Autres journaux :



lundi 10 octobre 2016 à 05:22

Fiche santé : Journée nationale des Dys, ce lundi 10 octobre 2016

Les Dys ? De quoi parle-t-on ?




La journée du Lundi 10 octobre est la journée nationale des Dys. Une occasion d’en savoir davantage sur ces troubles. Au cours de cette journée le SDOSEL (syndicat des orthophonistes de Saône et Loire) a préparé et organisé une journée, durant laquelle « le public » pourra appeler un numéro unique (03.85.57.76.94) pour obtenir des renseignements concernant ces pathologies auprès d’orthophonistes (plusieurs praticiens de notre département en permanence pourront répondre de 8 heures à 20 heures).

 

 

 

Les Dys ? De quoi parle-t-on ?

 

 

On en parle de plus en plus. Professionnels, pouvoirs publics, associations, reconnaissent aujourd’hui de plus en plus la spécificité des troubles du langage et des apprentissages. Car c’est de cela dont il s’agit !

 

 

L’expression « troubles spécifiques du langage et des apprentissages » regroupe les troubles en DYS, c’est-à-dire : dyslexie, dyspraxie, dysphasie, ainsi que certaines manifestations induites de ces troubles comme la dyscalculie, la dysgraphie ou la dysorthographie. Les troubles de l’attention font aussi partie de cet ensemble.

 

 

 

Ces troubles en DYS sont durables et constituent une déficience, en particulier chez l’enfant pour ses accès à l’éducation. Et pour certains adultes, des troubles persistants constituent un désavantage et nécessitent une prise en charge adaptée (adaptation du travail, travail avec des outils spécifiques).

 

 

 

Qu’est ce qu’un trouble cognitif ?

 

 

 

Afin de mieux comprendre ce que sont les Dys, nous devons mieux comprendre la notion de trouble cognitif.

 

 

 

Les fonctions cognitives représentent tous les processus mentaux par lesquels l’être humain acquiert l’information, la traite, la manipule, la communique et s’en sert pour produire des actions. Les troubles cognitifs englobent tous les dysfonctionnements des fonctions cognitives. Ils peuvent être globaux (déficience intellectuelle) ou spécifiques à une fonction cognitive particulière, comme le langage, l’attention, le geste ou le calcul.

 

 

 

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages sont des troubles cognitifs spécifiques, affectant le développement de l’enfant. Il s’agit donc de dysfonctionnements isolés d’une fonction cognitive, sans déficience intellectuelle globale. Ils existent chez l’enfant et affectent son développement ou peuvent être acquis pendant les périodes d’apprentissage (DYS par exemple).

 

 

 

Pour le dire autrement, un Dys est dans la majorité des cas aussi intelligent que n’importe quel enfant. C’est son mode d’apprentissage et sa structure cognitive qui diffère des autres personnes.

 

 

 

Aussi pour pouvoir s’adapter à ce monde, un Dys doit apprendre à mobiliser des stratégies d’apprentissage spécifiques que les orthophonistes les aident à acquérir.

 

 

 

 

 

La dyslexie

 

 

 

Trouble de plus en plus connu, la dyslexie est un trouble d’apprentissage spécifique, durable, du langage écrit.

 

 

Le symptôme principal est un déficit de la conscience phonologique qui se manifeste par une difficulté à manipuler les sons qui composent les mots. La dyslexie se caractérise par des difficultés pour lire de façon correcte et fluide, pour décoder un texte et pour orthographier.

 

 

Elle peut être à l’origine d’une mauvaise compréhension en lecture (avec retentissement sur l’acquisition du vocabulaire et des savoirs académiques). La sévérité, l’intensité et l’expression du trouble varient selon les individus dont l’intelligence est préservée.

 

 

La Dysphasie, trouble du langage oral

 

 

 

La dysphasie, quant à elle, est un trouble structurel, inné et durable de l’apprentissage et du développement du langage oral. La dysphasie peut être plus ou moins sévère et se présenter sous des formes diverses : paroles indistinctes, troubles de la syntaxe, expressions par mots isolés, discours plus ou moins construit, manque du mot, compréhension partielle du langage orale etc.

 

 

 

La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste

 

 

Une praxie, c’est un geste qui a été appris, c’est-à-dire le résultat d’une coordination motrice volontaire, non spontanée, comme par exemple l’écriture.

 

 

Une fois le processus acquis, ce geste et cette tâche semblent définitivement spontanés : ils sont en fait devenus automatiques. La dyspraxie constitue le trouble qui entrave la coordination et la planification des gestes. Le dyspraxique (la personne atteinte de dyspraxie) n’acquiert que difficilement ces automatismes. D’une certaine manière, c’est comme s’il devait les réapprendre sans cesse.

 

 

Par ailleurs, les troubles DYS sont rarement isolés et il n’est pas rare que plusieurs d’entre eux cohabitent chez la même personne. C’est ainsi, par exemple que les personnes dysphasiques sont souvent dyslexiques. Et les dyslexiques ont une part de dyspraxie, etc.

 

 

Diagnostic et traitement

 

 

 

Plus les troubles sont décelés tôt chez l’enfant, plus la prise en charge de celui-ci peut être faite. Toutefois, l’orthophoniste que nous avons rencontré nous a conseillé d’être prudents et de tenir compte du rythme de développement individuel de l’enfant. Nous avons en effet trop tendance à vouloir inscrire nos enfants dans une moyenne alors que chacun est unique.

 

 

 

Par ailleurs, il s’agit d’attendre les premières périodes d’apprentissage en cours de scolarisation de l’enfant afin de pouvoir se prononcer.

 

 

Pour le dire autrement, un premier diagnostic peut être envisagé à partir de la fin du CP, début CE1, en cas de doutes.

 

 

En outre, quel que soit l’âge de l’enfant, il est toujours temps de consulter son médecin et un spécialiste, tel l’orthophoniste.

 

 

Pour envisager une orientation scolaire adaptée, pour attribuer une allocation ou la prestation de compensation du handicap, il est indispensable de connaître précisément le diagnostic et pour cela il est nécessaire de réaliser un bilan pluridisciplinaire qui permettra de cerner la nature et l’ampleur du (ou des) trouble(s).

 

 

 

Pour ce bilan on pourra consulter les professionnels suivants :

 

 

• médecin, le plus souvent neuro-pédiatre, ou pédo-psychiatre,

• orthophoniste en particulier en cas de trouble du langage oral ou écrit.

• psychologue clinicien ou neuropsychologue ;

• psychomotricien, ergothérapeute en particulier pour la dyspraxie.

• l’instituteur avec l’équipe pédagogique qui connaît bien l’enfant évalueront les difficultés liées aux apprentissages.

 

 

 

Les traitements quant à eux consistent en une prise en charge différenciée en fonction de chaque dyslexie. En fonction des diagnostics, on oriente les types de soins. On peut ainsi envisager de travailler avec des orthoptistes ou des ergothérapeutes dans certains cas.

 

 

 

Les traitements ne sont donc pas médicamenteux. Il s’agit de pratiquer des exercices et d’aider la personne atteinte de Dys à développer des stratégies dans un monde qui n’est pas fait pour eux.

 

 

 

Ces stratégies doivent leur permettre de pallier leur(s) handicap(s) en partie et leur rendre la vie plus facile.

 

 

Ces thérapies permettent des résultats d’autant plus intéressants pour le patient que celui-ci est partenaire de ce qu’il met en place.

 

 

Alors si vous avez un doute ou des questions. C’est LA journée pour appeler, de 8h à 20h au 03 85 57 76 94 !

 

 

Pour en savoir plus voir notre précédent article : http://montceau-news.com/sante/277649-9eme-journee-nationale-des-dys-cest-aujourdhui.html

 

 

 

 

EM

 

 

 

ortho st vallier 0412136

 

 

 

Jean-Michel De Battista 

 

Président du Syndicat des orthophonistes de Saône et Loire (SDOSEL- FNO)

Président du SROB (orthophonistes région Bourgogne)

Administrateur national de la FNO (Fédération nationale des orthophonistes)

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer