Autres journaux :


vendredi 17 juillet 2015 à 06:39

La nouvelle femme 2.0

Avant c’était une bague pour s’unir, maintenant c’est un bracelet pour se connecter.



 

 

 

Avant c’était une bague pour s’unir,

 

 

maintenant c’est un bracelet pour se connecter.

 

 

Fin des années 70 et début des années 80 lorsque vous achetiez un ordinateur les logiciels vous étaient livrés avec les codes sources. A l’époque la confiance était limitée en ce qui concerne le software. Nous n’en étions pas à l’ère du progiciel, chaque application, paie, compta, RH était adaptée à chaque utilisateur.

 

 

 

 

Depuis le règne du PC, des Apple, Microsoft et autres, les choses ont changé. Une lutte inégale oppose les free software aux paying software. C’est véritablement une galère que de trouver un PC sans Windows, Office ou Mac Os, Macintosh office. Utiliser Linux, Open office est très compliqué et pose des problèmes de compatibilité et de portabilité avec Windows et Mac os.
Puis est venu le temps des tablettes, des smartphones, d’Android, des applis à télécharger alors le monde s’est ouvert et la notion d’open source est apparue.

 

 

 

Ne pas confondre open source et free software. Il s’agit de distinctions au niveau des finalités concernant un même type de licence de logiciel. Free software s’intéresse à la politique des licences en se donnant un petit air de philosophie sociale alors qu’Open source s’axe sur la méthodologie du développement et de diffusion du logiciel. Avec le premier vous utilisez gratuitement, avec le second vous pouvez adapter à vos utilisations.

Cette longue introduction pour en arriver à une nouvelle nouveauté connectée. Vous savez ces trucs indispensables dont nous ne pouvons imaginer avoir vécu sans pendant tant d’années. D’ailleurs le terme nouveauté ne se suffit plus puisque le temps c’est tellement accéléré et que tout passe et tout change en un clin d’œil, donc la dernière nouvelle nouveauté sera une antiquité d’ici peu.

 

 

En attendant il s’agit d’un bracelet connecté pour apprendre aux filles les codes de l’informatique.

 

La misogynie 2.0 ?

 

La start-up Jewelbots qui a créé ce bijou d’intelligence artificielle s’appuie sur des statistiques dites officielles pour repousser de telles accusations. D’après elle il existe un réel et constaté écart hommes-femmes dans le secteur high-tech. Nos mères, nos filles, nos sœurs, nos compagnes ont un réel retard, un manque d’appétence certain concernant l’informatique. Pas seulement chez les mangeurs de hot dog et de hamburger, mais aussi chez nous les dégustateurs de grenouilles et d’escargots.

 

 

11% d’étudiantes dans les écoles d’ingénieur en informatique, c’est peu, très peu, et juste 20% de femmes en licence professionnelle « métiers de l’informatique, du traitement de l’information et des réseaux ». Et cela se poursuit au niveau professionnel avec seulement 30% de femmes dans les sociétés de services en ingénierie informatique (SSII).

 

 

Donc femme pas très portée sur la bagatelle informatique et malgré tout coquette égal bracelet connecté.

 

Bon d’accord, une babiole connectée mais qui sert à quoi puisque les femmes visées ne sont pas portées sur le 2.0 ? Justement il est dédié à l’initiation à la pratique du code.

 

 

Késako la pratique du code ?

 

 

Sans avoir de connaissances particulières, sans être diplômée en informatique, les propriétaires de ces bracelets pourront en utilisant des procédures, sur le site de la marque, développer des applications personnelles en modifiant ou développant le code source.
Et les exemples d’utilisations possibles élèvent encore le niveau : prévenir de nouvelles notifications Instagram ou quand une copine est dans les alentours.

 

Je comprends bien l’importance primordiale de ces deux choses. D’ailleurs chaque jour à chaque heure c’est ma préoccupation principale.

Non, sans rire, je pense que si des femmes achètent ce type d’objet c’est qu’elles ont des motivations plus élevées. J’en suis sur, même.

D’ailleurs faut le vouloir, car ce truc machin chouette n’a pas d’écran, il est connecté à votre smartphone et dialogue avec vous par 4 leds, un vibreur et votre téléphone mobile.

 

Son vibreur pourra certes vous prévenir quand Chantal arrive avec son kilo de cantal, mais peut être aussi vous aidera-t-il dans votre suivi du diabète, dans votre lutte conte le surpoids, la gestion de votre temps, de vos alertes sur le net et les salons privés de vente, les réunions de parents d’élèves, etc.

 

 

Est-ce vraiment indispensable ? Si ce n’est pas qu’utile, voir même si c’est parfaitement superflu, c’est donc absolument nécessaire. Alors ne vous privez pas connectez vous le poignet.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

http://www.slate.fr/story/104177/bff-bracelets-damitie-high-tech#xtor=RSS-2

 

 

 

gilles 1707152

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer