Autres journaux :



vendredi 25 février 2022 à 06:02

Génelard : le sous- préfet visite deux entreprises

La Fonderie Charollaise et Troncy SAS - T2M



 



 

Le sous préfet Marc Makhlouf après avoir été accueilli en mairie par le Maire Jean-François Jaunet et une délégation d’élus a visité deux entreprises génelardaises : LFC (La Fonderie Charollaise) et Troncy SAS-T2M


La Fonderie Charollaise

L’entreprise se situe sur le quartier de la Framboise. Benjamin Echalier, directeur de l’entreprise a conduit la visite après un bref historique et une présentation de l’entreprise qui a été créée en 1984 par reprise de l’activité de la société Fournier Mouillon. En 2013, elle s’est associée avec la Fonderie Mathieu afin de proposer à ses clients une parfaite combinaison de services.

 

La Fonderie Charollaise est une fonderie sable de métaux ferreux, spécialisée dans la fabrication sur mesure de prototypes, de pièces unitaires et de petites séries. Elle réalise des pièces d’un poids unitaire de 0.100 à 350 Kg.

En 2021, l’entreprise compte 18 salariés et réalise un chiffre d’affaire de 3 millions d’euros. Elle travaille et produit pour différents secteurs : ferroviaire, sidérurgie, énergies, cimenteries, pétrochimie, travaux publics, 85 % pour la France.

 

Depuis 20 ans, l’activité est stable mais il n’est pas question de développement : l’objectif est de stabiliser l’activité malgré la volonté affichée politique de réindustrialiser le pays.

Le sous- préfet souligne que « nous sommes dans un monde concurrentiel » et il cite le Général De Gaulle : « La France n’a pas d’amis, elle a des intérêts ».

« 90 % du marché mondial est pris par la Chine ».

 

B. Echalier poursuit son constat : « en 84, il y avait 100 000 emplois, en 2021, il en reste 30 000. En France, on est 15 entreprises à faire ce que l’on fait.

La problématique est bien de maintenir les capacités de production. On est peu nombreux pour maintenir les filières de formation. On forme les salariés sur site mais il faut des gens avec un bagage important… »

 

La visite se poursuit dans les différents espaces qui marquent les différentes étapes de fabrication, les différents états du process de fabrication : la découverte des différents aciers, les fours, les moules, le bureau d’étude, … avec des explications précises du chef d’entreprise.

La société articule ses activités sur le site génelardais pour les aciers, à Chalon à la fonderie Mathieu pour la fonte et sur le site de Perrecy-les-Forges, avec l’entreprise de mécanique générale, M2R.

 

Troncy SAS et T2M

Le président de l’entreprise Troncy SAS et T2M, Patrick Lapray reçoit la délégation.

Troncy SAS, une entreprise de chaudronnerie- mécano soudure depuis 1978 pour la fabrication de portes d’écluses, de châssis, de plateau télescopique, de batardeau, … TRONCY est aussi capable de travailler sur des chantiers de maintenance et s’appuie pour cela sur l’expérience et le sérieux de ses équipes. Troncy SAS a dégagé un chiffre d’affaire de 2 674 623€ en 2020

 

T2M possède un savoir-faire en matière de logistique et de transfert de lignes de production. Des chantiers dans le monde entier… rapatrier, déplacer des moyens de production.

L’entreprise a reçu il y a quelques jours une nouvelle acquisition : une grue électrique radio commandée, d’une capacité de 21 tonnes de levage avec une flèche de 12 mètres.

Si à la création on comptait 5 personnes, Troncy a 20 à 25 salariés et T2M, 60 à 65 salariés : un nombre important, 40 à 45 personnes, sur les chantiers des travaux du Grand Paris. L’entreprise est même sollicitée pour le futur Lyon Turin grâce à sa main d’oeuvre qualifiée, basée sur une image positive du bassin minier et du Creusot.

 

La formation est également un axe important avec des postes en alternance, l’apprentissage sur site.

Le chiffre affaire de T2M était de 5 204 257€ en 2020

 

Troncy T2M a su créer les synergies avec les entreprises locales pour aller se frotter aux grands chantiers et prendre la place qui lui revient pour développer son activité.

T2M travaille dans seize pays : en Inde, au Pérou, à Oman, en Arabie Saoudite, aux USA et dans de nombreux pays européens.

 

Comme le souligne Patrick Lapray, le transfert industriel est également une aventure humaine, dans des pays étrangers, qui se renouvelle avec les nouveaux projets.

 

J.L Pradines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer