Autres journaux :


jeudi 21 juillet 2016 à 06:57

Le tracé du Tacot de Beaubery

Un peu d'histoire de nos campagnes....




L’autre jour en écoutant discuter mes parents et leurs amis, je me suis aperçue que les avis différaient au sujet du tracé du Tacot de Beaubery, ce gentil tortillard qui rendit bien des services à la population du Charolais et du Bassin-Minier.

 

La conversation était partie d’une question toute bête : « où se trouvait la gare de Saint-Vallier, puisqu’il y eut un Café de la Gare ? »

 

Tous se posaient surtout des questions sur le parcours entre la Saule et le Mont-Saint-Vincent, car aujourd’hui, peu de traces subsistent.
 
Aussi ai-je consulté des tas de documents pour mener l’enquête.
 
 tac 16 07 161
 
Vues: gares de Saint-Vallier
 
La loi du 28 juillet 1887 déclare d’utilité publique, pour la Saône et Loire, 5 lignes de chemin de fer d’intérêt local.
La voie ferrée de St Bonnet/Beaubery à Montceau-les-Mines fut d’abord concédée à Mr JANCARD puis à Mrs COIGNET et GOSSELIN. La société concessionnaire deviendra en 1900, la Compagnie des Chemins de Fer d’Intérêt Local de Saône et Loire qui exploitera également les lignes Chalon – Mervans, Tournus – Louhans , Mâcon – Fleurville et Autun – Château Chinon .
 
 
La ligne de St Bonnet/Beaubery à Montceau :
 
 
La région de Montceau est la partie la plus active et la plus en progrès du département et une des plus industrielle de France, Elle desservira ainsi les 4 chefs-lieux de canton St Bonnet, La Guiche Mt St Vincent et Montceau auxquels on peut ajouter Charolles, chef-lieu administratif peu éloigné de la gare de St Bonnet/Beaubery . La ligne sera très utilisée par les contribuables, les percepteurs, par les gens qui se rendent aux tirages de la conscription et aux révisions (service militaire), aux concours des foires des communes traversées et aux marchés de Montceau. La ligne servira un potentiel d’ ouvriers qui habitent St Vallier, St Romain-sous-Gourdon et vont travailler chaque jour à la mine.
 
 
Le profil et le tracé difficile de cette ligne ne le rendit pas vraiment rentable pour la société concessionnaire. Il présente des déclivités atteignant 4,5 cm par mètre et des courbes de 40 mètres de rayon. « Un tracé monstrueux, brisé de pentes et contre pentes, tordu en courbes fantastiques que les trains ne pourront suivre qu’avec lenteur » écrira le maire de Montceau, le Docteur Jeannin.
 
 
tac 16 07 16
 
 
 
 
Description de la voie ferrée
 
 
Les travaux débutent en 1898. La construction de la ligne est relativement rapide puisque le 6 décembre 1900, le premier train partira de Montceau. Le nom familier de « Tacot de Beaubery » sera donné au train par les habitants de la région et sera immortalisé par une chanson du barde charolais Joanny Furtin.
 
La ligne desservait 12 stations entre Montceau et Beaubery : La Saule, Saint-Vallier, Les Bruyères (hameau de Gourdon), Mont-Saint-Vincent, Les Brosses-Tillot, Le Rousset, Marizy, La Guiche, Champvent, La Forêt, Saint-Bonnet-de-Joux et les Loges d’Availly et se terminait à Beaubery.
 
La gare de Montceau s’élevait au fond de l’actuelle place de la Gare, construite perpendiculairement à la gare SNCF,
 
Les anciens parlaient des désagréments du tacot mais aussi de leur joie, étant enfants de courir près du tortillard et même parfois de le pousser à la demande du conducteur pour l’aider à gravir certains passages. Une machine à vapeur dont la grosse cheminée dispersait généreusement fumée de charbon et escarbilles. Des wagons à compartiments dont les banquettes étaient des bancs de bois accueillaient le postérieur des voyageurs, La ligne avait 45 kilomètres de long et quatre arrêts facultatifs (La Saule, Les Bruyères, Les Brosses Tillot, Champvent), et huit gares.
 
L’origine de la ligne est située dans la gare de Beaubery. Après avoir coupé l’actuelle Nationale 79 , elle se tortille sur une rampe difficile pour atteindre la première halte des Loges d’Availly puis elle dessert St Bonnet de Joux où la gare est toujours visible, contourne St Bonnet par l’Ouest et monte plein nord en direction de la Guiche en desservant auparavant les haltes de La Forêt et de Champvent. La desserte de La Guiche par ce train sera un argument fort pour que ce village obtienne la création d’un sanatorium en 1917. La ligne traverse ensuite la Forêt du Rousset.
 
Chaque gare est équipée d’un château d’eau. Les gares possèdent une voie d’évitement permettant le croisement de deux trains,
 
Après les premiers contreforts du Mt St Vincent, le petit train dessert la halte des Brosses puis la gare de Mt St Vincent-Mary. Dans ce secteur, les voyageurs ont du bien souvent descendre afin d’alléger la charge du train et même de pousser le convoi.
Le train redescend ensuite vers St Vallier et dessert les arrêts des Bruyères et de Serles puis fait le détour par St Vallier dont la gare existe encore aujourd’hui transformée en dispensaire.
 
Il longe ensuite le canal du Centre, la ligne PLM et finit par atteindre son terminus de MONTCEAU, et ce 3 fois par jour, 4 les jours de foire.
Hélas le Tacot ne fut bientôt plus compétitif. La régie des transports de Saône-et-Loire s’équipera d’autocars. Les trains seront totalement supprimés le 1er novembre 1934 et la ligne sera définitivement fermée le 30 novembre 1934.
 
La gare montcellienne du tacot demeurera après la fermeture de la ligne, pour servir de gare routière, Elle fut détruite lors de la création du passage, creusé sous les voies ferrées, consécutif à la fermeture du passage à niveau de la rue des Oiseaux.
 
 
 
 
 
 
Mont-St-Vincent-Mary
 
tac 16 07 162
 
Mont-Saint-Vincent
 
tac 16 07 163
 
Le Rousset
 
tac 16 07 164
 
Marizy
 
 
tac 16 07 165
 
La Guiche
 
tac 16 07 166
 
Saint-Bonet-de-Joux
 
 
tac 16 07 167
 
 
tac 16 07 168

 
 


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




11 commentaires sur “Le tracé du Tacot de Beaubery”

  1. rainettegrenouile dit :

    Bonjour
    Beau travail de recherches
    Avez-vous pu retrouver les paroles de la chanson dédiée à ce tacot ?
    Agréable journée
    MB

  2. Daniel Z dit :

    Magnifique reportage. ( l’auteur ?)

    Je me souviens avoir été passager d’ un petit train qui desservait les Baudras et Rozelay.

    Quelqu’un possède des renseignements ?
    Ce devait être vers les années 50….

    Amitiés

    • jasmin dit :

      Monsieur Daniel Z
      Il s’agissait du  » Tacot de la mine  » qui reliait Rozelay à Montceau … sur des voies de la Mine dont des vestiges existent toujours..!!
      Cordialement.

      M.E.

    • jasmin dit :

      Monsieur Daniel Z.
      Suite …
      Ces voies permettaient aux convois , le transport du charbon des puits d’extraction au lavoir des Chavannes.
      Il y avait également des convois voyageurs avec des wagons en bois qui permettaient de prendre les gens aux différents arrêts…
      Rozelay , les Essarts , les Baudras , Montmaillot , les gautherets , etc … jusqu’ à MONTCEAU…
      Les anciens doivent se souvenir..:::
      Cordialement.
      M.E

  3. chimel dit :

    bjr ,

    merci c’est passionnant .le tacot rendait des tas de services et la convivialité etait époustouflante . tout le monde se connaissait et fraternisait . le tacot s’est arrèté le jour de mes 2 ans mais j’ai été passager avant .mes grands parents habitaient a quelques centaines de metres de la gare de st vallier et mes parents aux chavannes .c’était déja voyage accompagné : ma mémée me confiait a sa « copine » chef de gare qui refilait « le colis » a une voyageuse de ses amies et ma mére me récupèrait a la halte des chavannes …
    et aussi les anecdotes :le grand pere de chevagny qui rattrapait le tacot en courant a travers champs pour venir faire sa cour a sa fiançée a st vallier non sans avoir lui aussi poussé le convoi surchargé les jours de marché « au montceau » .
    bonne semaine a vous .

  4. Lio7371 dit :

    Bonjour, très intéressant reportage; mon arrière grand mère habitait à  » Saint Bange , Le Bois du Plat, c ‘est 300 mètres (environ) après l ‘entrée de la rue Roll Tanguy (sauf erreur dans mes souvenirs……,en tout cas ,la rue qui part droit , dans le virage à gauche après le château d ‘eau , en montant de la place ) , j ‘ai du passer tous mes jeudis chez elle, de l ‘enfance à l ‘adolescence, soit de 60 à 72 environ, et, d ‘une part le talus (surélevé) du tacot était la limite de son terrain,et, avec un copain voisin de mon age ( D Segaud, pour le citer ) nous avons joué des heures sur ce talus, mais aussi , »sous » le talus,car, un petit tunnel (maxi 1 mètre de haut par 0,60 en largeur) le traverse , (pour le passage du petit gibier, à priori, vu la taille ! ), et ça, quand tu es môme , ça en permet des imaginations de jeux ! Je pense que le talus dont je parle est visible de la route, ( à une trentaine de mètres à gauche), depuis l ‘endroit ou elle fait un virage gauche prononcé (et sans beaucoup de visibilité ! ) cela, avant une descente ! Sinon, je confirme que la gare de Saint Vallier était bien le bâtiment situé devant les immeubles de la cité HLM ,bâtiment qui était devenu un centre médico -social ( dans les années 80 )……….et maintenant ? Autre détail : le chemin non goudronné, qui part de ce bâtiment , en direction du château d ‘eau,( et fermé aux véhicules par une grosse pierre) , est bien le tracé du fameux tacot ! On peut retrouver le tracé du tacot,depuis la route, quelques centaines de mètres avant d ‘arriver au River Boat (si le nom n ‘a pas changé) : il faut regarder à droite, au loin, on distingue une ligne d ‘arbres – peupliers ?- c ‘est là ! Je ne suis pas repassé par là bas depuis des années, ce que j ‘écris, ce sont mes souvenirs, je peux donc faire quelques erreurs,cependant, pour la gare + le talus et le tunnel, je suis certain ! Si des internautes,pouvaient compléter mes lacunes ( j’aimerais connaître le tracé précis de la ligne, entre la gare de Montceau, et, au moins la Croix Racot…….)je les en remercie par avance ; PS : on retrouve sur Google, en tapant juste  » tacot de beaubery » plusieurs sites, dont un ,qui propose le tracé de toute la ligne, avec les photos des gares ! Pour finir (provisoirement ) : est ce qu ‘un(e) habitant(e) de ce coin de Saint – Vallier (Saint Bange ou Le Bois du Plat ) pourrait me renseigner sur le pré tout cabossé ( si si !) qui est le premier pré à gauche, en pénétrant dans la rue Roll Tanguy, juste après les garages en béton, en face de 5 ou 6 maisons, elles sur la droite ! : Je me suis toujours demandé (et ,je ne suis pas le seul )ce que signifiaient ces tranchées étranges, en zig zag, qui lézardent ce pré……. (bombardement ? effet de la nature ? action humaine ? ) :j’aurais dû demander à ma famille maternelle (toute de là bas ) jadis, maintenant ……il est trop tard ! Bonne journée à Montceau News et à ses lecteurs/lectrices ! LM

    • chimel dit :

      bjr .

      de la gare de st vallier le tacot traversait la casse actuelle et descendait a la halte des chavannes en traversant le petit bois de la saule ensuite il était a peu pres parrallele a la voie ferrée normale jusqu’au terminus place de la gare en traversant « le dépot » au bord du canal qui est actuellement le garage des bus quasi au droit de lucy 3 .

      amitiés

    • jesse dit :

      Au départ de la gare de Montceau, le tacot longeait la ligne SNCF au plus près, côté canal. Juste en dessous du passage à niveau de Lucy on aperçoit tout de suite à droite le chemin par lequel il passait. Il franchissait la route où il y a aujourd’hui un dépôt de couvreur (qui n’existait pas à cette époque).
      Il continuait à longer la ligne SNCF, puis à hauteur de la Saule, tournait à gauche sous un tunnel. Un cheminot m’a dit récemment que ce tunnel était encore visible. Il grimpait dans la Saule et il y avait une halte, là où se trouvent depuis 1951, les hauts chalets de la mine et la chapelle.
      Le tacot plongeait ensuite en direction de l’auberge de la Saule, pas encore construite et suivait un chemin. Après, je sèche et bien qu’originaire du quartier La Lande-le Vernois je ne vois pas bien par où il grimpait à la gare de St-Vallier.

  5. Martin33 dit :

    C’est dommage qu’il n’y ai pas une carte précise du tracé du tacot mise à disposition par les offices de tourisme des différentes communes traversées. Cela pourrait être l’occasion de redécouvrir cet itinéraire grâce à un balisage spécifique et pourquoi pas une voie verte…