Autres journaux :



samedi 23 mai 2020 à 06:55

Sécheresse en Saône-et-Loire, les agriculteurs s’inquiètent

Interview de Bernard Lacour : les causes, les moyens d'y 'faire face" à court terme....



 



 

Bernard Lacour, Président de la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire apporte son éclairage sur le quotidien du monde agricole face à une nouvelle sécheresse annoncée.

« On est sur une pluviométrie déficitaire depuis des mois » rappelle-t-il. Une commission où la Chambre d’agriculture intervient se réunit actuellement et constate que les seuils d’alerte sont atteints avec des cours d’eau à bas débit.

 

Certes la pluviométrie de ces dernières semaines a fait du bien a précisé Bernard Lacour (80 mm environ).

Mais le constat du Président de la Chambre d’agriculture reste focalisé sur l’évolution du climat : un vent qui court en permanence, des chaleurs exceptionnelles…

 

« On a fait ces derniers jours de l’ensilage et de l’enrubannage. On voit le bénéfice des pluies récentes. Mais les situations sont très hétérogènes. La pluie a sauvé une partie de la pousse et des céréales. » a expliqué Bernard Lacour, avant de préciser aussi que « 80 mm d’un coup, c’est compliqué ».

 

Vivre au rythme des semaines et des mois

 

La météo contraint donc nos agriculteurs à vivre au rythme des semaines et des mois. Même s’il y a encore besoin d’eau, la situation semble moins critique qu’il y a 15 jours- 3 semaines. Et les agriculteurs regardent le ciel avec l’espoir d’une nouvelle chute d’eau généreuse pour les sols.

Bien sûr, les bénéfices des chutes d’eau sont à relativiser selon la nature des sols et suivant la reprise de fortes chaleur.

 

Pour rappel, la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire et la CUCM ont établi un plan de 200 000 € pour accompagner les agriculteurs dans leurs travaux liés à l’eau.

Certaines demandes ont déjà été déposées. « On a demandé avec David Marti à l’administration d’étudier les dossiers au plus vite » a indiqué Bernard Lacour.

 

Ces travaux peuvent concerner des forages, des réserves d’eau, ou l’installation d’un compteur d’eau spécifique pour abreuver les animaux.

 

L’évolution climatique présente deux complications pour les agriculteurs : au niveau financier, cela reste compliqué ; et au niveau moral c’est épuisant.

Comme le témoigne Bernard Lacour, le système d’élevage est fait pour que les animaux soient au pré et non pas que les agriculteurs leur apportent quotidiennement des céréales et de la paille. Cela ajoute une difficulté morale aux agriculteurs.

 

Bernard Lacour a rappelé qu’il était encore possible de faire des demandes d’aide pour les agriculteurs afin de réaliser leurs travaux de forage, de réalisation de réserve d’eau etc. en contactant la Chambre d’agriculture dès à présent.

 

Dès ce samedi, les agriculteurs tourneront leur regard en direction du ciel pour voir s’il sera clément avec eux. Souhaitons-leur qu’il le soit, eux qui n’ont pas connu le confinement et qui ont poursuivi inlassablement leur travail ces dernières semaines.

 

EM

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer