Autres journaux :


mardi 26 avril 2016 à 07:37

Conférence des Ateliers du Mieux-Être 71

La géobiologie holistique



 

Ce vendredi soir, les salles Saint Henri du Creusot ont accueilli la conférence mensuelle proposée par l’association des Ateliers du Mieux-Être 71. Pour rappel, il s’agit d’une association professionnelle regroupant des praticiens du Mieux-Être sur toute la Saône-et-Loire. L’association est pluridisciplinaire et propose aussi un annuaire afin de permettre aux personnes en ayant besoin de trouver un praticien proche de chez eux.

 

 

 

Ce vendredi soir, c’est Annic Véran, praticienne de l’autunois qui est venue présenter une de ses spécialités : la géobiologie holistique.

 

 

 

Enseignante retraitée, elle a fait ses premiers pas dans l’énergétique avec le Qi Gong. Puis elle a découvert le Reiki Usui. Elle a poursuivi son parcours en suivant une formation en kinésiologie avant de découvrir le travail de Rose et Gilles Gandy qui allaient la former à la géobiologie holistique.

 

 

 

atelier sante 2604162

 

 

 

 

Comment définir la géobiologie holistique ?

 

 

 

Au cours de sa conférence, Annic Véran a rappelé la définition classique de la géobiologie qu’elle a d’abord pratiqué avant de suivre la formation de géobiologie holistique. Selon le paradigme de la géobiologie classique, les problèmes que vous vivez dans votre maison ou votre lieu de vie sont extérieurs à vous. Sa démarche est alors de proposer des outils pour régler votre problématique.

 

 

 

Dans cette approche et selon la conférencière, l’habitant est passif et ne participe pas au travail sur sa maison.

 

 

 

La géobiologie holistique propose un autre paradigme. D’abord, elle va traiter l’habitat et ses habitants sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel (4 dimensions), raison pour laquelle on parle de géobiologie holistique. Ensuite le praticien est là pour aider la personne à régler sa problématique. On va travailler sur des phénomènes physiques mais aussi invisibles tels que les émotions qui restent dans les maisons.

 

 

 

Annic Véran parle d’harmonisation entre humains et habitat. Pour mener sa tâche, elle va travailler avec des baguettes coudées. Celles-ci peuvent présenter différentes manifestations : décalage, circuit à suivre, lemniscates… Annic Véran explique qu’elle suit seulement ses baguettes et qu’elle se met au service du lieu et de ses habitants.

 

 

 

Son approche a quatre piliers :

 

 

 

  • d’abord, il s’agit de remettre l’habitant au cœur du système. C’est la personne qui va agir et donner des réponses, avec l’aide du praticien.

 

 

  • Ensuite le géobiologue n’a pas de but ni d’intention. Il se met à l’écoute. « Je suis juste un interprète » a expliqué Annic Véran. Cette pratique apprend aussi au praticien à lâcher prise. « Quand on a une démarche de lâcher prise, des phénomènes se passent » a-t-elle ajouté.

 

 

  • Le troisième pilier de cette approche consiste à ne pas créer de peurs chez la personne. Dans ce sens, la praticienne formée par Rose et Gilles Gandy inscrit sa pratique dans une charte de déontologie.

 

 

  • Enfin le quatrième pilier consiste à rendre sa responsabilité à l’habitant dans les phénomènes qu’il vit.

 

 

Par la suite, la géobiologue a appuyé ses propos d’exemples concrets et de manifestations vécues lors de son travail. Une harmonisation dure trois heures. Selon cette méthode, il faut que le couple soit présent. Sinon la praticienne travaille sur la seule personne présente.

 

 

 

Comment cela se passe ?

 

 

 

Le travail commence à l’extérieur de la maison. En effet, elle travaille d’abord sur le bocal avant de rentrer dedans. Les Gandy utilisent en effet la métaphore du poisson dans son bocal pour expliquer l’approche de la géobiologie holistique : le bocal correspond à la maison, l’eau à son ambiance et le poisson à son habitant.

 

 

 

Annic Véran travaille donc sur les barrières nécessaires avant d’entrer dans une maison. Puis elle travaille sur « l’eau sale » du bocal, avant d’entrer dans la maison et travailler sur l’habitant. « L’eau sale » ou l’ambiance des lieux correspond à ce qu’elle nomme mémoires des murs ou événements qui ont pu marquer les lieux. Au niveau de l’habitant, elle est amenée à travailler sur des problématiques personnelles voire même des problèmes de lignées.

 

 

 

A l’issue de l’harmonisation, les baguettes peuvent donner un ou plusieurs messages afin d’accompagner les habitants dans des changements de vie. Les messages vont se donner au niveau symbolique. Les baguettes peuvent donner aussi des conseils.

 

 

 

atelier sante 2604163

 

 

 

Une approche s’appuyant sur des traditions asiatiques

 

 

 

Revenant sur l’approche développée par ses formateurs, Annic Véran a expliqué qu’il existe trois points essentiels dans une maison : un point féminin, un point masculin et un point de vie.

 

 

 

Le point masculin se trouve souvent devant une cheminée, car c’est l’homme qui entretient le feu. Le point féminin se trouve généralement dans la cuisine. Et le point de vie, selon la tradition asiatique est un point sacralisé. On lui fait un autel. Il s’agit donc d’un point à faire rayonner.

 

 

 

Ce même point de vie peut apporter des conseils à l’issue de l’harmonisation du lieu.

 

 

 

Les pollutions les plus fréquentes rencontrées par Annic Véran sont les suivantes : les pollutions émotionnelles et les pollutions mentales. Selon elle, le plus gros pollueur est l’être humain. Elle a expliqué ainsi qu’une pensée est une énergie et que toutes les pensées vont quelque part.

Ainsi selon son approche le paranormal correspond à des énergies contraires à la vie. La malédiction correspond à quelque chose qui a été mal dit. Le mauvais œil est défini comme un interdit puissant sur une lignée. On a alors l’impression d’être regardé. La magie noire est définie comme un rituel posé à la terre.

 

 

 

Annic Véran a poursuivi sa conférence en proposant une expérience en salle. Elle a notamment travaillé avec des diapasons sur un chakra (roue énergétique).

 

 

 

Elle a conclu son intervention en indiquant : « Le lieu que nous habitons nous parle. L’esprit du lieu est là pour nous faire progresser en conscience ».

Pour en savoir davantage sur son approche, voir son site : http://energie71.blogspot.fr/

 

 

 

Les Ateliers du Mieux-Être 71 proposent une conférence le mois prochain le vendredi 27 mai à 20h, salle Saint Henri n°3, 11 rue Saint Henri au Creusot, sur le thème suivant : les huiles essentielles de Madagascar. Cette conférence sera présentée par Jeannette Annick JEAN, Artisan distillatrice/Aromatologue à Cormatin.

 

 

 

AD

 

 

atelier sante 2604164

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer