Autres journaux :


mercredi 31 août 2016 à 18:00

Le Président du Conseil départemental au Collège Saint Exupéry à Montceau…

Rentrée des collèges en Saône-et-Loire, maintenir l'effort et sécuriser les établissements



 

Tel a été le mot d’ordre d’André Accary, Président du Conseil départemental, ce mercredi matin au Collège Saint Exupéry à Montceau-les-Mines. Il était venu accompagné de Fabien Genet, Vice-président au conseil départemental en charge de l’éducation et des collèges, du numérique et du très haut débit et des relations avec l’Union Européenne, ainsi que de Mathilde Chalumeau, Conseillère départementale du canton de Louhans, déléguée aux collèges.

 

 

 

 

Fabien Ben, Directeur des services départementaux de l’éducation nationale était représenté par Madame Colette Jiehanno, Secrétaire générale des services académiques en Saône-et-Loire. Madame le Maire de Montceau-les-Mines était représentée par Marie-Thérèse Frizot également Vice-présidente au Conseil départemental.

 

 

 

Le Président du Conseil départemental s’est rendu au Collège Saint Exupéry de Montceau-les-Mines afin de présenter la politique du Conseil départemental en faveur des collèges, mais aussi pour inaugurer le nouveau restaurant collectif du collège.

 

 

 

Et d’abord !

 

 

 

Fabien Genet, en charge des collèges

 

 

 

Au cours de la conférence de presse, André Accary a d’abord voulu saluer le travail de Marie-Thérèse Frizot jusqu’alors en charge des collèges et qui a récemment cédé cette charge à Fabien Genet, épaulée de Mathilde Chalumeau. Le Président a rappelé que cette refonte avait été réalisée dans le cadre de la loi Notre.

 

 

 

Puis il a ensuite indiqué que l’effectif des collèges resterait inchangé en Saône-et-Loire : 51 collèges publics et 10 collèges privés pour 478 agents titulaires. Les collèges demandent une maintenance importante : « La Saône-et-Loire continue d’investir avec moins d’argent. Donc notre gestion est pragmatique. Dans les départements voisins, on parle de fermetures de collèges. Pas ici. » expliquait André Accary.

 

 

 

Et d’ajouter : « Cela fait un an et cinq mois que nous sommes aux affaires. Lors de la campagne électorale, je voulais regarder la situation de la sécurisation des collèges. Vous connaissez la situation nationale. Ce lundi, nous avons eu une réunion avec Monsieur le Préfet. Avant celle-ci nous avions pris la décision d’une sécurisation des collèges avec un équipement complet. C’est unique en France. Entre novembre et février 2017, le système de sécurisation sera installé. Le but est non pas d’alarmer la population, mais de préserver nos enfants dans le département.

 

 

 

Ce système d’alarme ne peut pas être confondu avec une alarme incendie. Ce système est très complet. Il comprend une alerte de confinement. Cette alerte sera donnée par les forces de sécurité ou le principal. Il peut servir pour plusieurs raisons. Il y aura un seul poste d’alerte par collège. Ensuite il y a une alerte évacuation, dans des points plus stratégiques du collège. N’importe qui peut donner l’alerte d’évacuation. Cela peut concerner l’intrusion de quelqu’un ayant de mauvaises intentions. C’est un signal d’alarme identifiable. ».

 

 

 

Le département attendait un tel dispositif de la part de l’Etat. Comme rien ne venait, il a pris la déicsion de le faire.

 

 

Le coût estimatif serait de 150000€ pour le département.

 

 

Le Président du Conseil départemental souhaite que ce dispositif soit installé dans l’ensemble des établissements (collèges) du département, publics et privés. Les collèges privés ont été contactés. Mais d’ores et déjà, tous les établissements publics seront équipés.

 

 

 

Après avoir salué le travail de Marie-Thérèse Frizot, Fabien Genet a pour sa part déclaré « Nous croyons au rôle primordial de l’école pour la formation de nos enfants ». Au sujet de la sécurisation : « Nous ne pouvions pas rester éloignés de cette problématique qui inquiète les familles de Saône-et-Loire et de France. Notre idée est de le faire avec les services de l’éducation nationale, les principaux et les professeurs. Cela répond à une problématique précise : les risques d’attentats. Dans notre esprit et dans le contexte géostratégique, la menace va durer dans le temps. L’école doit former nos enfants à une culture de la sécurité, former nos citoyens à la vigilance, qu’il y ait des exercices réguliers : savoir se confiner, évacuer dans le calme. On l’a fait depuis des années sur les risques d’incendie. Il n’y a pas que des menaces terroristes d’ailleurs. On a aussi des sites SEVESO sur le département et des risques d’accidents avec des produits à confiner. »

 

 

 

André Accary a ajouté que la question de la sécurisation passe par l’étude de leurs accès avec une enquête en cours dans ce sens. La collectivité fera des propositions d’aménagement en collaboration avec les responsables des établissements. L’équipement sera adapté à chaque site.

 

 

 

Le Président d’expliquer : « On a des demandes à mon sens exagérées. Je souhaite qu’on reste pragmatique, avec des dispositifs adaptés à chaque situation. Là où il y aura besoin de vidéosurveillance, il y aura. »

 

 

Et Fabien Genet de préciser : « Il faut se méfier des effets d’annonces. On veut des solutions pratiques. Nous menons une réflexion sur la sécurisation des bâtiments et les enceintes scolaires. ».

 

 

 

La restauration scolaire et les circuits courts

 

 

 

En s’intéressant aux circuits courts dans le cadre de la restauration scolaire, le Président estime répondre à une attente globale de la population. « C’est à cet âge-là qu’on participe au développement du goût. C’est aussi mettre en avant la diversité de la production du département. En Saône-et-Loire, on a toute la diversité qu’on trouve en France. C’est aussi contribuer au maintien et au développement des emplois locaux. C’est une stratégie mise en place avec tous les établissements.

 

 

 

C’est intégrer des produits agricoles phares dans l’ensemble des menus et former nos cuisiniers. En septembre, nous proposerons l’adhésion à une centrale agrilocale. Il y a déjà une plateforme ; mais cela ne fonctionne pas. Cette nouvelle idée vient du département de la Drôme. Je vais proposer d’y adhérer. On a déjà réglé le problème du code des marchés publics. Les producteurs locaux sont informés quand il y a un appel. On proposera cette adhésion en septembre pour une montée en puissance sur l’année. On sera le premier département sur l’ancienne Bourgogne à le faire. ».

 

 

 

En outre, l’ancrage territorial est désormais un enjeu national et la loi fixe un objectif de 40% d’approvisionnement de la restauration collective à partir de produits de proximité à l’horizon 2017.

 

 

 

Le personnel des collèges

 

 

 

Troisième thématique abordée au cours de la conférence de presse : le personnel de maintenance des collèges.

L’idée est de créer une équipe mobile d’agents de maintenance. Un premier essai va être réalisé sur le bassin autunois avec une équipe de sept personnes. L’idée est que les agents partagent leurs expériences professionnelles et qu’ils puissent mutualiser leurs savoir-faire pour les travaux des établissements d’affectation des uns et des autres. Une équipe mobile devrait permettre de réaliser des travaux plus rapidement dans les établissements. Et si cela fonctionne, le Conseil départemental envisage d’élargir cette mesure à l’ensemble du département.

 

 

 

André Accary indique : « Les agents sont très favorables. Nous en avons discuté avec les syndicats. Ils adhèrent. On travaillera par bassin. »

 

 

 

Et d’ajouter au sujet de l’origine de cette mesure : « Les premières demandes sont liées à la frustration de certains agents de ne pouvoir exploiter certains savoir-faire. Évidemment cela pourrait permettre de réduire des coûts. Mais ce n’est pas que cela. C’est surtout très valorisant pour les agents. ».

 

 

 

5 collèges sont concernés par cette expérimentation : Claude-Gabriel Bouthière à Etang-sur-Arroux, Hubert-Reeves à Epinac, Louis-Pergaud à Couches, la Chataigneraie à Autun et le Vallon à Autun.

 

 

 cg 31081611

 

 

Les travaux d’investissement dans les aménagements et la restauration

 

 

 

« En 2016, nous avons réalisé des travaux pour la demi-pension de Montceau-les-Mines, à Tournus, Givry et Digoin par exemple. » nous a cité André Accary.

 

 

 

Les travaux ont aussi consisté à la mise en accessibilité des bâtiments. Deux ascenseurs ont été mis en place à Montceau-les-Mines. Et les autres établissements du département sont équipés en fonction des situations.

 

 

 

Les travaux de la demi-pension du collège Saint-Exupéry et de sa mise en accessibilité ont consisté à restructurer totalement les locaux de la cuisine et de la salle de restauration, à améliorer les performances thermiques du bâtiment, comprenant l’isolation des façades, la pose d’une vêture extérieure et le remplacement des menuiseries extérieures, à mettre aux normes sanitaires les locaux de cuisine et à mettre aux normes d’accessibilité tous les locaux avec l’installation de deux ascenseurs.

 

 

Le principe de production de repas sur place a été maintenu à l’identique ainsi que la distribution par self-service.

 

 

 

Le coût total de l’opération s’établit à 1 900 000 €.

 

 

 

Pour rappel, les locaux du collège Saint-Exupéry datent de 1970 et sont de type préfabriqué lourd. Le rez-de-chaussée du bâtiment de demi-pension abrite le préau, les sanitaires et le foyer des élèves, ainsi qu’un vaste espace affecté à l’entretien des locaux et au stockage. Il donne également accès à la demi-pension située à l’étage, qui comprend quant à elle l’ensemble de la cuisine de production, la zone de distribution par self et la salle de restauration.

 

 

L’ensemble de ces locaux de demi-pension présentait une certaine vétusté et nécessitait une mise en conformité au regard des différentes réglementations en vigueur, aussi bien en matière d’hygiène alimentaire que thermique ou d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

 

 

Débutée en avril 2015, l’opération de restructuration de ce bâtiment de demi-pension avait pour objectif de remédier à l’ensemble de ces difficultés.

 

 

 

Le Département de Saône-et-Loire engage plus de 12 millions d’euros par an pour la rénovation et la restructuration des bâtiments afin d’offrir de meilleures conditions de travail et de vie scolaire aux élèves et aux membres de la communauté éducative.

 

 

Cela concerne 51 collèges publics.

 

 

Le Département assure encore cette année la gestion des transports scolaires, en accord avec la Région.

 

 

 

Inauguration de la demi-pension du Collège Saint-Exupéry

 

 

 

Après avoir visité les locaux et salles de classe rafraîchis du collège, André Accary, les élus départementaux et locaux présents ainsi que les représentants de l’académie ont inauguré en présence de Lydia Boulay, Principale du Collège nouvellement en fonction, la demi-pension du collège.

 

 

 

C’est devant le personnel de l’établissement que cette dernière s’est montrée particulièrement satisfaite du résultat des travaux. « Toute personne peut être accueillie dans l’établissement » indiquait-elle à l’issue de son discours. Et de rappeler que des travaux sont encore en cours au rez-de-chaussée du bâtiment au niveau du préau, de la salle d’activités des élèves et de la bagagerie.

 

 

 

Marie-Thérèse Frizot, Maire adjointe en charge de l’éducation et ancienne Vice-présidente en charge de l’éducation a indiqué : « Je suis venue de nombreuses fois dans ce collège pour m’inspirer. Le temps méridien doit être aussi un moment de détente pour les enfants. Pour le personnel, c’est important aussi. »

 

 

 

Fabien Genet, pour sa part, a déclaré : « C’est un jour important pour nous au sein du Conseil départemental. C’est une journée de passation de pouvoir. Marie-Thérèse Frizot a voulu se concentrer sur sa délégation à l’enfance et à la famille. Pour nous, l’école est une priorité de toutes les collectivités. Le département qui connaît une situation financière compliquée avec des recettes qui diminuent et des versements (RSA, allocation handicap etc.) qui augmentent. On maintient un très haut niveau d’investissements sur les écoles. »

 

 

La Secrétaire générale de la Direction des Services de l’Education Nationale s’est félicitée de la prise en main de la sécurité des collèges par le Département. Revenant sur les travaux réalisés au collège Saint-Exupéry : « Beaucoup de choses sont déjà faites dans votre établissement. La restaura

tion scolaire est un temps important d’éducation au goût. Bravo. Vous avez de très belles installations ».

 

André Accary a conclu la matinée en souhaitant un bon accueil à la nouvelle responsable du collège dans ses fonctions et en souhaitant à l’ensemble du personnel présent une bonne rentrée scolaire.

 

Cette matinée s’est achevée autour d’un pot pour célébrer l’inauguration du nouveau bâtiment mis en fonction.

 

EM

 

 

 

 

cg 3108162

 

 

cg 3108163

 

 

 

cg 3108164

 

 

cg 3108165

 

cg 3108166

 

cg 3108167

 

cg 3108168

 

cg 3108169

 

 

cg 31081610

 


cg 31081612

 

 

cg 31081613

 

 

cg 31081614

 

cg 31081615

 

 

cg 31081616

 

 

cg 31081617

 

 

cg 31081618

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer