Autres journaux :


mardi 7 mars 2017 à 10:54

Le CODEF évincé…

De la Commission Des Usagers (CDU) du centre hospitalier de Montceau les Mines.



« Suite à un recours gracieux diligenté par une association creusotine, l’ARS a décidé de modifier les nominations des représentants de la Commission Des
Usagers (CDU) du centre hospitalier de Montceau les Mines.

 

Le Codef a souhaité porter à la connaissance des usagers les tenants et les aboutissants de cette décision inique.

 

Après avoir proposé dans un premier temps d’écarter eux-mêmes, soit le titulaire d’une association départementale, soit le titulaire du Codef, l’ARS a finalement décidé de
rétrograder le titulaire du Codef en suppléant et d’évincer le suppléant du Codef.

 

Cette décision de l’ARS cible uniquement le Codef, association montcellienne qui œuvre depuis plus de vingt ans pour la défense et les droits des usagers de notre bassin de vie.

 

Elle le prive de toute voix délibérative.

 

Ce constat a amené le Codef à s’interroger légitimement sur les vrais motifs de l’ARS à sanctionner une association locale au profit d’une association creusotine et d’une
organisation départementale.

 

Dans un courrier à l’ARS, le Codef est revenu sur la première réunion de la CDU à laquelle l’association a participé. Lors de l’élection à la vice-présidence 2 candidats se sont présentés dont le titulaire du Codef. Ce dernier n’a recueilli qu’une voix, la sienne, et toutes les autres se sont reportées sur l’autre candidature. Etions-nous déjà dans une première phase de marginalisation du Codef ? Telle est la question.

 

Lorsque le Codef a été contacté par les services de l’ARS pour proposer sa candidature, ce qui n’était jamais arrivé historiquement, la direction collégiale du Codef a cru à une volonté de « faire tourner » les associations représentatives des usagers au sein des CDU.

 

Visiblement il n’en était rien. Rester au sein de la CDU serait cautionner cette décision arbitraire qui, par ailleurs, prive le Codef de voix délibérative et la relègue au rang de faire valoir. En conséquence, le Secrétaire de la direction collégiale du Codef, titulaire avant cette décision a présenté sa démission au président de la CDU.

 

Manifestement le Codef dérange… Une bonne raison pour continuer et vous inviter à la réunion publique prévue le vendredi 24 mars 2017 à 17H30 – grande salle du Syndicat des Mineurs à Montceau les Mines. Nous vous présenterons les dernières décisions du Comité pour la Performance et la Modernisation de l’Offre de soins (COPERMO) et leur impact sur l’avenir de notre centre hospitalier au sein du GHT (Groupement Hospitalier de Territoire).

 

Venez nombreux, l’hôpital le vaut bien ! »

 

 

 

 

new-codef-16-11-16

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




5 commentaires sur “Le CODEF évincé…”

  1. gilbert71 dit :

    de toute façon çà va rien changer

  2. MSV dit :

    Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire et encore moins à entendre.
    Et ces messieurs de l ‘ARS, tous puissants technocrates qu ‘ils sont, confortablement installés derrière leur bureau n’aiment pas beaucoup la contradiction.
    Vive la démocratie et la liberté d’expression !
    Notre société va crever de ces bureaucrates qui régentent le monde de la santé sans jamais avoir partagé le quotidien des soignants et écouter le désarroi des soignés.
    Merci aux personnes qui oeuvrent pour faire entendre des voix dissonantes de la pensée unique de nos politiciens .
    Continuez votre combat même si certains disent que c’est perdu d’avance….

  3. clovis dit :

    et ça vient d’ou ? encore du creusot on évince les élu(e)s du bureau communautaire et maintenant les représentants des usagers de l’hopital ,,,,,, ou va t’on ?

  4. marius8 dit :

    Suicide et grève des infirmières : la lettre qui nous a profondément émus…

    On aurait voulu décrypter l’incroyable mobilisation qui a eu lieu le 7 mars, mais notre cœur est aujourd’hui brisé par la perte de l’une de nos confrères… On a essayé de trouver des mots pour résumer, raconter, expliquer la journée du 7 mars en vain. Tard le soir, on a reçu le message d’une de nos lectrices qui a, quant à elle, trouvé les bons mots… Des mots qui nous ont profondément émus…

    Voici son message :
    « Il était un jour, il était un temps … ce 7/03/2017 … des milliers de soignants dans les rues … des soignants en colère, et d’une tristesse infinie. Pas ou peu de relais médiatique… sois Belle et tais-toi …
    Nos conditions de travail ne sont pas dégradés… pire. Maltraitance j’écris ton nom.
    Prendre le service, la boule au ventre… et finir … par en finir.
    Des contres équipes (parce qu’ils n’ont pas le choix bien sûr) des jours de travail en plein milieu des vacances ( si si … on revient en plein milieu …et on repart) , des services qui n’ont plus leur vocation première, des équipes épuisées qui se tirent dessus quitte à en flinguer une paire … sinon tu bosse où toi ?
    À l’hôpital !!!!
    Mais nous arrivons dans vos chambres avec le sourire, une plaisanterie aux lèvres parce que vous n’allez pas bien, parce que vous avez mal et que vous vous battez, et nous à vos côtés. Nous nous arrangeons pour que les soins se passent le mieux du monde … normal.
    Aujourd’hui nous souffrons terriblement de ce que l’état nous fait subir et nous torture. Réduction des budgets, réductions des postes, gels des salaires pour certains…
    Mais finalement, ce n’est rien on aura demain encore le sourire plein de larmes. On s’occupera de vous, et personne de nous.
    Et certains d’entre nous déciderons de partir, s’endormir à jamais pour ne plus souffrir.
    Je sais que peu nous suivrons … des soignants sans doute.
    Peu lirons et partagerons ce post parce que ce n’est pas intéressant. Je le fait et l’écris pour mes collègues de tous horizons.
    Et surtout n’oubliez jamais … que c’est vous que nous soignons, et bientôt, et déjà… nous vous soignons mal.
    Relayer, partagez en masse il s’agit de vous, vos droits, votre santé. »

    Voilà le Terrible message des vrais défenseurs de l’hôpital à méditer