Autres journaux :


jeudi 2 juillet 2015 à 06:44

Fiche santé

Comment se protéger du soleil cet été ?



 

 

 

 Comment se protéger du soleil cet été ?

 

 

 

Les vacances d’été arrivant à grands pas, nous avons pensé à tous ceux et à toutes celles qui se mettront au soleil, que ce soit dans notre belle Bourgogne, à la montagne ou au bord de la mer.

 

 

 

Ainsi, nous sommes allés à la rencontre d’un pharmacien, pour bien savoir comment nous protéger du soleil.

En effet, devant les publicités prônant les merveilles de telles crèmes et la protection UV de-ci delà… on ne s’y retrouve pas.

 

Mais au fait, que sont les UV ?

 

On parle d’UV pour Ultraviolet, ce qui définit un rayonnement lumineux. Comme nous l’a rappelé le pharmacien rencontré, il existe trois types d’UV : les UVA, les UVB et les UVC. Les UVC, on en parle peu, tout simplement car ils sont arrêtés par l’atmosphère.

 

Les UVA sont, quant à eux, responsables du bronzage immédiat et du vieillissement de la peau. Ils pénètrent en profondeur.

Les UVB sont à l’origine de l’apparition des coups de soleil et des cancers de la peau notamment. Ils vont moins en profondeur dans la peau, mais sont plus énergétiques.

 

S’exposer au soleil, c’est exposer sa peau à un rayonnement qui casse les cellules et provoque une oxydation, laquelle provoque un vieillissement.

 

Toutefois, notre pharmacien nuance ses propos en rappelant que les UV sont nécessaires à notre santé, notamment car ils nous permettent de produire de la vitamine D, très utile pour se remettre des grands coups de fatigue.

Finalement, la prise de soleil doit être raisonnée, car son abus est néfaste pour notre corps. En peu de temps, nous obtenons la dose nécessaire à notre équilibre. La dose de soleil nécessaire à notre organisme est donc très faible.

 

Pour toutes ces raisons, il est indispensable de se protéger.

 

Par ailleurs, le soleil est bénéfique pour certaines pathologies de la peau telles que le psoriasis et l’eczéma.

Dernière précision concernant les UV : ceux-ci ne chauffent pas. Ce sont les infra-rouges qui chauffent.

De plus, lorsqu’il fait mauvais, les UV passent aussi à travers les nuages, mais pas les infra-rouges.

 

Comment se protéger du soleil ?

 

Suivant les conseils de notre pharmacien, plusieurs possibilités s’offrent à nous pour nous protéger du soleil. D’abord, on peut bien sûr décider de ne pas s’exposer. Ensuite, si l’on décide de s’exposer, il faut surtout éviter la plage horaire de 12h à 16h, moment où le soleil est le plus haut dans le ciel et où non seulement nous sommes plus exposés à des risques de coups de soleil mais aussi à des risques de déshydratation plus importants.

 

Surtout, on n’expose pas les bébés, car ils n’ont pas de protection solaire contrairement à nous. Même avec un écran solaire, bébé reste à l’abri.

 

Les vêtements peuvent nous protéger. Attention, seuls certains tissus sont spécialement conçus pour nous protéger du soleil.

On se protège également les yeux (y compris les enfants) avec des lunettes de soleil. Comme pour les crèmes solaires, les lunettes de soleil proposent des indices de protection. Notre pharmacien préconise l’indice 3 pour les adultes et l’indice 4 pour les enfants.

En France, il est interdit de porter des lunettes de soleil d’indice 4 en conduisant. En revanche, si vous partez en montagne, de telles lunettes vous sont indispensables.

 

Dernier élément pour se protéger du soleil : les crèmes solaires !

 

C’est là que notre affaire semble se corser : il existe des sticks, des huiles, des sprays, des émulsions et du lait.

 

Alors comment choisit-on sa crème solaire ?

 

Le choix d’une crème solaire repose sur plusieurs éléments : la connaissance de son phototype et savoir comment on va s’exposer.

 

L’indice d’une crème solaire correspond au temps supplémentaire nécessaire pour avoir un érythème (coup de soleil), par rapport à une exposition sans produit de protection solaire.

Chaque produit est testé en laboratoire dans des conditions bien précises.

 

Attention, car l’indice que vous trouvez sur les emballages concerne la protection contre les UVB. Toutefois, la crème protège également contre les UVA. En général, l’indice de protection UVA correspond aux deux tiers de l’indice de protection pour les UVB. Parfois on peut même trouver des crèmes ayant un indice de protection contre les UVA plus important que contre les UVB.

 

Mais revenons à notre protection solaire.

Comme nous l’explique notre pharmacien, il existe trois filtres nous protégeant.

 

Le premier, ce sont nos antioxydants : vitamines C et E et la mélanine. La mélanine, pigment cutané, va faire un écran physique.

 

Le deuxième filtre est artificiel, composé de minéraux. Il va servir d’écran. Composé de dioxyde de titane ou d’oxyde de zinc, il reste en surface de la peau.

Ces deux poudres, qu’on connaît bien, ne posent pas de soucis pour les humains. On s’en sert ainsi dans des crèmes.

Toutefois le dioxyde de carbone devrait être prochainement interdit dans les produits.

 

Avec cette catégorie de filtre, le produit reste en surface de la peau. Ainsi, il n’y a aucune allergie. Inconvénients : cela fait blanc sur la peau et il est difficile de bronzer avec.

 

Le troisième filtre existant est un filtre chimique organique. Son avantage est qu’il s’étale mieux et ne laisse pas de trace blanche. Il peut durer plus longtemps car il passe dans la peau. Inconvénient : des intolérances sont possibles même si elles sont de plus en plus rares.

 

Comment choisir entre ces différentes formules ?

 

En fait, il existe actuellement sur le marché des crèmes, de plus en plus de produits conjuguant les qualités des filtres organiques et des filtres minéraux. On peut aussi trouver des crèmes 100 % organiques.

 

Une fois cette connaissance acquise, il faut prendre conscience qu’il existe plusieurs « véhicules » pour appliquer ces produits : stick, crème, émulsion (plus liquide que la crème), lait, spray et huile.

A dose équivalente, l’indice de protection est le même.

 

Donc le choix du véhicule se fait en fonction de la partie du corps sur laquelle on va appliquer notre produit de protection solaire. On privilégiera ainsi l’utilisation d’un lait ou d’un spray sur le corps. Le stick est très pratique à utiliser sur une cicatrice, le nez, les oreilles, les lèvres, autour des yeux… bref toutes les petites zones.

Privilégiez la crème pour le visage, car elle est suffisamment épaisse et ne coulera pas après la première baignade.

 

Et les indices dans tout cela ?

 

Pour bien choisir l’indice de son produit, il faut se connaître. Toutefois, suivant les conseils de notre pharmacien, les produits portant les indices 30 et 50 sont les plus efficaces.

« On arrête entre 90 et 98 % des UV dans la durée d’utilisation » selon notre pharmacien.

 

Bien sûr, le choix de l’UV est fonction de son phototype et de la durée d’exposition.

 

Aussi si l’on a un doute, il est important de demander conseil à un pharmacien, qui saura identifier votre phototype et vous indiquer le produit adéquat.

 

Au-delà de 50, on ne donne pas d’indice, car cela ne sert à rien.

Et lorsqu’on parle d’écran total, c’est un abus de langage. Cela correspond à l’indice 50, car le produit bloque la majorité des UV.

 

Comment utiliser les produits de protection solaire ?

 

On étale son produit sur la peau. S’il s’agit d’un filtre chimique, l’étaler 20 à 30 min avant l’exposition, afin que la peau puisse l’absorber.

 

Très important : il faut en remettre toutes les deux heures maximum, sauf si on a fait des activités telles que la baignade, jouer dans le sable… C’est-à-dire des activités qui enlèvent le produit de protection solaire. Pour les enfants, il faut donc en appliquer bien plus souvent.

 

De préférence exposez-vous de 10h à 12h et de 16h à 18h.

 

Vous pouvez également trouver sur le marché français une nouvelle formulation de crème pouvant agir jusqu’à huit heures.

Sur le marché français depuis peu, il s’agit d’un produit de marque suisse, beaucoup utilisé dans les pays africains et en Australie. Une utilisation unique par jour peut suffire avec ce produit.

 

A quoi servent les gélules ?

 

Comme nous le rappelle notre pharmacien : « une préparation avec les gélules ne protège pas ».

Elle prépare les personnes qui font des réactions très fortes au soleil. Cela prépare à une meilleure acceptation.

Mais ce type de produit ne permet pas de rester plus longtemps au soleil.

 

Et l’après-solaire, à quoi sert-il ?

 

Ce produit travaille sur l’hydratation de la peau, mais ne protège pas. Certains peuvent en avoir besoin, car leur peau tire. Mais ce type de produits ne réduit pas les méfaits des UV.

 

Et la biafine ?

 

Produit extrêmement connu et ancien sur le marché des médicaments, ce produit est utilisé en cas de brûlure. C’est le médicament de choix. Toutefois, comme nous l’indique notre pharmacien, ce n’est pas forcément le plus efficace en cas de brûlure.

 

Pour résumer

 

Pour bien se protéger du soleil, il faut donc choisir une protection solaire en fonction de son phototype, de son activité et de là où on l’applique. Il faut savoir l’appliquer.

 

Pensez à vous hydrater, car au soleil on prend vite chaud. Privilégiez l’eau pour votre hydratation.

En effet, l’alcool déshydrate. Et les boissons sucrées appellent de l’eau après.

 

Prochaine fiche santé dans 15 jours. D’ici là, prenez le soleil avec modération et prenez bien soin de vous !

 

Émilie Mondoloni

 

 

 

 

soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer