Autres journaux :



dimanche 14 mars 2021 à 05:54

Creusot-Montceau Territoire-Ecologique alerte

Risque pour la ressource en eau d’un projet d’élevage industriel de poules pondeuses à Charmoy





Communiqué :

L’installation d’un élevage industriel de 22 000 poules pondeuses, comprenant un bâtiment et un parcours de plein air est en projet sur la commune de Charmoy.
Il représente un risque important pour le lac de la Sorme, principal réservoir d’eau destinée à la consommation humaine de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau.
Si cet élevage industriel est créé, ses 22 000 poules produiront sur leur parcours de plein air une très forte quantité de fientes, notamment riches en azote et en phosphore (sans parler des possibles substances vétérinaires), qui représente une nouvelle menace pour la ressource en eau.

Outre une pollution diffuse, on ne peut écarter le risque d’une pollution brutale consécutive à des pluies violentes venant lessiver le parcours, pour partie mis à nu par les poules. Les polluants seront alors acheminés, rapidement du fait de la forte pente, vers le ruisseau tout proche qui rejoint la rivière « La Sorme » peu avant le lac, sans possibilité d’intervention.

 

Cet élevage représente l’équivalent d’environ 40 bovins pour la production l’azote et 110 bovins pour le phosphore. Certes les fientes produites dans le bâtiment seront récupérées, mais pas celles produites sur le parcours. De plus le comportement grégaire des volailles conduira localement à une concentration sans équivalent avec l’élevage bovin.

En outre, le fait que les aliments fournis aux volailles ne soient pas produits localement alourdit le bilan environnemental de cette activité dite de « plein air », mais de fait quasi hors sol.

 

Aucune disposition réglementaire ne semble pouvoir empêcher cette installation et pourtant la menace est bien réelle et élevée. CM TerrEco s’étonne de l’inadaptation des textes.

 

Ce projet d’élevage industriel apparaît totalement incohérent au regard des dispositions réglementaires visant à préserver le Lac de la Sorme et encadrant le programme d’actions conduit par la Communauté urbaine en partenariat avec les éleveurs du bassin versant.

Ce projet est inéquitable au regard des dispositions contraignantes qui s’imposent aux seuls éleveurs de bétail.

 

CM TerrEco n’est pas opposé par principe à la production avicole et à la diversification des activités agricoles, au contraire notamment si elles participent à la mise en place de circuits courts et à une production biologique. Il importe cependant que de nouvelles activités ne conduisent pas à une dégradation de l’environnement et en particulier de la qualité de la ressource en eau.

 

Ce projet, inadapté au secteur, est une menace pour la ressource en eau.

Ce projet est incohérent et inéquitable.

CM TerrEco soutient les éleveurs du bassin versant de la Sorme opposés à ce projet de 22 000 poules pondeuses

Pour CM TerrEco
D Cornet
Président

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Creusot-Montceau Territoire-Ecologique alerte”

  1. Houria dit :

    On va pouvoir évaluer le courage politique de nos élus.

  2. JBL71 dit :

    Ces gens connaissent bien les gallinacés. Perso, mes poules (moins d’une vingtaine) disposent d’un hectare de pré et pourtant, même si l’été elles font le tour de la propriété à la recherche de vers, insectes, graminées, elles se cantonnent généralement à un secteur de 1000 m2 autour du poulailler.
    Si bien qu’à part en Juin où la pousse est très forte l’herbe dont elles sont friandes reste rase dans cet endroit et les fientes nombreuses.
    Pour ce qui est des médicaments, plutôt que présence possible, je dirais plutôt probable. A partir d’une certaine concentration d’individus, je vois mal comment on pourrait s’en passer ne serait-ce qu’à titre préventif.
    Ensuite, j’apprécie cette association (que je ne connaissais pas) qui se veut favorable à la diversification agricole. Cela rend les agriculteurs moins dépendants des subventions de l’Etat, de l’Europe. Ils n’ont, certes rien inventé. Leurs grands-parents pratiquaient l’écologie sans le savoir.
    Avec une production diversifiée, ils étaient à la fois autonomes, moins soumis aux cours du marché, moins impactés par les maladies et plus proches de leurs clients. Par contre, les habitudes de commercialisation et de consommation ont bien changé et c’est là qu’ils doivent innover. Est-ce possible ? Beaucoup sont sur le fil du rasoir (d’où hélas les suicides dus à mon sens à la fois à une situation d’endettement et les problèmes financiers mais aussi dus à l’opprobre de pseudos écologistes de salon qui les désignent à tort comme principaux pollueurs). Ils auront donc besoin du soutien de l’Etat. Soutien sans doute financier mais aussi et surtout organisationnel. Là aussi il doit y avoir planification mais pas à l’image de la Russie Soviétique. Cette planification devra rester la leur gens de terrain et l’Etat à l’écoute devra juste les accompagner. Il y a là un beau challenge à relever tant au plan économique que politique. “Chacun son métier et les vaches seront bien gardées”, “Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier” 2 vieux proverbes pleins de bon sens à méditer.