Autres journaux :


mardi 18 octobre 2016 à 07:25

La jeune comédienne montcellienne, Camille Mutin dans « Désigné coupable »

 samedi 5 novembre à Montceau-les-Mines Elle a grandi à Montceau, elle se dévoile à Paris



 

Camille a les yeux bleus. Camille est blonde. Camille est comédienne et désormais habite Paris. Tout pour plaire, du moins en apparence, pour jouer à 20 ans des rôles de blonde aux yeux bleus, sauf que Camille indépendamment d’un prénom qui sonne bien, se nomme Mutin. Mutin, mutine. Camille l’insoumise, Camille la rebelle, la révoltée, l’effrontée…

 

 

Regardez bien son visage, observez son regard, il est à la fois glaçant et glamour. Pour un homme, on dira dans la profession qu’il a une gueule. Pour une femme, une jeune femme, on versera plutôt dans, elle a du caractère. Bien trempé même.

 

Parce que de toute manière, pour réussir une carrière de comédienne, la beauté même fatale ne suffit pas, il faut du tempérament, un tempérament et Camille est de cette trempe. « Je veux casser l’image de la blonde, me montrer plus rebelle, allez au-delà de moi-même » dit-elle avec conviction. A moins que la promotion canapé donne un coup de pouce inespéré ? « Coucher ? Mais c’est du flan, on ne se fera plus jamais respecter. Il faut savoir s’entourer des bonnes personnes » répond-elle avec assurance.

 

 

mutin-17-10-16

 

Une petite fille qui voulait faire du théâtre

 

Camille Mutin, nous la retrouverons samedi 5 novembre 2016 à l’auditorium des Ateliers du jour à Montceau-les-Mines dans une pièce de théâtre intitulée « Désigné coupable ». Elle y joue le rôle de la femme du suspect. C’est une adaptation du roman de John Wain Wright dont a été tiré le film de Claude Miller, Garde à vue avec Romy Schneider notamment et Lino Ventura.

 

Camille revient donc chez elle, à Montceau-les-Mines où comme pour toute histoire, tout a commencé. Il était une fois… une petite fille qui voulait faire du théâtre. A sept ans, à l’école de musique, elle joue dans une comédie musicale, puis au théâtre dans une association avant d’intégrer la compagnie Golmus à quatorze ans. « C’est dans cette compagnie dirigée par Martine Sénéchal et Pierre Moreau où j’ai été confortée dans l’idée de devenir comédienne. J’aimais mieux jouer que sortir avec les copines ». Et dès le bac en poche, direction Paris.

 

Une Montcellienne de dix-huit ans, blonde aux yeux bleus débarque dans la Capitale pour y suivre une formation d’actrice, théâtre et cinéma, de scénariste et prendre aussi des cours d’anglais. Papa et maman sont derrière, « ils m’ont toujours soutenue » alors Camille ne lâche rien même si de gros moments de doute l’ont submergée. « C’est parfois difficile à gérer quand on a 18/20 ans, je ne suis pas encore une adulte mais c’est très constructif. On mûrit très vite ».

 

 

mutin-17-10-161

 

 

 

La passion avant toute chose

 

Elle grandit vite Camille. Qu’il paraît déjà loin le temps où elle écrivait des petites histoires, les jouait seule alors que dans ses yeux brillaient les rêves d’une petite fille qui, aujourd’hui ne veut surtout rien regretter. « Je suis passionnée, j’ai envie d’avancer. Je veux tenter le tout pour le tout » lance-t-elle sans concessions. Même au prix de petits boulots comme serveuse pour arriver à joindre les deux bouts. « Je ne vis pas encore du théâtre ».

 

Cette pièce, «Désigné coupable » pourrait être la clé de voûte de sa carrière. Après Reims à deux reprises et Montceau prochainement, Camille et ses trois acolytes la joueront pendant trois mois, vendredi et samedi à l’Akteon à Paris (11e). « Mais j’ai aussi de beaux projets mais je ne peux pas vous en parler ». Théâtre ou cinéma ? Ah oui, super ! Mais c’est un secret. Impossible d’en dire plus. Blonde mais avec du caractère !

 

Jean Bernard

 

 



mutin-17-10-162

 

 

mutin-17-10-163

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “La jeune comédienne montcellienne, Camille Mutin dans « Désigné coupable »”

  1. jeanmichel71 dit :

    Bonjour,

    Subtilité de la langue française, j’eusse préféré lire : « Elle a grandi à Montceau, elle se révèle à Paris ».
    Moins équivoque… Plus prestigieux !
    Cordialement,
    Jean-Michel 71