Autres journaux :



mercredi 29 novembre 2017 à 06:29

Prévention (Montceau)

Ne laissez pas la grippe vous gâcher l’hiver : faites vous vacciner !



 

 

 

Parce qu’il n’est jamais agréable de grelotter de fièvre, d’avoir le nez et la tête pris et de rester au lit une bonne semaine avant de se sentir mieux, le vaccin contre la grippe est une sage précaution.

 

 

D’autant plus que de nombreux décès, notamment chez les personnes âgées ont été recensés les années précédentes (plus de 90% des décès liés à la grippe surviennent chez des personnes de plus de 65 ans).

 

 

2 à 6 millions de personnes touchées

 

 

En effet, chaque année, l’épidémie de grippe en France métropolitaine survient au cours de l’automne et de l’hiver et touche entre 2 à 6 millions de personnes.

 

 

« La protection contre la grippe est atteinte dans les deux semaines après la vaccination : le vaccin doit être pratiqué tous les ans, à l’automne (pour la France métropolitaine), pour se protéger contre l’épidémie hivernale qui suit » précisent Mme Bérard, élue en charge de la santé et Merlin, responsable du Pôle Prévention Santé de la ville.

 

 

Ajoutant : « Le vaccin contre la grippe saisonnière peut être prescrit par un médecin ou une sage-femme. L’assurance maladie adresse chaque année à l’automne une invitation personnalisée et un imprimé de prise en charge aux personnes concernées par les recommandations vaccinales, à l’exception des femmes enceintes et des personnes obèses, en raison de la difficulté de les identifier dans sa base de données ».

 

 

Cette année, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 6 octobre 2017 et se poursuivra jusqu’au 31 janvier 2018.

 

 

Le public concerné

 

 

Chacun peut être concerné par la vaccination. Cependant, si elle peut être relativement bénigne pour beaucoup, la grippe est une maladie particulièrement grave, voire mortelle, pour les personnes à risques.

 

Elle peut entraîner des complications, telle qu’une infection pulmonaire bactérienne grave (ou pneumonie), une aggravation d’une maladie chronique déjà existante (diabète, broncho-pneumopathie chronique obstructive, insuffisance cardiaque…).

 

Aussi, la stratégie vaccinale vise à protéger, plus particulièrement, les populations les plus exposées aux risques de complications graves en cas de grippe.

 

Il s’agit essentiellement : des personnes âgées de 65 ans et plus, ou atteintes de certaines maladies chroniques, des femmes enceintes, des personnes obèses et de l’entourage familial des nourrissons, à risque de grippe grave.

 

Il est donc primordial, et tout particulièrement pour ces personnes, d’adopter le bon réflexe : la vaccination !

 

 

Un moyen efficace

 

 

La vaccination réduit incontestablement le risque de complications graves et de transmission du virus. Le rapport bénéfice-risque est très en faveur de l’acte vaccinal : peu, voire pas d’effets secondaires (le plus souvent des réactions locales légères et transitoires, plus rarement des effets systémiques bénins tels que de la fièvre, douleurs musculaires ou articulaires, céphalées, malaises), alors même que la diminution du nombre de décès grâce à la vaccination est conséquente (environ 2 000 décès évités en moyenne chaque année chez les personnes âgées).

 

Pour se protéger et protéger son entourage, il est essentiel que chacun mette en place, dès que les virus grippaux circulent, une série de gestes simples destinés à limiter la transmission des virus, tels que l’hygiène des mains.

 

Et pour les personnes malades : le port du masque, la limitation des contacts avec les personnes fragiles ou malades.

 

L’efficacité de chacune de ces mesures (vaccination et gestes barrières) est optimisée en les combinant.

 

Ceci permet de constituer un bouclier sanitaire.

 

Qui vaccine et combien coûte la vaccination ?

 

 

La vaccination peut être réalisée par un médecin, un infirmier ou une sage-femme en libéral, à l’hôpital, dans un centre de vaccination ou en PMI (pour les enfants jusqu’à 6 ans et les femmes enceintes).

 

 

Elle est prise en charge par l’assurance maladie dans les conditions habituelles et sans avance de frais dans les centres de vaccination et en PMI.

 

 

Pour les personnes dites à risque, la prise en charge par l’Assurance Maladie est de 100%.

 

 

Aucune raison donc de se priver de cette vaccination pour passer un hiver serein.

 

 

ND

 

 

 

 

sante 2911172

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer