Autres journaux :



lundi 15 juin 2015 Ă  08:15

Savoir le dire

SNCF : y’a pas que le train qui tourne sur 3 pattes !



 

Ça faisait un petit moment que la Lolotte n’avait pas râlé ! Mais là, il le fallait ! Et tous les usagers (que dis-je, les otages) de la SNCF ne la contrediront pas.

 

Voici donc notre Lolotte au départ de Montceau ce mercredi. Et là, Waouhhhh ! Elle se rend compte que la SNCF a investi : guichet (unique) moderne, clair, sympa quoi ! Agréablement surprise, notre amie se dit qu’enfin, les usagers ne sont pas que des tiroirs-caisses. Le voyage Montceau-Dijon se passe à merveille et l’impression d’un meilleur service de la part de l’institution dirigée par Guillaume Pépy s’impose à la Lolotte. Ouf ! Il était temps…

 

 

Las … Au retour, l’impression favorable se prolonge. M’enfin ! Ils ont compris qu’à se moquer des usagers, avec les grèves incessantes aux périodes stratégiques, les pannes, les retards etc…ils risquaient d’exaspérer et au final, de perdre des voyageurs.

 

 

Voici donc la Lolotte arrivée à la gare de Montchanin, toute guillerette et heureuse d’être à la maison un petit quart d’heure plus tard. La journée a été longue, fatigante, il a fait très chaud. Bref, pressée de rentrer !

 

 

Et c’est d’un pas encore alerte que la voyageuse grimpe dans la « correspondance » pour rallier Montceau. Au bout d’e 10 mn, une voix crachouille au micro des phrases hachées que personne ne comprend. Ah ! Faudrait réparer cela les gars, car ce n’est pas agréable. Voyant que personne n’avait compris le message, le contrôleur traduit : « Vous allez descendre, le train est en panne ! Attendez le suivant qui arrivera dans 1h10 ! ». D’excuses point ! L’homme se dérobe en catimini, échappant aux demandes d’explications des usagers. Bizarrement, aucun employé ne traine sur les quais, les portes sont fermées et rien ne bouge.

 

 

Quand enfin un malheureux montre le bout de son nez, c’est pour annoncer qu’il n’y aura ni taxi, ni navette, ni Bucéphale pour prendre le relais. Débrouillez-vous cochons de payants !

 

 

Certains habitués, blasés, appellent leur famille, les amis, les parents afin qu’ils viennent les chercher. La Lolotte elle, attend en bouillonnant ! Et ouvre ses portugaises, qui pour le coup, ne sont pas ensablées ! Et l’écoute est édifiante ! Un homme, travaillant à Dijon, raconte qu’à maintes reprises, son train a été annulé, sans signalement préalable. Un autre précise que deux jours avant, le train a eu un retard de plus d’une heure pour cause de « feu de talus ! ». Enfin, tous ces habitués relatent la panne de leur train à Beaune, sans aucun autre pour prendre le relais ! Pas de train de rechange. Bilan des courses, chacun a soit squatté chez des amis ou rejoins l’hôtel.

 

 

Une dame, fataliste, raconte que son patron lui a même posé un ultimatum : soit elle venait habiter à Dijon, soit leur collaboration s’arrêterait là, en raison de ses retards récurrents ! Incroyable !

 

 

Une heure et quart plus tard, notre correspondance arrive enfin. Et la Lolotte, écumante de rage, mais se retenant …un peu, apostrophe le conducteur, en lui demandant de qui se moquait la SNCF. Tout en ayant conscience que lui n’y était pour rien, le malheureux. Mais bon ! Il faut bien que quelqu’un fasse passer le message…

 

 

Et là, tenez-vous bien, l’homme répond : « adressez-vous à la direction, moi je m’en moque ! » et sur ce, il a un sourire ironique, nous dit « Bonne journée ! » et s’enferme dans sa cabine.

 

 

En rage, la Lolotte, demande au contrôleur, qui a fait son apparition à ce moment-là s’il se moque du monde. Tentant d’arranger les choses : « Que voulez-vous, il y a des bons et des mauvais ! ». Et le pauvre, au demeurant charmant explique : « Votre train était effectivement en panne. Il tournait sur 3 pattes et dans la montée de Saint Léger, on a cru qu’il ne monterait jamais ! On est arrivé à l’amener jusqu’à Montchanin. Ajoutant : « On va le pousser sur une voie de garage, mais le problème c’est qu’on n’a aucun train de rechange ! ».

 

 

Et toujours aucune excuse ! Usager, paie (cher) et ferme-là ! Et une autre pensée vient à la Lolotte : ces correspondances sont des trains mal entretenus, qui tombent sans arrêt en panne et qui sont tout simplement dangereux ! De source sûre, on a entendu que les conducteurs ne devaient pas pousser la machine mais au contraire, rouler prudemment avec ces engins ! Mais attention ! L’info ne vient pas des personnels croisés ce mercredi. Elle remonte à quelques mois…

 

 

Au final, la Lolotte se dit que les pauvres usagers réguliers sont continuellement pris en otage par la SNCF. Et cela, c’est inacceptable…

 

 

 

 

 

porte voix 2014

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




6 commentaires sur “Savoir le dire”

  1. jeanmichel71 dit :

    Bonjour,

    Une future pensée Joyeuse, peut-être un futur sujet philosophique

    « Savoir le dire

    …des trains mal entretenus, qui tombent « SANS ARRĂŠT » en panne… »

    Et lĂ , sans coup fĂ©rir, une panne « AVEC ARRĂŠT ». Çà vous fait rire ?

  2. Daniel Z dit :

    Bof….. Chronique de la mĂ©diocritĂ© Ă©tatique banale non ?

    Ce matin, quelques heures d’Ă©nervement avec le logiciel imposĂ© par une administration.
    Rien à envier au célèbre Socrate de la SNCF.
    Appel téléphonique au service compétent et réponse cinglante
    « Monsieur, il va ĂŞtre 11h 30. »

    Ce pays est condamnĂ© ….

    Amitiés

    • chimel dit :

      bjr ,

      je vous rassure nous usagers savons aussi leur ‘balançer des commentaires cinglants » j’ai rencontre a 2 reprises le responsable de la mise en oeuvre du fameux « socrate » qui Ă©tait un ami d’un collegue au moment ou , depuis plusieurs dizaine de mois » il pĂ©dalait
      allegrement dans la semoule  » et il dormait plutot mal . nĂ©anmoins nous ne l’avons guere mĂ©nagĂ© et son employeur itou .

      j’espĂ©re que « cette vengeance a priori » vous mettra un peu de baume au coeur et vous souhaite un excellente semaine .