courante etc) n’est pourtant pas récente.

  3. Kikidilui dit :

    Pourquoi donc rétablir l’ISF…les gens riches sont comme vous,ils paient leurs impôts sur le revenu…et s’ils ont de l’argent c’est qu’ils l’ont gagnés..;et vous voulez les faire payer pour une foi de plus faire de l’assistanat tous azimut..et même donner une retraite à ceux qui n’ont jamais cotisé,alors que certains ont travaillé 40 ans pour 900€ de retraite…alors continuez de taper sur les riches et les entreprises,et vous verrez le taux de chômage gonfler comme jamais…parce qu’ils ne vont pas s’embêter ces gens là,ils vont s’installer ailleurs pour travailler convenablement,et faire de l’argent pour réinvestir et embaucher..chose impossible en FRANCE depuis 50 ans de gauche..!!

  4. Pascontent dit :

    Vous fachez pas.
    Un parti politique qui est mondialement ringard et désavoué ne peut que toussoter de ses états d’âme en souvenir des grandes heures du passé.
    Tout cela ne peut faire que PSCHITT………
    Ayons plutôt pitié de cette vieille classe en pleine agonie.

  5. copernic dit :

    Ne mélangeons pas tout. Il est vrai que le PCF (le F a beaucoup d’importance) a été à une certaine époque allié du PS et a été à chaque fois trahi par ce dernier. Ce sont souvent les plus honnêtes qui trinquent, ça a été le cas ici.
    Je ne pense pas non plus que le PCF ait eu besoin de se réveiller pour la bonne raison qu’il ne s’est jamais endormi une seule fois dans son combat quotidien contre l’injustice et la pauvreté. Il a toujours été présent, voire l’instigateur de la plupart des mouvements de révoltes concernant les licenciements, les retraites, et j’en passe.
    Où étiez-vous, chère Zézette quand le PCF était dans la rue ? Où étiez-vous quand le PCF est venu soutenir ceux qui ont été licenciés chez Michelin, à Alstom etc.
    Quant à Kikidilui, en effet, qui qui dit lui ?
    Manquer de culture politique à ce point est navrant, mais je peuxencore le comprendre, nos dirigeants ont tout fait pour ça. Par contre, ne pas se rendre compte que les pauvres s’appauvrissent et que les riches s’enrichissent de façon indécente à cause de la politique qui est menée actuellement c’est carrément être aveugle.
    Non, les entreprises ne réinvestissent plus dans la création de nouveaux emplois, c’est bien pour cette raison que le chômage augmente, elles préfèrent occuper les territoires étrangers, utiliser une main d’oeuvre bon marché et vendre de la camelote plutôt que payer décemment ses salariés et fabriquer de la qualité. Elles spéculent, enrichissent leurs actionnaires au mépris de ceux qui travaillent pour elles.
    Pourtant, sans travailleurs, pas d’entreprise (je parle ici des gros patrons, pas des petits artisans qui peinent, eux aussi, à survivre) et donc pas de patron qui s’engraisse sur leur dos. C’est ça la force du peuple, il faut bien finir par le comprendre, et c’est peut-être bien ce qui est en train de se passer avec ces manifestations.
    Depuis quand un homme vaut des millions de fois plus qu’un autre ? Ne comprenez vous pas que nous sommes tous égaux, qu’un homme vaut un homme et que le travail de chacun doit être rémunéré justement ? À une certaine époque, pas si lointaine que ça, un seul salaire suffisait pour faire vivre une famille de 4 personnes sans aides sociales, aujourd’hui, deux salaires ne suffisent plus. Où va donc l’argent qui pourrait permettre d’augmenter le pouvoir d’achat de chacun ? Qui décide de l’augmentation des prix ?
    Alors oui, monsieur Pascontent, le PCF a peut-être un petit côté désuet, mais lui, au moins, n’a jamais trahi personne. Ne confondons pas le PCF et certains partis qui se disent communistes, le PCF n’a rien à voir avec eux. Moi, le PCF, je l’aime bien, car c’est le seul parti en France qui a toujours chercher à garantir les acquis sociaux, et si vous n’avez pas peur d’être mangé par un vilain communiste, je vous engage à aller voir ce petit documentaire : https://www.filmsdocumentaires.com/films/5449-la-sociale?gclid=CjwKCAiA9K3gBRA4EiwACEhFeynSxL_cX3Z2Jf9yxFr9I1W8Vh-vL1Qp4dyLSmo-FALTja1WxohGihoC2r4QAvD_BwE

    • Marcuse dit :

      Je vous approuve totalement Copernic.
      Vous avez raison sur le manque de culture politique. On pourrait élargir à la culture en général.

      On nous fait croire qu’il n’y a plus d’argent, alors que les moyens de production se sont largement améliorés, alors que la pression sur les salariées et en croissante augmentation…
      Par conséquent, on peut avoir la certitude que la productivité a très largement augmenté alors que les conditions de vie de la plupart des français s’est dégradée.
      Où peut bien passer la différence ? C’est la question que vous posez « Où va l’argent qui permettrait d’augmenter le pouvoir d’achat (Je n’aime pas cette expression car pour la plupart d’entre nous, il ne s’agit pas d’un pouvoir, mais d’un besoin vital). Je vais donc vous expliquer comment cet argent semble avoir disparu et pourquoi on essaie de nous faire croire qu’il n’y a pas de solution.

      Lorsque j’étais jeune, dans les années 60, les actionnaires des entreprises prélevaient 2 à 3 % de leur capital sur les bénéfices, parfois 4 à 5 % lorsqu’il y avait un risque économique. Aujourd’hui, les actionnaires prélèvent 8 à 10 % et font peser le risque sur les salariés en limitant les salaires, en licenciant, etc. c’est ce qui explique l’augmentation du chômage, la misère croissante qui en résulte…

      Voilà où va cet argent, voilà pourquoi seulement 1% de la population mondiale la plus riche possède autant de richesses que 50 % de la population mondiale la plus pauvre, alors que ces richesses sont justement produites par les plus pauvres, parfois même par des enfants.
      Mais pour savoir cela, il faut lire, écouter, comprendre les gens de gauche, la vraie gauche, celle je crois dont nous faisons partie tous les deux.

      J’ajoute une petite note toute personnelle.
      Très récemment, en tant que nouveau résident de Montceau, je suis allé m’inscrire sur les listes électorales. Lorsque je suis arrivé devant l’hôtel de ville comme j’aime apprécier l’architecture des édifices, j’ai lu sur le fronton de la mairie les mots « Liberté, égalité, fraternité ». J’ai détourné mon regard et je me suis demandé ce qu’étaient devenues les belles idées du siècle des Lumières.

      Je suis ravi de voir que comme moi vous avez apprécié ce remarquable film sur notre « Sécu » et sur l’action de la gauche française et de ses militants dévoués à une cause juste. Vous avez eu encore raison de rappeler l’importance des luttes et conquêtes sociales comme les congés payés ou le droit de vote des femmes et cet épisode de notre histoire qui conduit au pouvoir ce Front qui bien que national fut nommé Front Populaire.

      Je m’interromps pour ne pas donner raison à ceux qui prétendent que je suis bavard.