Autres journaux :



vendredi 3 novembre 2017 à 06:08

Eoliennes à Saint Bérain-sous-Sanvignes

Discussion musclée entre le collectif et le maire de la commune



 

 

 

 

 

Ce jeudi soir, l’Auberge de la Coudraie accueillait le collectif Vent de sottise 71 à Saint Bérain sous Sanvignes. L’auberge était bien remplie pour cette soirée qui intéressait aussi bien des locaux que des habitants du bassin minier plus globalement.

Et parmi les personnes présentes, le maire de la commune accompagné d’un de ses adjoints était venu écouter les arguments du collectif avant de présenter les informations qu’il avait en mains concernant le projet.

 

 

Un débat pour lutter contre l’ignorance

 

 

Joël Jouve, Président du Collectif a débuté la soirée en présentant le collectif, rappelant sa constitution en novembre 2016. Présentant le collectif comme non dogmatique, il a aussi ajouter être là « pour débattre avec vous et lutter contre l’ignorance ». Cette soirée avait pour but « d’amener un appui aux habitants de Saint Bérain et d’expliquer les conséquences des installations des éoliennes ».

 

 

C’est ensuite Jacques Pieltin, ancien employé d’EDF et se présentant comme un spécialiste d’énergies électriques qui a réalisé une présentation que certaines personnes présentes ont qualifié à la sortie de la soirée de « débat à charge ».

 

 

Au cours d’une heure et demi de présentation, Jacques Pieltin a présenté d’abord le cadre général technique, légal, environnemental et de santé publique des éoliennes en France, avant de développer le cas précis du projet de Saint Bérain en précisant qu’il émettait des hypothèses, ne possédant pas l’ensemble des informations sur le dossier.

 

 

Sur le plan technique, il a présenté les équipements de 180 mètres de hauteur qui pourraient être installés sur la commune de Saint Bérain si le projet aboutissait. Expliquant l’installation au sol, les techniques employées et les inconvénients pour l’environnement, il a cherché à montrer textes à l’appui en quoi les éoliennes pouvaient nuire à l’environnement.

 

 

Il a présenté l’énergie comme aléatoire et intermittente et contraire à une production locale, devant être compensée par des énergies plus polluantes lors de baisses de production.

 

 

Des éoliennes sur le territoire de la CUCM

 

 

Poursuivant son propos, il a rappelé les caractéristiques du territoire de Saint Bérain : un habitat dispersé et un faible vent comme sur l’ensemble du département. Il a aussi émis des hypothèses de positionnement des projets d’éoliennes en s’appuyant sur les distances légales entre de telles installations et les habitations. Définissant une zone nord et une zone sud, ce serait selon lui jusqu’à 14 éoliennes qui pourraient s’implanter dans le paysage minier interférant avec le cadre de vie des habitants.

 

 

Poursuivant ses simulations et à partir des hypothèses de départ de positionnements des parcs d’éoliennes, il a réalisé des photomontages de ce à quoi pourrait ressembler le paysage local en cas d’installation de ces équipements.

 

 

Il a ensuite continué son développement en indiquant les impacts sur la santé : bruit des éoliennes (bruit audible de 106 dB pour une éolienne d’une hauteur de 200 mètres). « Plus on augmente la longueur des pales, plus on va faire du bruit. Le vent porte le son. La réglementation n’en tient pas compte. » expliquait-il, insistant ensuite sur la différence de perceptions entre le jour et la nuit. « La nuit, le son redescend. C’est là le plus gros problème. Les riverains sont davantage enbêtés à ce moment-là » a-t-il poursuivi.

 

 

Sur la question du bruit, il a expliqué que selon lui et textes de loi et arrêté à l’appui, le bruit dépasse des seuils difficilement acceptables par les riverains. Il a notamment remis en question les techniques de mesure du bruit actuellement employées qui selon lui favorisent les promoteurs au détriment de la santé publique, indiquant que les études acoustiques étaient discutables.

 

 

Toujours sur la question du son, il a ensuite abordé la question des infrasons et des très basses fréquences, sons qui ne sont pas entendus par l’oreille humaine et qui peuvent toutefois perturber la santé.

 

 

Cette production des infrasons se fait par le passage des pales devant le mat et par les vibrations du mat a-t-il expliqué.

 

 

« Le syndrome éolien »

 

 

Au niveau de la santé et en se référant à des études réalisées notamment aux Etats-Unis, Jacques Pieltin a présenté les symptômes du « syndrome éolien » : acouphènes, bourdonnements d’oreilles, maux de tête, migraines, troubles du sommeil, vertiges, nausées, troubles psychiques, troubles respiratoires, maladies des nerfs etc.

 

 

Et d’ajouter qu’au sein d’une même famille, tous les membres peuvent ne pas être touchés de manière identique.

 

 

Poursuivant son exposé, il a ensuite développé l’argument portant sur l’immobilier et la dépréciation de celui-ci : selon une étude britannique, – 11 % dans un rayon de 2 km. En France, il n’y aurait pas d’étude de fond et seul quelques jugements de tribunaux feraient état de dépréciations, estimées selon certains professionnels entre 28 et 46 %.

 

 

Pour le territoire de Saint Bérain et carte des vents à l’appui, il a estimé ce que pourrait rapporter le projet dans la configuration présentée en début de soirée et a posé la question de la rentabilité du projet. Pour les propriétaires des terrains loués pour l’installation des équipements, cela pourrait ainsi rapporter entre 3000 € par éolienne à l’année ou 5000 € par Méga Watt.

 

 

Systèmes de financements, démantèlement et coût de celui-ci ont été aussi d’autres questions abordées par le collectif au cours de la soirée.

 

 

L’exposé s’est achevé sur les conséquences de tels aménagements sur l’environnement : des troubles pour les populations d’oiseaux et de chauves souris et des risques de pollution des sols et d’incendies.

 

 

Jacques Pieltin a conclu sur la responsabilité des maires dans l’installation des éoliennes, puisque de tels équipements ne font pas l’objet de débats publics. « Les promoteurs s’adressent directement aux maires qui ne possèdent pas les compétences ».

 

 

Un maire difficile à entendre

 

 

Pendant une heure et demi, le maire de Saint Bérain a attendu son tour pour s’exprimer écoutant patiemment les arguments de Vent de sottise 71. Mais lorsqu’il a débuté ses explications, c’est un véritable bras de fer qui a eu lieu entre la salle et lui, malgré les interventions répétées de Joël Jouve appelant au calme et à l’écoute.

 

« J’ai le projet bien en tête » expliquait le maire. Et c’est notes à l’appui qu’il a tenté de reprendre chaque point présenté au cours de la soirée par le collectif. Il a ainsi communiqué que le projet sur le site Sud était en sommeil à cause de problèmes de succession.

 

 

Et il a invité le collectif et les personnes présentes à venir assister au conseil municipal qui devrait avoir lieu fin novembre / début décembre et au cours duquel le promoteur devrait venir présenter l’étude de mesures prises au cours de l’année. Les résultats des études seront ainsi entièrement communiquées.

 

 

La discussion entre le maire et la salle n’a pu se poursuivre, certaines personnes s’opposant avec véhémence à celui-ci. C’est sur le parking de l’auberge et auprès de personnes intéressées par les propos du maire que la discussion s’est achevée : Monsieur le Maire a indiqué que sa décision n’était pas ferme. Une personne venue assister à la soirée a regretté qu’il n’y ait pas eu de débat, pire il a parlé d’un « débat à charge » qui aurait mérité de montrer aussi les points positifs de telles technologies. Pour cette dernière personne, son opinion sur le sujet de l’implantation d’éoliennes à Saint Bérain n’a pas été plus claire à l’issue de la soirée.

 

 

Globalement, ces personnes sont en attente des résultats des études pour se positionner.

 

 

A l’intérieur de l’auberge, pendant ce temps-là, une nouvelle association tentait de se constituer afin de s’opposer au projet et de porter la parole des riverains face au Préfet de Saône-et-Loire.

 

 

Le collectif Vent de sottise 71 a indiqué qu’il viendrait assister au conseil municipal pour prendre connaissance des résultats des études menées par le promoteur du projet. Il entend aussi soutenir la nouvelle association constituée des habitants de Saint Bérain.

 

 

Les prochaines semaines devraient nous apporter davantage de développements sur les intentions du promoteur.

 

 

EM

 

 

Cliquez ci-dessous pour le diaporama :

 

 

http://montceau-news.com/imagesPost/2017/08/eol-diapos-Mt-St-Vt-300817.pdf

 

 

 

 

 

 

eol 0311174

 

eol 0311172

 

 

eol 0311173

 

 

eol 0311175

 

 

eol 0311176

 

eol 0311177

 

eol 0311178

 

eol 0311179

 

 

eol 03111710

 

eol 03111711

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




10 commentaires sur “Eoliennes à Saint Bérain-sous-Sanvignes”

  1. Daniel Z dit :

    Tout est là….. Bon, je sorts !

  2. lenoir dit :

    un debat a charge serions nous des ignirants prétentieux….

  3. Kikidilui dit :

    Arrêtez de raconter des « sottises » et de désinformer la population.Sur la photo vue de Sanvignes,l’éolienne au premier plan est plantée juste en arrière du lieu-dit la tour va,qui est sur sanvignes et non pas sur saint-bérain,et pour les autres ce n’est pas mieux.J’avais cru comprendre que les mesures de vent ont été faites sur les hauteurs de la colline entre la vallote et courmarcou,à droite en allant à Toulon,et ce n’est pas là que vous avez planté vos éoliennes sur la photo.Alors vent de sottises,changer donc votre appellation d’association.Si vous êtes plutôt centrales à charbon,dites-le tout de suite.Comme je l’ai dit précédemment,la FRANCE est bel et bien ingouvernable.

  4. pinks dit :

    bonsoir
    on ne veut plus de l energie nucleaire,on veut produire une énergie propre!
    comment fait on?
    pas de nucleaire,pas d eolienne,et pas …autant revenir au moyen age!
    a mediter..

  5. pascal dit :

    Je pense que Vent de Sottise est une émanation des opposants à Center Parc ; toujours contre et après ils pleurent car il n’y a pas d’emploi. Ils ne veulent plus du nucléaire et quand on leur propose autre chose ,ils sont contre . Bien le Français moyen , toujours contre mais jamais d’idée.

  6. jyton dit :

    Est-ce bien objectif de faire parler un « EDF » comme expert ? On sait bien que les membres d’EDF ont été formatés à la défense du nucléaire. Soi dit en passant on ne sait toujours pas comment démanteler une centrale !
    Par ailleurs l’erzatz d’argumentation des antis relève de la pensée magique, en effet les infrasons ne sont reconnus par aucun scientifique. Seraient-ce les infrasons qui « groûlent » la table lors des séances de spiritisme ?

    • Daniel Z dit :

      Vous connaissez l’Institut National de Recherche et de Sécurité ?
      http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ND%202250

      Wiki : Ainsi fin 1963 le docteur Gavreau, du Laboratoire d’électro-acoustique de Marseille se rend compte que les chercheurs de son équipe sont sujets à des nausées et des maux de tête violents et inexplicables. Ils finissent par découvrir qu’un ventilateur en est la cause : la machine en fonctionnant émettait un son à une fréquence de 7 Hz qui, amplifié par le conduit d’aération où elle était encastrée, devenait insupportable bien qu’inaudible….

      Curieux non ?

  7. jyton dit :

    C’est bien ce que je dis: pas d’infos sur le protocole expérimental rien que du phantasme donc pensée magique.

    • Daniel Z dit :

      Ce n’est pas parce que des « études » n’ont pas été entreprises que les phénomènes n’existent pas, jyton.

      Le LMA est un organisme du CNRS et il semble bien que des chercheurs aient « bénéficié » du phénomène avant de l’identifier, non ?
      Il semblerait qu’il s’agisse de faits ayant donné des développements, non de phantasme.

      Je me méfie aussi de plus en plus de la caution scientifique, n’étant pas capable de vérifier sa pertinence…..

      Amitiés Jyton

  8. VALLOIDIEN dit :

    j’aurai aimé que:
    « mettez, et construisez les éoliennes à la mer, en ce qui concerne pour le bruit, se serait super avec les bruits des vagues !
    on a 3700 KM de côtes maritimes,
    se serait super, tous les 50 km le long des rivages, on pourra alimenter presque tous les réseaux français du côté ouest,
    côté est, et du côté est on a le nucléaire, »
    mais non , les producteurs des éoliennes préfèrent plantés sur terre, près des habitations, c’est beaucoup moins cher , et en plus ils ont le monopoles de l’ EDF par le biais des signatures qui sont liés avec eux,
    malheureusement,
    avec tous ces manifestations, ça n’a pas aboutis et depuis des décenies, et, ils ont plantés leurs éoliennes que les habitants n’en voulaient pas !
    que faire,
    encore une discussion,
    c’est peine perdue !
    et vous verrez on aura des éoliennes d’ici peu , que vous en vouliez pas
    on dit d’un dicton:
    c’est le pot de fer contre le pot de terre !