Autres journaux :



mardi 3 mai 2016 à 06:26

7ème festival Outre-mer en Bourgogne, la pièce « Esclaves »

Portait de … Samuel Jaudon




Samuel Jaudon, président de « La mère en gueule », professeur référent culture du collège Jean Moulin de Montceau-les-Mines, professeur de français et cheville ouvrière du projet théâtre « Esclaves » nous a reçu au théâtre du Collège Jean Moulin.

 

Christiane Mathos était avec lui, elle avait assisté à la répétition de la troupe d’élèves qui joue la pièce phare du festival Outre-mer en Bourgogne. Nous sommes avec les deux pièces maitresses du festival et de son moi profond… l’esclavage et son abolition.

 

 

 

Samuel Jaudon, on ne le présente plus (on le fera quand même), c’est un auteur, comédien, chanteur, conteur, lecteur, metteur en scène qui pendant 10 ans a mis entre parenthèse sa carrière de professeur des collèges pour se consacrer uniquement à sa passion… l’écriture et le théâtre. Et c’est un vrai choix de vie, pas facile enrichissant sur le plan humain, mais pas sur le train de vie. Puis il est revenu à l’enseignement mais sans oublier le théâtre même dans son professorat.

 

 

Samuel Jaudon a mis en scène et chorégraphié des textes d’Aimé Césaire, Voltaire, Abbé Grégoire, Victor Schœlcher et d’autres auteurs qui ont lutté contre l’esclavage jusqu’à son abolition

 

 

Ayant posé sa candidature au concours « Flamme de l’égalité » le collège Jean Moulin s’est vu attribuer le prix spécial du Jury pour le spectacle vivant « Esclaves », dans le cadre du « Théâtre pour célébrer l’abolition de l’esclavage ».

 

 

 

jaudon 0305162

 

 

Une centaine de classes relevant de 78 établissements ont participé cette année à la première édition du concours « La Flamme de l’égalité » qui marque le 10ème anniversaire de la journée du 10 mai. Le prix va donc être remis au Palais du Luxembourg lors d’une cérémonie nationale à laquelle Samuel Jaudon espère que François Hollande sera présent.

 

 

Il va y aller avec les 8 « historiques », les 8 élèves qui étaient déjà là l’an passé et qui continuent l’aventure après la Martinique en 2015.

 

 

 

Samuel Jaudon a la fibre politique, il place l’esclavage dans ses perspectives politiques, économiques, historiques et religieuses. Il exprime avec conviction son point de vue sur la nécessité d’aborder tous les points de vue sur un sujet, comme il professe le travail en transversalité avec ses autres collègues profs du collège.

 

 

 

Il met en avant le travail effectué par ses collègues sur le sujet de l’esclavage et de ses implications économico-politiques, celui effectué par Marie Ange Darnaud, professeur d’Histoire et Ingrid Moiroux, professeur de français.

 

 

 

Bien sûr le cadre historique tel que vu en cours est trop didactique, mais il est transcendé par les textes utilisés dans la pièce. Seulement il était indispensable que les élèves aient une bonne connaissance des raisons politiques et économiques qui ont poussé à l’idéologie industrialisée du recours à l’esclavage, amis qu’ils aient une véritable approche et perception des cautions religieuses ayant justifié historiquement le fait.

 

Athanase Karayenga, journaliste Burundais sera présent à Montceau pour animer un débat sur l’esclavage.

 

 

Au travers de la pièce, des débats, de sa lecture des extraits, Samuel Jaudon entend aussi montrer que ce passé dont il est question et que l’on explore au long de la route de l’abolition, cet esclavage n’est pas terminé, il existe de nos jours, il continue de réduire des humains, dans le monde entier, au service des grands intérêts économiques, ou de simples intérêts particuliers. Il n’a jamais reculé et le monde souffre encore de ce mal infâme.

 

 

 

Quant à la troupe renouvelée de 6 nouveaux comédiens cette année, Samuel Jaudon admire le courage de ces élèves qui ayant passé le brevet blanc et devant bientôt passer le brevet, trouvent l’énergie, la motivation et le courage de persévérer dans cette aventure qui dépasse le simple fait de jouer une pièce de théâtre.

 

 

 

jaudon 0305163

 

 

 

Il trouve que les 8 du noyau d’origine donnent de l’homogénéité et ont gagné de leurs nombreuses représentations une maturité et un vrai jeu de comédiens. L’une d’entre elles semble réfléchir au fait d’en faire sa profession, elle est déjà bien impliquée dans la danse.

 

En discutant avec lui on le sent fier de sa troupe, du travail accompli, du chemin parcouru. Ses « comédiens » ont progressé et cela s’est vu à Saint Vallier l’autre jour lors de la représentation à l’ECLA.

 

Ce sont les répétitions qui demandent le plus d’énergie de la part du metteur en scène, il faut sans cesse relancer l’attention et la motivation, mais il sait que sur la scène ils vont tout donner avec beaucoup de professionnalisme.

 

 

Il sait depuis longtemps qu’il ne faut pas vouloir une efficacité immédiate mais que tout se construit au fur et à mesure par un travail collectif. Ce qui le guide aussi c’est à la fois l’esprit du Collège, cette façon pionnière de faire les choses, et la volonté de mener un apprentissage pédagogique autrement. C’est vrai que lui apporte autre chose de son expérience de vie et de ses galères d’intermittent du spectacle.

 

Et puis, tout le monde vous le dira, cet homme restera curieux de tout et de toutes choses et pensées jusqu’au bout et comme il le dit « même au-delà du bout » sans jamais imposer sa façon de voir mais toujours en la faisant partager.

 

 

 

Donc pour conclure ce portrait, parce qu’il ne manquerait plus que vous restiez à rouiller inutilement devant votre téléviseur, parce que les voyages forment la jeunesse et que la culture est un voyage indispensable, parce que les efforts déployés par Samuel et ses apprentis comédiens doivent absolument recevoir leur récompense : trouvez ci-dessous le programme concernant la pièce.

 

 

Toute absence sans mot d’excuse ne sera pas admise, vous devez tous être présents aux représentations de la pièce dans son itinérance.

Et maintenant vous ne pouvez plus dire : Samuel qui ? Jaudon, qu’est-ce qu’il fait ?

 

http://www.la-mere-en-gueule.fr/
http://lacompagnieestunsel.org/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=20&Itemid=39
http://cinefeel.me/personnalite/samuel-jaudon/
http://mymondomix.com/Publish/fichier/443/892_1000.pdf

 

 

 

Cela n’a rien d’exhaustif sur la carrière et les productions de ou auxquelles participe Samuel Jaudon.

 

 

Programme promis :

 

 

Lundi 9 : 14h30 pièce de théâtre « Esclaves » collège Jean Bouveri. Ville de Digoin. 14/16h00 salle des fêtes de Digoin

 

Mardi 10 : Toulon sur Arroux, 17h00 salle des fêtes  Lecture de Samuel Jaudon des extraits de la pièce « Esclaves »

 

 

Mercredi 11 : Montceau, 20h30 ADJ auditorium pièce de théâtre « Esclaves ».

 

Jeudi 12 : Cormatin, 15h00 château pièce « Esclaves »

 

Vendredi 13 : Macon : 15h00 Conseil départemental pièce théâtre « Esclaves »

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “7ème festival Outre-mer en Bourgogne, la pièce « Esclaves »”

  1. alexvero dit :

    un GRAND MERCI Mr JAUDON pour nos enfants et pour nous parents.
    Vous félicitez vos petits comédiens et moi maman je vous renvoie le compliment et ma reconnaissance de votre patience à motiver la troupe qui , parfois baissent les bras ( adolescence, adolescence!!!!) mais cette troupe vous admire et dans leur cœur, je sais que chacun d’eux sont  » au taquet » aux représentations données pour VOUS , pour que vous soyez fiers d’eux.

    Je suis une maman et j’en suis sûre, au nom des autres parents et nos (VOS) élèves , je vous dis un  » grand BRAVO  » pour votre implication, pour le travail et le temps donné avec patience et « amour » durant ces 4 ans , pour leur avoir donné l’envie de s’épanouir dans le théatre, pour leur avoir offert l’opportunité de ‘évader à La Martinique ( grand souvenir dans leur cœur et dans leur tête pour la vie ).

  2. liloupassepartout dit :

    Avec une bonne lunette astronomique vous pourrez peut-être apercevoir sa planète!!!
    Bravo! Bises!

  3. REM-CH dit :

    Bravo M. JAUDON et à toute l’équipe éducative, Bravo aux ados pour leur courage,
    Quelle belle aventure pour nos enfants!