Autres journaux :



jeudi 2 février 2017 à 19:44

Communauté urbaine Creusot-Montceau…

Un budget maîtrisé mais ambitieux Ambitieux dans ses projets, maîtrisé dans sa gestion et sable fiscalement, 3,7 millions d’euros pour le développement économique



 

 

En premier lieu ; un constat quant aux dotations de l’état : la perte de ressource des dotations, subventions et participations est estimée à environ 600 000 € pour l’année 2017. 

 

Une donnée dont les élus et services ont du prendre en compte au moment de l’élaboration de ce budget primitif !

 

 

ccm 0202176

 

Un  budget 2017 reflète les priorités de l’exécutif communautaire :

 

le développement économique et l’enseignement supérieur, le renouvellement urbain et l’attractivité résidentielle, la solidarité et la cohésion sociale.

 

 

Le niveau d’investissement reste soutenu pour atteindre 31,5 millions d’euros tous budgets confondus, dont 25,5 millions sur le budget principal.

 

Dépense d’investissement 

 

 

Développement économique : 3,7 millions d’euros

 

En 2017, il est prévu de consacrer 3,7 millions au développement économique, dont 1,25 million pour l’amélioration de la qualité des espaces publics à Coriolis, notamment rue de la Marquise.

 

Comme le prévoit la convention financière 2014 – 2019 signée avec l’Etat, la communauté urbaine continue de contribuer aux travaux de sécurisation de la RCEA, à hauteur d’un peu plus de 1 million d’euros.

 

Près de 362 000 € seront également dédiés au développement des zones d’activités de Châtillon à Montceau et de Torcy. Plus de 150 000 € seront par ailleurs consacrés aux sites industriel du Creusot et des Chavannes à Montceau.

 

Outre le versement de subventions aux établissements universitaires, 100 000 € seront consacrés au volet immobilier du futur site technopolitain et 250 000 € à des travaux de toiture du bâtiment Condorcet.

 

 

Renouvellement urbain et attractivité résidentielle : 8,9 millions d’euros

 

A Montceau, les projets urbains portent sur des travaux dans le quartier des Equipages pour 670 000 €, l’aménagement de l’axe piéton et de l’Embarcadère pour 690 000 €.

 

Au Creusot, le projet majeur concerne la construction d’un nouveau pont avenue François Mitterrand avec une enveloppe de plus de 2 millions. Par ailleurs, 430 000 € seront dédiés au développement de Mach 2 et 310 000 € seront consacrés à des travaux rue de l’Etang de la Forge et à la réfection des murs du parc de la Verrerie.

 

En matière d’habitat, différentes opérations sont prévues au Breuil, à Saint-Vallier, à Blanzy, au Creusot et à Montchanin pour un montant total de 672 000 €. Près de 120 000 € seront dédiés à l’opération Bimby et 300 000 € à l’Opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah).

 

Engagé en 2016, le programme de déploiement du haut débit en anticipation du plan départemental sur le très haut débit va se poursuivre en 2017, avec une enveloppe de près de 2,2 millions d’euros. Cette opération bénéficie principalement à des communes rurales du territoire.

 

Concernant les aménagements de loisirs, le tourisme et le patrimoine, les projets les plus marquants comptent la restauration de la villa Perrusson (427 500 €), la rénovation des pontons et de la capitainerie du port de Montceau (700 000 €), une étude et le nettoyage de la halte nautique à Montchanin (84 000 €) en vue de l’aménagement d’une activité d’accueil.

 

 

Solidarité et cohésion sociale : 0,8 million d’euros

 

Dans le cadre de l’aménagement des quartiers prioritaires, une enveloppe de 258 000 € est prévue pour le renouvellement urbain du quartier Harfleur au Creusot et de 100 000 € pour l’aménagement des rives du quartier du Plessis à Montceau.

 

Les aides financières au locatif social (via l’aide à la pierre) sont évaluées à 226 000 € pour 2017.

 

Plus de 230 000 € seront consacrés à la mise en accessibilité, avec l’élaboration du plan de mise en accessibilité (voirie, espaces publics, arrêts de bus…).

Proximité : 8 millions d’euros

 

La politique de proximité concerne essentiellement les aménagements de voirie et de l’espace communautaire (5,6 millions) ainsi que la gestion des déchets (près de 2,4 millions).

 

Le programme pluriannuel de voirie s’élève à près de 1,6 million.

 

165 000 € seront également intégrés au titre du fonds de concours des chemins ruraux et accessibilité tandis que 2,15 millions seront alloués à la dotation aménagements urbains dans les communes (aménagement du rond-point et du parking au lycée Lavoisier, aménagement du parking de la piscine au Creusot, sécurisation de la route de Mâcon entre le canal du Centre et la voie ferrée à Blanzy, installation de dispositifs de ralentissement au Breuil, poursuite de l’aménagement rue André Pautet à Ciry-le-Noble, aménagement du boulevard de Lattre de Tassigny à Montceau, abords de la maison médicalisée à Perrecy-les-Forges, aménagement des îlots des écoles à Saint-Firmin, aménagement du bourg à Saint-Laurent-d’Andenay et à Saint-Pierre-de-Varennes…).

 

Une enveloppe de 650 000 € permettra d’achever les aménagements de la déchetterie de Ciry et 735 500 € seront dédiés à trois autres déchetteries. Une dotation de 976 000 € est par ailleurs prévue au titre de la collecte des déchets ménagers (maintenance et acquisition de matériel…).

 

Dépense de fonctionnement

 

 

Compte tenu du contexte économique de faible croissance et des dispositions prises par l’Etat pour maintenir la participation des collectivités locales au ralentissement de la progression des déficits publics, au travers d’une baisse des dotations (moindre cependant que celle initialement prévue), la poursuite de la maîtrise des dépenses de fonctionnement demeure indispensable.

 

 

Budget principal

 

Sur le seul budget principal, les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 59,33 millions d’euros, en recul de 0,96 % par rapport au budget primitif 2016.

 

Les charges à caractère général s’établissent à 22,3 millions d’euros, dont près de 8,8 millions pour les déchets, 3,1 millions pour la voirie et 3,35 millions pour le transport scolaire.

 

Les charges de personnel sont estimées à 18,5 millions, en hausse de 2% en raison d’évolutions réglementaires.

 

Toujours sur le budget principal, les charges financières (remboursement de la dette existante) s’établissent à 6,65 millions. Sur ces bases, une épargne nette (solde entre les dépenses et les recettes de fonctionnement) de 4,24 millions est dégagée.

 

Eau

 

 

Le programme d’investissement intègre des dépenses d’équipement pour 3,3 millions, parmi lesquelles :

 

protection du lac de la Sorme (254 000 €),

 

protection des ressources Nord (28 000 €),

 

travaux sur les réserves d’eau brute (300 000 €),

 

travaux sur les réseaux d’eau brute (185 000 €),

 

démolition de l’ancienne usine d’eau potable de la Marolle (200 000 €),

 

rénovation des réservoirs d’eau potable (284 000 €),

 

rénovation de réseaux (1,5 million),

 

extensions de réseaux qui accompagnent le développement de l’habitat et des activités économiques (560 000 €).

 

Des opérations complémentaires sont également portées par Véolia dans le cadre du traité d’affermage pour un montant prévisionnel de 1,32 million.

 

Les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 1 million d’euros.

 

 

Assainissement collectif 

 

 

Les dépenses d’investissement s’établissent à 2,57 millions d’euros et comprennent notamment :

 

la rénovation de réseaux (619 000 €),

 

les travaux sur les usines de dépollution (440 000 €),

 

les extensions de réseau (1,22 million) qui accompagnent le développement de l’habitat et des activités économiques.

 

Des opérations complémentaires sont portées par Véolia dans le cadre du traité d’affermage pour un montant prévisionnel de 355 000 €.

 

Les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 567 800 €.

 

Assainissement non collectif 

 

 

Les dépenses de fonctionnement s’établissent à 75 000 €.

 

 

Transports

 

 

Les dépenses de fonctionnement représentent 3,5 millions d’euros, dont 3,1 millions concernent le contrat avec Creusot Montceau Transports et 200 000 € le marché de transport à la demande.

 

Ecomusée

 

 

Le budget de l’Ecomusée s’élève à un peu plus de 860 000 €. Les charges à caractère général (356 665 €) intègrent principalement les dépenses au titre de la programmation scientifique et culturelle (214 910 €), avec l’organisation de l’exposition autour de l’œuvre de Raymond Rochette, l’acquisition de nouveaux produits pour la boutique, les différentes animations et événements de la saison culturelle.

 

La saison culturelle 2017 sera organisée autour d’une exposition principale intitulée « Rochette, l’obsession de l’industrie », proposant au public une sélection d’environ 200 peintures et dessins. Le programme culturel proposera également un cycle de conférences et des actions pédagogiques autour de cette exposition, des ateliers jeunes publics autour des collections, des animations proposées dans le cadre de la Nuit des musées et des Journées du patrimoine, ainsi que le 2e volet du projet « Murs-murs », en partenariat avec la Compagnie Zumbo et la Baraque TV, sur le thème des migrations aux XX e et XXI e siècles.

 

 

 

TAB 31 01 17

 

 

Les charges générales –:  22,3 M€

 

 

 

 

 

 

TAB 31 01 171

 

 

Impôts et taxes : 41.8 M€ 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer