Autres journaux :



lundi 1 octobre 2018 à 13:00

Saint-Vallier : Suite aux évènements qui perturbent le quartier du Bey…

Le maire Alain Philibert s’est rendu sur les lieux ce matin



 




Saint-Vallier

 

Ce lundi matin, le maire de Saint-Vallier Alain Philibert, accompagné d’élus est venu, une fois de plus sur le terrain, pour y rencontrer les habitants. En effet, une poignée de jeunes (6 selon les riverains) semble avoir décidé de pourrir la vie des locataires et ce, presque en toute impunité.

 

 

Caillassage des habitants, jusque sur leur véranda, menaces, musique à fond, coups de carabine, tous sont excédés et menacent de déménager, car ils n’en peuvent plus. Le problème, c’est que tous subissent, mais n’osent pas témoigner, ni râler par peur des représailles.

 

 

Et tous sont amers et le clament : « La police connait les noms, fait bien son travail, mais après, c’est la décision du procureur et là, il n’y a rien derrière ! C’est donner à ces perturbateurs une impression d’impunité qui n’est pas tolérable ! ».

 

 

Par exemple, lorsque les policiers se rendent sur place, les voyous savent où se cacher : un locataire du rez-de-chaussée laisse sa fenêtre ouverte et ils sont quelquefois 14 dans l’appartement ! D’où ils caillassent les voitures de police…

 

 

Nous avons rencontré quelques riverains et si les avis sont unanimes : Stop !!!! Musique à fond, pas très intéressant pour les gens qui travaillent et qui souhaitent se reposer ! Alcool, drogue, voitures brûlées (Et à propos des voitures brûlées, celles-ci sont filmées et la vidéo est largement diffusée au lycée Haigneré !!!)… (NDLR Ces propos n’engagent que le témoin qui les as prononcés) et tutti quanti…

 

 

Parmi les locataires deux personnes nous ont dit que la musique c’était à 16h et encore, le son n’était pas trop fort.

 

 

Pour un autre, la carabine ? « Non, non, c’étaient des pétards… ! » Et ces forfaits sont commis uniquement le week-end !

 

 

Sur place, le maire a sonné aux interphones et personne n’a répondu. Les gens sont là, mais derrière les rideaux…Ils ont peur de parler, sauf quelques-uns qui eux, montent au créneau.

 

 

Pour sa part, une locataire avoue : « Je me déplace maintenant avec une bombe lacrymogène et un couteau ! ».

 

 

Toutes les personnes rencontrées nous ont avoué leur intention de déménager rapidement car cela n’est plus vivable !

 

 

 

Alain Philibert et Richard Taiclet envisagent donc d’installer des caméras, malgré le coût pour la municipalité. Mais comme le dit le maire : « Nous allons les positionner de façon à ce que celles-ci ne soient pas dégradées. Nous allons travailler avec la police… ».

 

 

En partant, nous croisons un jeune « encapuchonné » qui nous regarde droit dans les yeux, d’un air de défi. C’est l’un d’entre eux… » me souffle une personne…

 

 

 

Une affaire à suivre…

 

 

 

 

Pour mémoire :

 

 

http://montceau-news.com/faits_divers/490750-faits-divers-cette-nuit-de-samedi-a-dimanche-aux-gautherets-2.html

 

 

 

 

val 01101819

 

 

val 0110181

 

 

 

val 0110182

 

val 0110183

 

val 0110184

 

 

val 0110185

 

val 0110186

 

 

val 0110187

 

 

val 0110188

 

val 0110189

 

 

val 01101810

 

val 01101811

 

 

val 01101812

 

val 01101813

 

 

val 01101814

 

val 01101815

 

 

val 01101816

 

val 01101817

 

 

val 01101818

 

 

 

val 01101820

 

 

val 01101821

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




6 commentaires sur “Saint-Vallier : Suite aux évènements qui perturbent le quartier du Bey…”

  1. Doudou71 dit :

    Se n’est vraiment pas une bonne citée, il faudrait que tout le monde déménage, car il n’y a plus rien à voir aux Gautherets, et en plus plus d’animations, aucun débit internet, à part la 512 en puissance

  2. loupblanc dit :

    sauf erreur de ma part , chaque maire serait officier de police judiciaire avec ce qui est découlerait…………
    et les victimes devraient porter plainte

  3. Daniel dit :

    Bonjour,

    On ne saurait oublier que, dans une optique de consolidation du pouvoir local, la loi du 5 avril 1884, sur laquelle repose encore aujourd’hui les pouvoirs de police des maires, leur a attribué la tâche d’assurer dans leur commune « le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique », par répression des atteintes à la tranquillité publique qui troublent l’ordre public local.

  4. henri dit :

    Et pour quoi pas mettre une voiture banalise
    Et se mettre en civil
    Il faut pas sortir des grands Écoles
    Pour prendre tout ces gens là main dans le sac
    Oui ou non

  5. cervap dit :

    oui oui oui oui oui et encore oui