Autres journaux :



jeudi 6 décembre 2018 à 17:56

Crise des gilets jaunes

La CCI de Saône-et-Loire appelle au calme, à la raison et au dialogue.






On nous prie d’insérer :

 

 

 

 

« La situation à laquelle est confrontée la France en générale et la Saône-et-Loire en particulier est devenue des plus préoccupantes. Les acteurs économiques expriment leur grande inquiétude quant au blocage de l’économie, qui pénalise lourdement les entrepreneurs de Saône-et-Loire et l’activité économique départementale.

 

 

Quelles que soient les revendications exprimées par les manifestants, la CCI de Saône-et-Loire, qui représente plus de 20 000 entreprises employant plus de 100 000 personnes, en appelle à la responsabilité dans les conditions de mise en œuvre des rassemblements, qui ne peuvent être bloquants ni pour les entreprises qui produisent et commercialisent, dans une période de fin d’année des plus dynamiques par ailleurs, ni pour les salariés qui se rendent légitimement sur leur lieu de travail.

 

 

Bloquer l’économie, c’est peser dangereusement sur l’activité locale, l’emploi et donc le pouvoir d’achat. Il ne faut pas se tromper de cible : les entreprises, leurs fournisseurs et leurs clients ne peuvent pas être pris en otage et entravés dans leur liberté de circuler et d’agir.

 

 

Le gouvernement vient d’annoncer des mesures qu’il convient d’examiner, avec calme et raison et en rétablissant le nécessaire dialogue avec les instances de la République, qui sont les garantes de l’organisation publique et de la vie en société.

 

 

Nous profitons de cette tribune pour informer les entreprises de Saône-et-Loire que la CCI relaie sur son site internet les mesures prisent par l’Etat pour répondre à leurs difficultés passagères, liées aux blocages et aux baisses d’activité : dérogations pour ouvertures dominicales, mesure de chômage partiel, indemnisation par les assurances, recherches de solutions de financement de court terme… :

 

https://www.cci.fr/web/presse/actualite-fiche/-/asset_publisher/9FDf/content/actu-:-gilets-jauneshttps://www.cci.fr/web/presse/actualite-fiche/-/asset_publisher/9FDf/content/actu-:-gilets-jaunes

 

 

Par ailleurs, la CCI de Saône-et-Loire suit la situation avec une attention particulière et démarre aujourd’hui une nouvelle enquête auprès des entreprises du commerce afin de recueillir des informations les plus précises possible sur l’impact économique de ce mouvement. Nous serons en mesure de diffuser ces résultats dans la semaine prochaine.

 

 

Au nom de l’apaisement, du vivre ensemble, de la liberté de travailler et de circuler, la CCI de Saône-et-Loire appelle de ses vœux une résolution rapide, pacifique et responsable de ce mouvement des gilets jaunes. »

 

 

 

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Saône-et-Loire

 

 

 

Logo CCI 71 061218

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Crise des gilets jaunes”

  1. Partageuse dit :

    Une voix raisonnable, enfin.
    Il serait grand temps que les politiques de tout bord appellent aussi à la raison au lieu de semer l’anarchie et la peur.

  2. copernic dit :

    J’ai juste envie de répondre qu’on ne peut pas faire d’omelette sans casser des oeufs. L’intervention de la CCI est particulièrement désobligeante et déplacée dans un contexte comme celui que nous vivons.
    C’est bien parce que l’économie est déjà en baisse qu’il y a des gens dans la rue. Si les GJ obtiennent gain de cause, leur pouvoir d’achat augmentera et les premiers bénéficiaires seront justement les commerçants et les PME PMI.
    Le dynamisme financier de cette période de fin d’année n’existe pas pour tout le monde, et si personne ne l’a encore compris, sachez que nous sommes au début d’une révolution, car le peuple, lui, n’a plus rien à perdre.
    Quant à l’emploi en Saône et Loire, laissez-moi rire. Le chômage continue d’augmenter, et ce, sans compter tous ceux qui sont sortis des statistiques et qu’on oublie sans vergogne en se tapant sur le ventre et en criant vive la France.
    Et que dire du RSI qui étrangle les petits entrepreneurs ?
    Encore une fois, ce gouvernement n’hésite pas à chercher des solutions pour ceux qui ont l’habitude de voter de son côté, mais pour ceux qui sont laissés de côté, que fait-il ?
    Que M.Macron et sa cour se méfient, qu’ils regardent ce qui est arrivé à Icare à force d’en vouloir toujours plus, ou à Louis XVI qui a fini comme on le sait à force de ne pas entendre le peuple.
    D’ailleurs, est-ce que la CCI, pendant qu’elle y est, peut faire une enquête sur l’impact économique subi par les ouvriers, les chômeurs, les sans-abri ? Peut-elle également, puisqu’elle semble avoir du temps pour ça, faire une enquête sur l’impact économique des classes moyennes qui commencent à être touchées (ce qui est TRÈS mauvais signe, chacun sait cela) ?
    Décidément, cet article me navre profondément, j’ai honte pour ceux qui ont osé faire passer de telles idées. Le « vivre ensemble » en particulier me fait vomir ! Et l’apaisement demandé ici est synonyme de « ferme-là et casse-toi pauvre Gilet Jaune »
    Je maintiens, et par la même j’en appelle à tous ceux à qui il reste encore dans le coeur une once de fraternité, ceux qui savent ce qu’égalité et liberté veulent dire, qu’il faut qu’il y ait blocage total et que toute cette politique en faveur des plus riches cesse, tant pis si certains en pâtissent pendant un temps, il y a trop longtemps que ce sont toujours les mêmes qui trinquent, Messieurs et Mesdames de la CCI !
    La roue tourne toujours, vous devriez le savoir !

  3. Marcuse dit :

    Réponse à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Saône-et-Loire

    C’est à notre gouvernement que vous auriez dû vous adresser, et beaucoup plus tôt que maintenant. Les gilets jaunes avaient pour seule volonté d’être entendus et compris. Mais le gouvernement n’a pas voulu entendre ni comprendre. Le chef de l’état, le premier ministre ont été méprisants et arrogants. C’est dire le peu de connaissance qu’ils ont de la force des travailleurs lorsqu’ils sont unis, tant dans le travail que dans la cessation du travail et dans la contestation.
    Monsieur Macron pensait diriger le pays comme on dirige une banque, car il n’avait jamais été soumis à la pression de la rue. Maintenant, c’est fait !

    Ces entreprises que vous représentez sont elles prêtes à lâcher du lest, à augmenter les salaires ?
    Malheureusement, je connais la réponse et je sais que parmi elles, certaines, les plus petites, sont également étranglées par les plus grosses dont elles sont souvent dépendantes pour remplir leurs carnets de commandes, et soumises à une pression constante pour faire baisser les prix. Si je me trompe, que leurs dirigeants viennent s’exprimer ici.

    Mais le système capitaliste est ainsi, c’est sa seule façon de se maintenir. En quelques siècles, nous sommes passés de l’artisanat local à la mondialisation. Les gros absorbent les petits. L’existence même de ce processus et de ces méfaits était prévisible. Il a d’ailleurs été prévu par les philosophes sociaux.
    Croyez-vous que les grands groupes industriels et les sociétés comme Amazon ou Cdiscount sont affectées par le mouvement des gilets jaunes ? Moi, je ne le crois pas ; je crois au contraire que la disparition des petites et moyennes entreprises de Saône-et-Loire et d’ailleurs les arrangeraient bien. En cela, ces dernières devraient être solidaires des « gilets jaunes ».

    La création de l’Union Européenne n’a rien changé contrairement à ce qui nous avait été promis, pour la simple raison que cette union n’est pas au service des peuples, mais de la finance et des grands groupes. Il faudrait être naïf ou béotien pour ne pas s’en rendre compte.

    Mais visiblement, la majorité du peuple français, européen et mondial s’accommode de ce modèle économique et ne souhaite pas en changer. Par conséquent, nous avons ce que nous voulons… sauf ceux qui proposent une alternative plus égalitaire, plus juste et qui sont traités d’utopistes ou de populistes.

    Réfléchissez-y.