Autres journaux :



vendredi 28 janvier 2011 à 09:36

Collectif pour la défense des hôpitaux Montceau – Creusot

Un "coup de gueule" pour recadrer les choses !



Des commentaires les qualifiant de « groupuscule au président autoproclamé » ont un peu « énervé » les membres du Collectif pour la défense des deux centres hospitaliers Montceau-les-Mines – Le Creusot :; membres qui ont tenu une conférence de presse pour recadrer les choses.




« Dès la fin des années 90, nous étions déjà constitués en association : celle des Usagers des Hôpitaux de Montceau (Jean Bouveri et Saint-Exupéry à l’époque) mais, lorsque nous avons décidé d’étendre notre action à la défense de l’Hôtel-Dieu du Creusot et que nous avons intégré des personnalités venant de différents horizons, nous sommes redevenus un collectif. Mais toujours en association Loi 1901 avec assemblée générale et vote des adhérents… » Rajoutons encore que M. Gagnard était membre du conseil d’administration du C.H. Jean-Bouveri de 1995 à 2001 !


Des adhérents qui étaient au nombre de 86 l’an dernier et déjà 71 (dont 6 nouvelles adhésions) en 2011 alors que la campagne de ré-adhésion vient à peine de s’ouvrir insistent les responsables du collectif qui ne comprennent pas « ou trop » l’ostracisme dont ils sont victimes de la part des élus et de l’intersyndicale.Incompréhension d’autant plus grande que certains des adhérents appartiennent à des organisations qui sont membres de l’intersyndicale à qui les responsables refusent de communiquer quelque élément que ce soit !


Et Maurice Gagnard, son président, ou Michel Prieur, son secrétaire, de préciser que le collectif est adhérent de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité. Coordination que vous pourrez retrouver sur Internet en allant sur le site : coodination-nationale.org


Association indépendante, le collectif veut bien croire au projet d’hôpital neuf unique, se battre pour l’obtenir même mais entend, en attendant, contribuer à sauver l’hôpital public et une offre soins de qualité sur le territoire de la communauté urbaine.


Si vous voulez adhérer au collectif :


Maurice Gagnard, 31 rue du Bois Martin à Montceau-les-Mines.


Tél. : 03 85 57.81 60.





Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




18 commentaires sur “Collectif pour la défense des hôpitaux Montceau – Creusot”

  1. parabellum dit :

    Ce groupe se plaint d’être mis à l’écart des consultations, il y a certainement une raison; certes M. Gagnard se « bat » pour les hôpitaux de la CCM , mais il oublie de dire qu’il a été conseiller régional, qu’il a été membre du conseil d’administration de l’hôpital J..Bouveri en tant que conseiller municipal communiste de Montceau-les-MInes et que pendant tout ce temps on ne l’a pas vraiment entendu en ce qui concernait les difficultés de l’hôpital!!

  2. admin dit :

    Désolé parabellum mais lorsque j’étais chef de centre communautaire et chef d’agence de Montceau du quotidien départemental, M. Gagnard était venu me voir à mon bureau. C’était en 1995 et déjà à l’époque (ce devait être à l’occasion de la sortie du SROS 1 : Schéma Régional d’Orientation Sanitaire) et il cherchait déjà à mobiliser la population contre ce qui allait se produire. Ce qu’il annonçait et que l’on voit arriver aujourd’hui ! Pour mémoire, c’était quelques mois après la manifestation pour défendre les « Urgences » de Montceau qui avait réuni environ 5 000 personnes et au premier rang de laquelle on trouvait côte à côte : le Dr Thomas, maire de Montceau, et Didier Mathus, député, qui, eux aussi voyaient venir le danger !

    Pascal BERTHIER

  3. copernic dit :

    Rendons à César ce qui lui appartient. Si il y a bien une chose qu’on ne peut pas reprocher à Mr Gagnard, c’est bien son implication dans la défense des hôpitaux (depuis 20 ans il alerte la population!) Que ceux qui ont fait la sourde oreille ne viennent pas se plaindre. Bientôt on pourra comptabiliser les morts par « négligence » ou « éloignement » (nouvelles catégories de défunts dues aux gouvernements divers et variés qui veulent privatiser les soins…)
    Que Parabellum prenne son bâton de pèlerin et rejoigne ceux qui combattent, ainsi il pourra s’exprimer en toute conscience … et connaissance de cause.
    Que dire par contre des élus et du maire récent ex-administarteur de l’hôpital ?? Hummm?? (finalement je laisse la faute, c’est pas si mal, Ah ! l’inconscient c’est fou !!!)

  4. parabellum dit :

    je présente mes plus larges excuses a M.Gagnard , la mémoire m’a fait défaut , mais je ne manquerai pas de chercher dans les archives du JSL les photos de cette manifestation.

  5. Laurent dit :

    bonjour
    M Gagnard a été exclu en tant que conseiller municipal de l’administration de l’hôpital car « il mettait son nez partout ». Je me suis occupé pour au moins deux grandes réunions autour de l’hôpital d’inviter tous les élus locaux. Vert, PS, UMP, FN seul le PC est venu. Même pas l’élu municipal de Montceau chargé de l’hôpital. Aucun élu de Saint Vallier etc. Alors que dire?

  6. Figueras dit :

    Tiens ? Voila que l’association que je soutiens « veut bien croire au projet d’hôpital neuf unique » ? J’ai du manquer un épisode.

    Du coté réalités, il n’a échappé à personne que la CUCM et le Grand Chalon se sont « pacsés » et que de ce fait ils ont un bébé en commun, l’hôpital neuf de Chalon qui coute plus cher chaque jour..Et comme y’a très peu de sous, hé bien ma foi,c’est pour lui…

    Qui a dit qu’il sera donné à ceux qui possèdent déjà ??

  7. Daniel Z dit :

    Si nous considérons que Chalon « a construit » son nouvel hôpital…. et que dès le départ il est en déficit, ne faudrait-il pas chercher les raisons de la crise ailleurs ?

    Cordialement

  8. cmsv dit :

    Il serait utile que Laurent précise les réunions qu’il a tenté d’organiser car les lecteurs ont très certainement oublié.

    La mission d’appui est en place depuis 10 jours à Galuzot , attendons de voir l’orientation qui sera prise.

    D’accord ou pas avec les actions de Maurice GAGNARD, reconnaissons lui son opiniâtreté dans cette affaire sanitaire locale , saluons également l’équipe qui l’entoure , Michel , Nicole et les autres.

    Une échéance importante est attendue dés lundi , la suite du dépôt de bilan de l’Hôtel-Dieu du Creusot aura forcément un impact sur le bassin minier.

  9. peluche dit :

    On pardonnera à l’association de monsieur Gagnard d’être politisée si elle renonce à s’opposer systématiquement au changement, à l’évolution, et à la recherche d’une solution.
    Objectivement 18 mois ont déjà été perdus par les tergiversations de nos hommes politiques (malheureusement soutenus par l’association des usagers des hôpitaux), puis 18 nouveaux mois par une réorganisation improvisée qui a fait la preuve de son inefficacité, résultat : 3 ans de perdus en vain puisque nous continuons à faire un million d’euros de déficit par mois.
    Et si la solution, qui pourrait obtenir l’adhésion d’une majorité, quelque soit le bord politique, dans l’intérêt général, était la défense d’un hôpital communautaire sur Montceau ?
    Considérant que l’hôpital actuel de Montceau peut accueillir tous les services de médecine (300 lits, y compris le service de diabétologie…), que le bâtiment principal est récent et fonctionnel (pas de gâchis) que les vieux services sont en train d’être refaits (600 000 euros de travaux), que les blocs opératoires pourraient être remis aux normes avec un minimum de dépenses (400 000 euros, alors qu’il faudrait 4 millions d’euros pour remettre aux normes les blocs du Creusot), que l’hôpital de Montceau a un laboratoire performant, un service d’urgences extensible…il suffirait de construire, en liaison avec l’hôpital actuel, une structure d’accueil pour les 150 lits de chirurgie : 30 lits de maternité pédiatrie, 30 lits d’orthopédie, 60 lits de chirurgie viscérale, 20 lits d’urologie, 10 lits de soins intensifs. Le scanner du Creusot et l’IRM de Coriolis seraient rapatriés…. Coût: 20 millions d’euros contre 200 millions d’euros pour un hôpital neuf communautaire que nous risquons de ne jamais voir sortir de terre. A comparer aussi au million d’euros de déficit mensuel que nous pourrions alors effacer.
    Nous aurions alors une structure hospitalière communautaire économique, efficace, logique, fonctionnelle, dynamique qui répondrait aux besoins des patients de la CUCM, pouvant aussi attirer de nouveaux médecins. A titre documentaire, l’activité de l’hôpital de Paray a cru de 30% depuis l’ouverture du nouvel hôpital.
    Question primordiale: est-ce acceptable par nos amis Creusotins ? Ils sont en dépôt de bilan et tous les emplois seraient préservés. Seraient maintenus au Creusot 120 lits de moyen séjour, seraient créés des services de rééducation fonctionnelle et cardiaque, seraient installées des consultations dans toutes les spécialités, et proposé un service d’urgences de jour de 7h à 22h.
    Nous faisons partie d’une même communauté urbaine et si se trouvent maintenant au Creusot le siège de la communauté urbaine, le tribunal, les impôts, la sécurité sociale, les activités industrielles, serait-il aberrant que l’hôpital communautaire soit sur le site de Montceau?

  10. fredo dit :

    A peluche :

    Il n’y a pas de déficit… il n’y a que des politiciens qui préfèrent gaspiller notre argent, ou celui de nos impôts…
    Si, par exemple, nous ramenions nos militaires de l’Afghanistan, combien d’hôpitaux français sauverait-on du dépôt de bilan ??

    Si nos dirigeants n’avaient pas que des visions comptables, s’ils pensaient un peu plus au « mieux vivre » de leur concitoyens ??

    De l’argent, il y en a … mais pas pour notre santé ??

    Idem pour l’éducation, la justice, etc…idem pour TOUS les services publics…

    A quoi cela sert de payer des impôts s’ils ne servent plus à cela ??

  11. cmsv dit :

    Peluche apporte du concret , d’où détient-il ces informations pour être aussi précis ?

    Membre directionnel ou médical certainement ?

    Que ces propos soient entendus, puis partagés pour être admis par ce bassin de population!

    Il reste encore beaucoup de chemin à faire car il manque encore l’essentiel.

  12. Gagnard dit :

    Je réponds à Peluche par des questions.
    1- Pourquoi n’y avait-il pas de déficits dans les hôpitaux publics jusqu’en 1982 et qu’ils ont tous commencé à devenir déficitaires à partir de 1984, y compris maintenant une grande partie de nos CHU en France?
    2- Que s’est-il donc passé en 1983 sous le Ministère Beregovoy ?
    3- Quel rôle joue la Tarification A l’Activité (T2A)dans le financement des hôpitaux public et des cliniques ?
    Et bien nous allons tenter de faire l’éclairage sur toutes ces questions là dans un petit 4 pages en préparation que nous allons, nous du Collectif de Défense des 2 CH, diffuser à des milliers d’exemplaires dans nos deux bassins d’emploi Montceau-Le Creusot.
    Maurice Gagnard, ex administrateur du CMC St Exupéry sis à la 9ème écluse et ensuite à Galuzot de 1995 à 2001, puis de 1998 à 2001 au SIH du CH. Et ensuite quelques mois en 2009 au titre de représentant de la vie sociale de l’EHPAD.

  13. Emiland dit :

    Emiland dit :

    On pardonnera à Peluche ses contre-vérités dues certainement à un mauvais suivi de la vie de notre cité. J’ai donc l’opportunité, avant de répondre sur le fond, de lui apporter (et sans doute à bien d’autres) les précisions suivantes.
    L’association des usagers des hôpitaux créée à l’initiative de Maurice Gagnard n’existe plus ! Elle s’est élargie en « Collectif de Défense des deux CH Montceau le Creusot ». C’est dans le cadre de cet élargissement que j’ai adhéré au collectif . Celui-ci n’est pas l’association de Maurice Gagnard. Il n’est pas politisé et agit dans le cadre de ses statuts et singulièrement de l’article 3 qui stipule :  » L’Association est indépendante et se refuse à toute inféodation à un mouvement philosophique, religieux ou politique. Elle garantit par la même le respect des convictions de ses membres ». Il regroupe tous ceux et celles :
    • qui considèrent que l’expression de la citoyenneté ne s’arrête pas à la sortie de l’isoloir,
    • qui veulent participer au débat citoyen et démocratique sur les problèmes de société, en l’occurrence sur le devenir de l’hôpital public de proximité.
    Contrairement à ce que vous affirmez le Collectif n’a jamais soutenu nos hommes politiques locaux. Eux ont installé le GCS alors que nous étions contre, persuadés qu’il n’améliorerait pas la situation financière de nos deux CH, ni et surtout l’offre de soins de proximité. Ce GCS « miracle » a conduit au dépôt de bilan de l’hôtel dieu et à la mise sous tutelle du SIH de Montceau.
    Nous voulons participer à la vie de la cité et en ce sens notre action est politique au sens étymologique du terme, au sens grec du terme (polis=cité). Je n’adhère à aucun parti « politique » mais j’entends, dans la mesure de mes moyens, agir pour l’organisation de ma cité, pour prendre part à la politique de ma cité.
    Depuis toujours, sans succès mais nous ne renonçons pas, le Collectif tente de réunir tous les acteurs pour instaurer un véritable débat démocratique sur le problème de l’hôpital. Qu’attendez-vous pour enlever votre peluche et avancer à visage découvert ? Car vous semblez avoir des informations que seul peut détenir un membre de la communauté hospitalière. Et il serait bien qu’elles soient confirmées ou infirmées !
    Peut-être même pourriez-vous nous parler des préconisations du rapport Métais qui reste top-secret par la volonté des politiques de tout bord.
    Contrairement à ce que vous affirmez le Collectif ne s’oppose pas systématiquement au changement dès lors que celui-ci va dans le sens de la satisfaction des patients, répond à leurs besoins.
    La tutelle du SIH travaille dans l’ombre, ses travaux tenus secrets. En tout cas j’espère que monsieur Métais prendra connaissance de votre réflexion parue dans Montceau-News. Si vos chiffres sont exacts, monsieur Métais, représentant du ministre de la santé, jugera-t-il aberrant d’installer le nouvel hôpital communautaire sur le site de Montceau ? J’attends avec anxiété sa réponse.

  14. gilbert71 dit :

    M. Gagnard avec son collectifs est bien seul car les élus (pourtant amis en périodes d’élections) et syndicats se rendent compte que c’est simplement une association politique (PCF) qui n’a pas la volonté de défendre les hôpitaux mais uniquement pour survivre dans le bassin minier . Son dernier fond de commerce prend l’eau .

  15. Emiland dit :

    Gilbert71 raconte n’importe quoi. le collectif n’est pas une association du PCF. qu’il relise ma réponse à Peluche. une telle réaction fait pitié!

  16. gilbert71 dit :

    c est pas n’importe quoi les membres du collectif (presque tous) ont l’étiquette PCF, il ne faut pas le nier. Moi je parle de la direction du collectif. C’est tout

  17. Figueras dit :

    Un éducateur spécialisé rompu à la dialectique des termes statut,rôle, fonction m’a fait remarquer que le statut c’est la règle, la fonction c’est ce qui se fait ou est attendu des membres du même groupe selon son niveau de responsabilité, mais que le rôle des acteurs déjoue souvent la règle car ils sont souvent porteurs de plusieurs rôles (par exemple mère de famille et militante politique..).. Dans cette acception, même le déviant par rapport à la règle, occupe un rôle admis par les autres.

    Par ailleurs, sans être plus « pinaillou » que la moyenne, et puisque toute précision publique tarde à venir quant à la lettre du compte rendu journalistique de la réunion de » recadrage », il m’apparait plus convenable d’énoncer que un collectif PEUT être organisé en association loi 1901 ce qui en fait une personne morale et non » nous sommes redevenus un collectif mais toujours en association 1901″..

    Voilou..A bientôt

  18. Emiland dit :

    Gilbert71 c’est pas n’importe quoi c’est Idée fixe !!! pour lui et tous les lecteurs je précise que le Conseil d’Administration comprend 15 membres dont 4 communistes ; le bureau n’en compte qu’un Maurice Gagnard! comme on peut le voir les membres du PCF sont majoritaires dans les instances du Collectif!
    Et les décisions, je le rappelle une nouvelle fois, sont prises collectivement, démocratiquement. Nos réunions sont publiques et j’invite Gilbert à y participer et venir donner son point de vue en toute liberté : le débat démocratique exige le respect de toutes les opinions et c’est notre crédo.!