Autres journaux :



mardi 25 janvier 2011 à 19:02

Fermeture de l’école de Saint-Martin-de-Salencey

Une lectrice nous écrit pour exprimer son émotion



« Ce matin nous avons fait quelques pas dans la neige pour arriver jusqu’à l’école, un peu en retard mais pas pressés. Blanche et Aimé ont enlevé leur manteau et leurs chaussures pour enfiler les chaussons, Marcel les a regardés avec envie et je lui ai dit « l’année prochaine, tu pourras toi aussi accrocher ta cape sous ton prénom ».


Je ne savais pas encore.


L’année prochaine, Marcel, Blanche et Aimé n’accrocherons pas leur manteau sous leur prénom. La veille de la rentrée, nous n’irons pas cueillir les petits bouquets que les enfants offrent à leur maîtresse pour fêter le retour à l’école.


L’année prochaine, la porte de la petite école du village restera fermée. Plus de cris d’enfants pour marquer les heures, plus de légumes dans le potager, personne ne se souciera du sort de neuf enfants dispersés dans les écoles des villages alentours. Les grands arbres de la cour se sentiront bien seuls, ils protégeaient les secrets des enfants depuis toujours.


J’entends déjà les voix qui me diront que ce fermeture était inévitable, qu’elle était annoncée, je vois déjà les regards de ceux qui ont retirés leurs enfants de cette école parce qu’elle était condamnée, eux qui l’ont condamnée. Il nous fallait deux ou trois enfants supplémentaires. Nous étions sur le point de convaincre certains parents. Il est trop tard maintenant. Je me souviens de notre arrivée ici et de notre visite à la maîtresse qui a décidé de notre installation. Je me souviens avoir lu avec le sourire tous ces articles sur les écoles alternatives, celles qui promettent un enseignement différent à des parents prêts à payer des
fortiunes pour que le rythme de leur enfant soit pris en considération. Dans la petite école publique de notre village, Saint-Martin-de-Salencey, chaque enfant évolue a son rythme, de la moyenne section à l’entrée en sixième.


Les enfants font de l’histoire, de l’anglais et apprennent à s’occuper des plus petits.  Au moment de cette entrée en sixième, quand il quitte le cocon, ils sont prêts. Depuis des années, ils ont appris l’autonomie sans subir la violence que  les contraintes scolaires et les obligations peuvent représenter pour certains enfants. La maîtresse est toute seule pour sept niveaux et le respect des autres est obligatoire, comme à la cantine où les enfants mangent ce que la cantinière leur a préparé.


Elle connaît les goûts de chaque enfant. En décembre dernier, chaque vendredi, le menu et la salle à manger était dédié à une couleur. La cantinière conduisait le bus aussi. Personne ne sait où la maîtresse ira l’année prochaine. Depuis quelques jours, les enfants sont inquiets et moi je suis en colère. J’en veux aux parents qui ont changé leur enfant d’école. Is disaient anticiper une fermeture annoncée, j’en veux à ces parents de l’école voisine qui ont mené campagne contre une école trop différente, « trop bien » peut-être ?


J’en veux à certains élus qui  ne se sont pas battus comme il le fallait. Quel intérêt à soutenir neuf élèves et quelques parents qui y croyaient encore? Les anciens du village nous racontaient que depuis trente ans, l’école avait toujours été en danger, à deux doigts de la fermeture. Cette fois-elle ferme, la décision est sans appel. J’en veux à l’inspectrice qui est venue annoncer a nouvelle en cherchant sa route pour venir à l’école, elle n’y était jamais venue. J’en veux à ce système, à ces ministres et à leur président qui sont arrivés à leurs fins, convaincre, même dans les campagnes les plus isolées, qu’il faut fermer pour regrouper, pour mieux fermer encore. J’en veux à ce système qui détruit et pilonne. La petite classe unique de notre village a sauvé plusieurs enfants en grande difficulté scolaire. La maîtresse ne préparait pas seulement de la tisane au thym à ses petits quand ils n’étaient pas bien. Elle apprenait l’autonomie à des enfants qui rejoignaient leur deuxième famille, tous les matins à neuf heures. Mais qui se soucie de neuf enfants qui apprenaient heureux, d’un village qui meurt  et de la révolte qui me ronge tant je crois maintenant qu’elle est inutile et vaine.


Blanche, Aimé et Marcel sont inquiets, moi je suis triste pour les enfants, et pas seulement pour les miens.
« 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Fermeture de l’école de Saint-Martin-de-Salencey”

  1. thomas T dit :

    Bonsoir
    je lis les phrases de ton textes et je pleure.
    j’ai 37 ans et j’étais dans cette école en ce2, cm1, cm2 quand je vois cela j’ai les nerfs qui se froissent.
    Je revois le bûcher que les papas approvisionnaient chaque année , je revois la cantine avec le jour du pain perdu, je revois mes copains , mes copines : Patrice, Claire, Nathalie qui nous rapportaient le matin des bonbons de « chez l’Odette » que je cachais a mes parents mais la vraie vie était bien la.
    A chaque fois fois que je passe devant mon école je suis fier (enfin je l’étais).
    Et puis aussi je revois Daniel mais oui Daniel DECERLE qui à été longtemps président des parents d’élèves de l’école.
    Dommage ,c’est bête je n’ai pas de mot ,aucun mot,rien de plus que déçu.
    En fermant mon école on augmente la malchance.
    Je pense et espère que les élus locaux ne sont pas responsable de cette fermeture (ils ne décident pas toujours) et souhaite une mauvaise fin de carrière a l’inspectrice d’académie (très sincèrement).
    Et puis enfin et comme partout merci aux parents qui ont certainement trouvé l’école pas assez bien pour leurs petits trésors mais que grand bien leur fasse un jour aussi ils iront récupérer leurs courriers postaux a Dijon , Mâcon , ou Paris c’est pas grave leurs progénitures sont probablement des êtres hors classes pour qui l’éducation est certainement moins importante que la rentabilité.
    Thomas

    thomas

  2. Nat dit :

    Bonsoir,
    c’est un texte poignant qui prend aux tripes. Il est bien dommage que les décideurs ne réfléchissent pas avec leurs coeurs car après la lecture de ce texte ils seraient obligés de changer les choses. Moi , j’habite dans un petit village où l’école (de la moyenne section au cm2 répartie en 2 classes) compte encore 27 élèves mais ça reste un combat chaque année pour la garder ouvertes. J’espère que mon petit dernier, qui fait sa rentrée l’année prochaine aura la chance (car c’est une vrai chance ces petites écoles de village) d’y faire toute sa primaire. Je n’ai que peux d’espoir mais je (et tous les autres parents) me battrai pour la garder. Bon courage et encore bravo pour votre texte.
    Nat

  3. gelinotte dit :

    Tu vois Marion, j’ai retrouvé sur le net la trace de cet article en écho à ton billet de cette semaine. Essayons tous ensemble de garder les portes de cette école ouvertes à la rentrée prochaine