Autres journaux :



mardi 21 mars 2017 à 06:59

Agence d’urbanisme Sud Bourgogne

Nouvelle étude sur les boucles de déplacements



 

Ce lundi en début d’après-midi, l’Agence d’Urbanisme Sud Bourgogne présentait les résultats de sa dernière étude menée dans le cadre de l’observatoire de la mobilité, dans les locaux de Coriolis à Ecuisses.

 

 

Le travail présenté ce jour s’inscrit dans la suite d’un travail entamé depuis trois ans et dont l’objectif principal est d’accompagner les villes dans leurs aménagements.

 

 

 

Un observatoire pour…

 

 

 

L’observatoire permet d’observer des phénomènes pour mieux connaître le territoire, diffuser des informations, décider ou encore mettre en réseau. Les différents partenaires présents cet après-midi étaient justement très intéressés par la question de la mobilité : élus du Grand Chalon, de la CUCM, de la Communauté de communes du Sud Chalon, de la CC Saône Doubs Bresse, de la CC entre Saône et Grosne, du Grand Autunois Morvan et aussi des partenaires du Syndicat Mixte Chalonnais ou encore de la DREAL

 

 

 

L’activité de l’observatoire de la mobilité se décline sous la forme d’un premier rapport exhaustif publié en 2014 et mis à jour régulièrement. Il a été suivi d’une autre publication portant sur les déplacements entre domicile et travail, puis par un deuxième rapport portant sur le coût de la mobilité. Et ce jour, c’est un rapport portant sur les boucles de déplacement qui était présenté devant des élus du territoire, dont Philippe Baumel, Président de l’AUSB, accompagné de Catherine TREBAOL, Directrice de l’Agence.

 

 

 

Étude sur les boucles de déplacements

 

 

 

En France, le domicile est considéré comme le « point central » de la mobilité. Environ 80 % des déplacements quotidiens partent ou arrivent au domicile.

La plupart du temps, nous utilisons notre voiture pour différentes raisons plus ou moins fondées. Les prétextes pour ne pas marcher ou utiliser un vélo sont multiples et relèvent aussi bien du manque d’aménagements que des conditions météorologiques. Ces dernières années, un autre argument revient régulièrement : la complexification de la mobilité au travers des « boucles de déplacements ».

 

 

 

L’an dernier, à l’issue de la précédente étude menée par l’observatoire de la mobilité, deux sujets avaient été proposés : le premier portant sur le covoiturage n’a pu être développé faute d’informations fournies par des professionnels du secteur sollicités par l’AUSB.

 

 

 

Le deuxième sujet portait sur les boucles de déplacement. Aujourd’hui un quart des modes actifs de déplacement sont représentés par le vélo et la marche à pied. Il reste donc encore une part belle à l’automobile et aux autres modes de déplacement.

 

 

Ce qui peut empêcher le développement de moyens plus doux de déplacement sont donc souvent des « excuses » ou des « prétextes ».

 

 

Une boucle de déplacements peut être simple ou complexe. On dit qu’elle est simple quand elle comprend un simple déplacement de la maison à un autre lieu avant de revenir à la maison. Elle s’apparente donc à un simple déplacement. Une boucle complexe quant à elle, est constituée de plusieurs déplacements à partir du premier point de départ que constitue le domicile. Un tiers des boucles réalisées sont des boucles complexes. Et il y en a de plus en plus.

 

 

L’étude démontre que quel que soit le type de boucles, la voiture est largement utilisée. Cependant, la part de la voiture est plus importante lorsque les boucles sont complexes. La pratique du vélo répond au même constat (part plus importante dans les boucles complexes) alors que la marche et les transports collectifs sont davantage appréciée pour les boucles simples.

En toute logique, la boucle complexe devrait être davantage multimodale, c’est-à-dire faire davantage appel à plusieurs moyens de locomotion.

 

 

Il est aussi observé que la disposition d’une voiture pousse davantage à l’utiliser midi et 14h par exemple pour la pause déjeuner, là où parfois on pourrait utiliser la marche.

Pour les élus, la marge de progression dans l’utilisation de modes de déplacement variés semble davantage résider dans les boucles complexes que dans les boucles simples. Sur une boucle complexe d’une longueur de 1 à 5 km, la voiture est beaucoup utilisée. En revanche, au-delà de 5 km, il peut être envisagé de promouvoir la multimodalité.

 

 

 

Le rôle d’une telle étude

 

 

 

L’AUSB peut ainsi accompagner les collectivités désireuses de développer des moyens plus doux de locomotions en centre-ville notamment, en apportant des conseils sur la reconfiguration des espaces, qu’il s’agisse d’aménagements de voies cyclables ou des espaces autour des gares routières ou ferroviaires ou encore d’autres équipements tels les abris pour les vélos.

 

 

 

Les élus se sont posés la question de l’aménagement de voies cyclables en tant que facteur de développement de ce mode de transport. Pour le chargé d’études de l’AUSB, ce n’est pas le facteur le plus probant observé étant à l’origine du développement de l’utilisation du vélo en ville. Ainsi à Orléans, le vélo est très utilisé car la densité de la population est très importante, que les équipements sont importants et qu’il permet notamment de désengorger la circulation automobile.

Daniel Meunier, élu de la CUCM, a rappelé le travail mené sur le bassin du Creusot Montceau sur le réseau des bus. S’il souhaite poursuivre encore l’amélioration du réseau, il réfléchit aussi au recours d’autres moyens de locomotion surtout dans les villes plus denses de la CUCM.

 

 

 

Quoiqu’il en soit, la voiture reste hégémonique. Mais la marche à pied arrive en seconde position. Dans certains quartiers, le manque de continuité piétonne (absence de trottoirs par exemple) peut nuire à cette pratique. Le chargé d’étude a indiqué que c’est un élément dont les élus doivent tenir compte.

 

 

Les échanges se sont poursuivis sur la question des bicyclettes et trottinettes électriques et le statut qu’elles peuvent avoir comme moyen de locomotion.

 

 

La gestion des boucles complexes constitue pour l’ensemble des élus du territoire du Sud Bourgogne un enjeu majeur d’autant plus que le milieu urbain est étendu. En outre, en grande majorité sur le territoire, les habitants possèdent des vélos. Toutefois, ils ne les utilisent que très peu.

 

 

Reste aussi une autre question qui se pose : celle de l’accès à des sanitaires au travail afin de pouvoir se changer une fois le trajet accompli en vélo.

 

 

Les incitations financières peuvent-elles suffire ?

 

 

Le dernier décret du 18 février 2017 relatif aux aides à l’achat ou à la location des véhicules non polluants (rendu populaire par la prime à l’achat du vélo électrique) complète d’autres mesures récentes comme le bonus écologique, l’indemnité kilométrique vélo. Toutes ont comme but de nous encourager à réduire nos consommations d’énergies fossiles.

 

 

 

Les problèmes de santé liés à la sédentarité augmentent, les inégalités économiques grandissent et plus de la moitié des déplacements quotidiens réalisés font moins de cinq kilomètres.

 

 

 

Dans le contexte de forte dépendance à la voiture (part modale du véhicule léger de 56 à 69 % selon les territoires de nos collectivités) et d’une forte proportion de catégories socio professionnels de classes moyennes, retraités ou ouvriers dont l’étude des déplacements a montré l’importante proportion de boucles simples de déplacement, les modes actifs (vélo, marche à pied) apparaissent en deçà de leurs potentiels et doivent être encouragés selon l’AUSB.

 

 

La prochaine étude devrait porter sur des propositions de cas concrets ou comment offrir une offre incitative au niveau de notre territoire.

 

 

Pour rappel, la prochaine conférence proposée par l’AUSB aura lieu le 3 avril à 18h à la salle du Magny à Montceau-les-Mines. Attention changement de lieu ! Ce débat portera justement sur le quartier du Magny.

 

 

Un débat qui devrait directement intéresser les habitants du quartier !

 

 

Et pour rappel, retrouvez le programme ici : http://montceau-news.com/economie/370545-agence-durbanisme-sud-bourgogne-14.html

 

 

 

EM

 

 

 

urba 2103175

 

 

urba 2103174

 

urba 2103172

 

 

urba 2103173

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer