Autres journaux :


jeudi 12 mai 2016 à 06:15

7ème festival Outre-mer en Bourgogne

Ouverture officielle et verre de l’amitié



Ce soir dans la grande halle des ADJ se tient la cérémonie d’ouverture du 7ème festival d’Outre-mer en Bourgogne. En même temps que la cérémonie de Cannes, mais bon à Montceau c’est quand même le niveau au-dessus, non ?!?

Madame Marie Claude Jarrot, Maire de Montceau, place très haut la barre dans son discours d’ouverture. Après moult félicitations à la « grande prêtresse » Christiane Mathos, à l’association « les amis des Antilles », aux bénévoles, aux élèves de Jean Moulin primés au Sénat, à Samuel Jaudon, après avoir salué Jean Louis Savetier l’adjoint à la culture de Blanzy, elle se place sur le plan du devoir de mémoire et aborde la nécessité « d’assumer notre passé désuni si nous voulons assumer notre avenir commun. »

 

 

Elle a des phrases choc ; « Ce festival s’attache au passé, ce passé qui éclaire le présente et qui prépare l’avenir. Ce festival n’oublie pas les victimes de la tragédie de l’esclavage. Les oublier reviendrait à les faire mourir une seconde fois. Le respect que nous devons à tous ceux qui ont été humiliés, piétinés par l’histoire, c’est précisément de ne jamais les oublier. Nous devons assumer notre passé désuni si nous voulons assurer notre avenir commun. »

 

Elle rappelle que « tels Montesquieu, Voltaire, l’Abbé Grégoire, Rousseau, mais aussi Toussaint l’ouverture et Victor Schœlcher, Anne Marie Javouhey ou Lamartine qui sera célébré vendredi en présence de la ministre de l’outre-mer, il a existé en France des esprits éclairés, des consciences indignées qui ont cru à ce vent de liberté. »
Pour terminer elle revient sur les Amis des Antilles, « Avec eux Montceau devient encore Montceau ma belle et Montceau des Iles. Place de la Mairie devient place de l’enregistrement à Fort de France, la Bourbince la rivière Madame. »

 

 

ino festival 1205169

 

Elle achève en félicitant de nouveau Christiane Mathos et en distillant un proverbe créole « assure toi que la bougie est allumée avant d’éteindre l’allumette »

 

Christiane Mathos met l’accent sur l’histoire locale qui nous touche, sur le fait que la Saône et Loire est le berceau de l’abolition de l’esclavage. La route de l’esclavage passe par les 7 villes de Saône et Loire qui se sont battues pour l’abolition. Elle met en exergue le travail de Philippe Pichot et de l’Unesco dans la mise en œuvre de la route de l’abolition et du festival. C’est à lui que l’on doit l’exposition qui occupe le pourtour de la grande halle. Elle présente une enseignante alsacienne avec laquelle elle compte développer d’autres synergies. Elle remercie toute l’équipe des ADJ, les personnels.

 

Dramane Diakité (professeur de sciences physique au Lycée Léon Blum du Creusot) lit des strophes de l’Hymne de l’abolition de l’esclavage.

 

Maître insolent, tyran féroce,
Ennemi de l’égalité
Guidé par sa fureur atroce
Il outrage l’humanité.
Sa bouche vomit l’injustice,
La vengeance dicte sa loi
Il dit dans son cruel caprice
« Malheureux, vis et meurs pour moi ».

A ce farouche et dur langage,
A ces abominables traits,
Qui ne reconnait l’esclavage,
Ses attentats et ses forfaits ?
Bouffi du frivol avantage
Que lui donne une autre couleur
Il croit que l’esprit, le courage,
N’existent que sous la blancheur.

Oh ! Mes amis, quels cris de joie
Se font entendre dans les airs ?
Un brillant drapeau se déploie
Sur un vaste monceau de fers.
Le monstre, frémissant de rage,
Sur ces débris tombe étendu,
L’esclave, repoussant l’outrage
A ses justes droits est rendu.

 

 

Jocelyne Buchalik commence par féliciter tout le monde pour l’excellent travail effectué, l’exceptionnelle qualité des intervenants. Elle se dit heureuse du travail avec les jeunes effectué dans ce cadre. Elle précise que pour elle l’esclavage ne se cantonne pas à la période étudiée ici, mais qu’il existe encore dans le monde et concerne 25 millions de personnes privées de la propriété d’elles-mêmes.

 

Mme Frizot présente Pierre Buch chargé de Mission action culturelle des territoires au Conseil Départemental.

 

Le public est très nombreux, en son sein on peut voir Eric Fournier le Proviseur des lycées Dolto/Monod, les directrices de pôle Françoise Bouton et Pascale Martinez, le DGSTA Philippe Yahé, le Président des DDEN Christian Desbrosses, Jean Gaumet, et moult autres personnalités.

 

 

 

Tout le monde est convié au verre de l’amitié qui se passe autour de tables richement et imaginativement décorées et abondement fournies de très bonnes choses.

Cette fois le festival est officiellement lancé

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

ino festival 1205162

 

 

ino festival 1205163

 

ino festival 1205164

 

ino festival 1205165

 

ino festival 1205166

 

 

ino festival 1205167

 

 

ino festival 1205168

 

 

 

ino festival 12051610

 

ino festival 12051611

 

 

ino festival 12051612

 

 

ino festival 12051613

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer