Autres journaux :



mardi 19 mai 2015 à 11:55

Musicien de l’orchestre Passion BF Bourgogne…

... et aventurier de l'extrême !



 

 

 … et aventurier de l’extrême !

 

 

 C’est par mail que  Florian GOMET nous a informé de son projet, projet ambitieux, comme vous allez pouvoir le constater !

 

 

AMERICA 15 05 151

 

Une expérience et un projet original qui a pour nom « América Extrema » 

 

 

« Une expérience au cœur de l’être humain » confie-t’il ! Mais qu »en est il exactement et c’est lui qui nous l’explique :

 

 

Le protocole

 

 

« Il y a 6 ans de cela, lors de ma deuxième et dernière année en tant que professeur de mathématiques en collège, les difficultés professionnelles rencontrées m’ont contraint à la démission et, par là, à repenser entièrement mon avenir jusque là si bien tracé. Les malheurs sont de puissants catalyseurs à qui cherche la vie. Elle s’est exprimée providentiellement et de toute sa force grâce à des récits d’aventuriers. Ces sources d’inspirations ont fait germer la folle idée de traverser entièrement le Canada à pied par le nord….« 

 

Depuis, tout dans sa vie s’est organisé autour de ce défi qui a évolué au fil des ans et des expériences pour se muer en America Extrema ; en l’occurrence la traversée intégrale de l’Amérique du Nord par moyen non motorisé. Soit 12000 km de forêt boréale à parcourir en solitaire, à vélo, à pied et en kayak gonflable (packraft avec voile), le long d’un parcours inédit où il va rallier nombre de villages amérindiens isolés.

 

Et celui-ci de poursuivre : « America Extrema a débuté le 14 avril pour une durée de 10 mois et sera entrecoupé par un hivernage sur place de 7 mois.« 

 

 

Et de nous rappeler ce qu’il appelle ses « antécédents »

 

 

Et celui-ci de poursuivre : « Suite à l’obtention simultanée en 2007 du Capes de mathématiques et du Master I de mathématiques à l’université Claude Bernard à Lyon, j’ai exercé pendant 2 ans le métier de professeur de collège à Bourges.

 

En 2009, l’année de ma démission de l’Education nationale, j’ai suivi une formation de 7 mois, un BPA forestier spécialité bûcheronnage, à la MFR de Javols en Lozère.

 

En 2011, après avoir travaillé un hiver dans une station de ski à Saint-Denis en Margeride (48), je me suis installé en entreprise individuelle comme entrepreneur de travaux forestiers. 4 années durant, j’ai planté des hectares de forêt, nettoyé des plantations, élagué des arbres et coupé du bois de chauffage. Ce fut une excellente préparation à mon projet d’expédition. J’ai mis un terme à cette activité le 31 décembre 2014 afin de me consacrer pleinement aux préparatifs d’America Extrema.

 

Après 12 ans de gymnastique, je me suis orienté vers différents sports : triathlon, escalade, kayak, ski et musculation. La course à pied est mon sport de prédilection et je cours pieds nus depuis un an. »

 

 

Curriculum Vitae d’aventurier que nous qualifierons d’impressionnant !

 

 

Juillet 2008 : Traversée des Alpes françaises et italiennes à vélo : 1400 km en 12 jours.

 

Juillet 2009 : Tour de la Roumanie à vélo : 2400 km en 27 jours.

 

Mai 2010 : Tour de la Lozère à pied : 310 km en 9 jours.

 

Août 2010 : Tour de la Lozère à vélo : 260 km en 11h.

 

Septembre 2010 : 100 km à pied en Lozère en 24h.

 

Août 2011 : France – Autriche à pied (traversée de la Suisse) : 800 km en 27 jours.

 

Novembre 2011 : 34’58’’ en courant aux 10 km de Vénissieux (69).

 

14 juin – 14 août 2012 : 1200 km à vélo (Oslo – cercle polaire) en 10 jours et 1400 km à pied (traversée de l’Arctique européen) en 45 jours.

 

Nuit du 31 décembre 2012 : Montmelard (71) – Lyon en courant (traversée du Beaujolais) : 100 km en moins de 13h.

 

Juillet 2013 : Stage de survie de 4 jours au Canada.

 

Nuit du 31 décembre 2013 : Mâcon (71) – Lyon en Kayak, par la Saône : 80 km en moins de 10h.

 

Juillet 2014 : Le Puy en Velay – Nantes en kayak gonflable (packraft), par la Loire : 900 km en 20 jours.

 

Nuit du 31 décembre 2014 : Gibles(71) – Le temple des Mille Bouddhas : 60 km, 12h de marche sans boire ni manger et en sandales par -6°C, suivi d’un jeûne de 4 jours.

 

 

A ce stade il nous parle des ce qu’il appelle : ses activités annexes !

 

 

La vie en autarcie à laquelle j’aspire depuis 10 ans m’a amené à développer des compétences pour entretenir potager, verger, rucher et élever des volailles.

 

Musicien (au clairon) au sein, donc de  l’orchestre Passion BF Bourgogne, formation qui a obtenu le titre de champion de France FSCF de Batterie-Fanfare en 2014.

 

 

Ecrivain amateur : « France – Autriche à pied » et « Cap au nord » chez Edilivre.

 

Conférencier bénévole sur les thèmes de la course pieds nus, le jeûne, l’alimentation et la méditation.

 

Sculpteur à la tronçonneuse.

 

 

Champ : America Extrema répondra à 4 objectifs

 

 

Mener à bien une première : La traversée intégrale en solitaire par moyen non motorisé de l’Amérique du Nord, de son extrémité la plus orientale à la plus occidentale.

 

 

Expérimenter les 4 pratiques suivantes dans le cadre d’une expédition :

 

 

Marcher pieds nus

 

Nos pieds contiennent autant de capteurs sensitifs que nos mains et autant de glandes sudoripares que nos aisselles. Bref, ils ne sont pas du tout faits pour être enfermés dans des chaussures. Cette inadéquation s’est accrue avec la mise sur le marché dans les années 80 de chaussures bourrées d’amortis qui font aujourd’hui le fond de commerce des kinés, ostéos, etc ; les coureurs sont particulièrement concernés. (L’argumentaire d’une telle assertion dépasse le cadre de ce dossier aussi je suis disposé à donner davantage d’informations à ce sujet.) Les nouvelles générations qui hélas portent de « bonnes chaussures bien confortables » avant même de savoir marcher vont au-devant de problèmes de santé majeurs.

 

 

Manger végétalien.

 

Un nombre croissant d’athlètes de haut niveau et même de médaillés olympiques apportent la preuve que non seulement cette restriction alimentaire ne pose aucun problème de santé mais qu’elle n’est pas incompatible avec la réalisation de performances physiques. Choisir de ne plus consommer de produits d’origine animale est un acte citoyen pour lutter contre la pollution, le réchauffement climatique, la déforestation et l’exploitation des animaux. Choisir notre régime alimentaire est notre nouveau moyen de vote pour bâtir un monde meilleur et préserver sa santé.

 

 

Jeûner

 

Je ne ferai q’un seul repas par jour, le soir, pour les raisons suivantes. Etre à jeun tout en pratiquant une activité physique est le meilleur moyen d’éliminer les toxines accumulées dans l’organisme. Le corps est plus performant le ventre vide qu’en pleine digestion. En outre, manger une fois par jour est suffisant à l’égard de nos besoins physiologiques. Notre dépendance à la triade institutionnalisée petit-déj, déjeuner, dîner avec en-cas et pauses café ne sont que le triste reflet d’une alimentation profondément addictive et inadaptée. Jeûner régulièrement est le plus sûr remède pour renouer avec une alimentation saine et se débarrasser des addictions alimentaires qui empoisonnent nos existences. Le jeûne a également des nombreuses vertus thérapeutiques oubliées que la science est en train de redécouvrir.

 

 

Méditer

 

Bouddhiste depuis un an, je pratique quotidiennement la méditation. Elle sera un atout inestimable pour faire face à l’adversité, quelle qu’elle soit.

 

 

A travers ces 4 pratiques hygiénistes que je mettrai en application du mieux que possible, je souhaite autant optimiser ma condition physique pendant l’expédition qu’attirer l’attention et communiquer sur leurs bienfaits.

 

 

Témoigner des Hommes et de la Nature dans les contrées reculées de l’Amérique du Nord. J’irai à la rencontre de ces communautés amérindiennes isolées, à cheval entre tradition et modernité. Je m’intéresserai en particulier à toutes leurs initiatives visant à réhabiliter leur culture dans le monde moderne et à développer des activités économiques ou sociales respectueuses des Hommes et de la Nature. Je me renseignerai également sur les changements climatiques observés sous ces hautes latitudes, les programmes de préservation de l’environnement et l’impact environnemental des nouveaux enjeux économiques.

 

 

Diffuser America Extrema, ces expérimentations et ces témoignages via mon site web (www.cap-au-nord.com), des conférences, un livre et un film (réalisé avec une Gopro).

 

« Les éditions Transboréal ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt quant à la publication d’un éventuel récit. Concernant le film, je désirerai le présenter au festival des écrans de l’aventure de Dijon. Ce dernier point constitue l’objectif majeur en termes de diffusion bien que je n’ai aucune expérience de réalisation cinématographique » poursuit’il !

 

 

De la théorie à la pratique

 

 

Itinéraire de la fin avril à octobre 2015, 8448 km :

 

 

En bicyclette : Cap Saint-Charles (Canada, Labrador, point le plus à l’est), Lodge bay, Churchill falls, Baie-Comeau, Chicoutimi, Amos, Cochrane, Nipigon, Thunder bay, Ignace, Pickle lake et Windigo lake (Ontario).

 

 

A pied et en packraft : Windigo lake, Sachigo lake, Oxford House, Thompson, Kinoosao, Lac du Caribou, Cochrane river, Wollastone lake, Fond du lac river, Lac Athabasca, Slave river, Le grand lac de l’esclave, Mackenzie river, Norman Wells (Territoires du Nord-Ouest).

 

 

Soit 4354 km en VTT (sur routes goudronnées et pistes)

 

812 km à pied dont 160 sous lignes électriques, 88 sur routes d’hiver marécageuses, 465 km sur routes ou pistes, 43 sur rails, 4 en hors-piste et 52 en portage.

 

3282 km en packraft dont 473 à contre-courant et 1130 sur lac.

 

 

Partie vélo : Du Labrador à l’Ontario, 4354 km

 

 

Elle débutera le plus tôt possible dans la saison, dès que les routes seront exemptes de neige, et durera un mois environ.

 

J’aurai un VTT avec des sacoches d’une dizaine de kilos, contenant tout le nécessaire pour bivouaquer. Les derniers assauts de l’hiver ainsi que les parties non goudronnées de la Labrador Highway risquent de me ralentir. Dans un souci de simplification logistique et par économie, j’ai choisi un équipement unique (mais polyvalent) pour faire face aux 3 saisons, aussi ma situation pourrait se révéler inconfortable en cas de chutes de neige.

 

 

Partie pédestre et packrafting : De l’Ontario au pied des Rocheuses, 4094 km

 

 

C’est la partie inédite et la plus difficile de mon trajet. Les difficultés résident dans l’enchaînement de nombreux portages dû aux rapides et chutes d’eau qui ponctuent les rivières, et la navigation sur lac où le vent peut entraver toute progression.

 

L’enchevêtrement de lacs et de rivières est tel qu’il serait inconcevable de suivre cet itinéraire sans un kayak gonflable, facilement transportable dans un sac à dos. Son point faible demeure sa lenteur, 4 km/h sur lac sans vent, qui sera compensé par l’adjonction d’une voile. Pour la même raison, j’ignore encore si je pourrai remonter les 473 km à contre-courant entre le Lac Caribou et le Lac Wollastone. En cas de problème, je devrais soit longer la berge à pied soit me procurer un canoë sur place. J’estime toutefois que mon embarcation fera l’affaire.

 

 

Hivernage sur place d’octobre 2015 à mai 2016 :

 

 

N’ayant aucune expérience du froid ni l’équipement idoine, j’interromprai mon expédition pour une durée de 7 mois environ. Je mettrai à profit mon temps libre pour me reposer, rédiger mes notes et préparer la suite du parcours.

 

 

Itinéraire de la fin mai à Septembre 2016, 3600 km :

 

 

A pied : Norman Wells, McMillan Pass, Ross River.

 

En packraft : Ross river, Faro, Pelly crossing, Fort Selkirk, descente du Yukon jusqu’à Kaltag en Alaska.

 

A pied et en packraft : Kaltag, Unalakeet, Ungalik, Koyuk, Moses point, Nome, Teller et Cape Prince of Wales (point le plus à l’ouest de l’Alaska, vers le détroit de Béring).

 

 

Soit : 1100 km à pied dont 600 km pour traverser les Rocheuses et 500 km à longer les rivages de l’Alaska.
2500 km en packraft, en descente exclusivement.

 

 

Traversée des Rocheuses 

 

 

« Probablement la partie la plus grandiose du parcours, elle se fera à pied le long de la Canol trail. La longueur du trajet (environ 18 jours) en total autonomie pèsera lourd dans mon sac déjà chargé de 15 kilos d’équipement. Le versant ouest est cependant sillonné par une piste et il se pourrait (grâce à un contact Américain) qu’un vélo soit mis à ma disposition vers la piste d’atterrissage du McMillan Pass. J’économiserais alors 6 jours d’autonomie.

 

 

Descente du Yukon :

 

 

Suivre le cours de ce fleuve légendaire me permettra d’achever la traversée du Canada, d’entrer en territoire américain et de traverser la majeure partie de l’Alaska. Ce sera certainement le moment le plus reposant de ce périple.

 

 

Les rivages de l’Alaska :

 

 

Je ferai mes adieux au fleuve Yukon à hauteur d’Unalakeet pour suivre partiellement l’Iditarod car il n’est praticable sur toute sa longueur qu’en période de gel. Pour rejoindre le Cape Prince of Wales, je longerai à pied l’océan Pacifique et utiliserai le packraft pour traverser certaines baies. Mon inexpérience du kayak de mer devra m’inciter à la plus grande prudence lors de ces traversées. »

 

 

Et de parler de « Précautions » 

 

 

Aucun médicament ou autre drogue dans ma trousse à pharmacie (choix mûrement réfléchi), seulement de quoi désinfecter, recoudre et panser une plaie.

 

La balise Delorme Inreach me permettra de communiquer par textos sur tous les portables, de donner ma géolocalisation (affichée sur mon site web) quotidiennement et de lancer un SOS.

 

Aucune arme

 

 

Equipement :

 

 

La liste du matériel, clef de l’expédition, étant assez longue nous nous bornerons à écrire, qu’il a tout ce qu’il faut pour accomplir ce périple.

 

Il le confirme d’ailleurs en vous écrivant : « J’ai en ma possession l’intégralité du matériel susvisé pour démarrer l’expédition mais je ne dispose d’aucun élément de rechange en cas de perte ou de détérioration. En outre, l’usure normale de certaines parties de mon équipement comme les habits m’obligera probablement à les renouveler en cours de route notamment pendant l’hivernage. Même si le coût lié aux aléas et à l’usure a été pris en compte dans le budget, il reste difficile à évaluer. »

 

 

 Budget 

 

 

Poste Dépenses (en euros) Recettes (en euros)

 

 

AMERICA 15 05 15

 

 


AMERICA 18 05 15

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer