Autres journaux :



dimanche 2 mai 2021 à 07:02

WebTV Agriculturez-vous

L’agriculture façonne nos vies





C’est sur un ton résolument positif et bon enfant que s’est déroulée la première émission d’Agriculturez-vous. Imaginé par la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, ce plateau TV a été produit par votre journal L’Exploitant Agricole de Saône-et-Loire avec le partenariat de nombreuses organisations, à commencer par le Conseil Départemental de Saône-et-Loire, Groupama Rhône-Alpes-Auvergne et le Crédit Agricole Centre-Est.

 

Y-a-t-il un lien entre Agriculture et Paysage ? Premier indice avec les mots : paysans, pays et paysages. Evidemment, l’agriculture forme le paysage, est le socle de tout pays et donc façonne les territoires et les liens avec le reste de la société. Pour en parler, Dominique Fayard, directrice du Pays Charolais-Brionnais expliquait que « le paysage change, il a été façonné par l’élevage au cours des derniers siècles », alors qu’auparavant le Charolais-Brionnais était rempli de cultures et les bovins charolais servaient de force motrice.

 

 

« Lorsque l’élevage s’est développé, les éleveurs ont eu besoin d’enclore leurs parcelles pour y parquer le bétail. L’intérêt des herbages permet de produire une viande de qualité dans un environnement préservé et en respectant le bien être des animaux ». La candidature Unesco permettrai de faire reconnaître ces qualités et « celui du travail des éleveurs. C’est important de valoriser l’élevage à travers ses pratiques vertueuses ». Pour autant, l’Unesco « ne mettra pas sous cloche » ces acteurs, promet-elle. Heureusement car la vie économique doit pouvoir se poursuivre en sachant s’adapter aux changements. C’est ce que fait le tourisme rural. La crise du Covid a d’ailleurs accéléré une tendance à un retour à la campagne de la part des Français, privés de plein air. Depuis 70 ans, les Gîtes de France sont aux avant-postes. « En Saône-et-Loire, les agriculteurs ont cherché à se diversifié ».

 

 

Le département compte 600 propriétaires de Gîtes. « 80 % ne sont plus agriculteurs », notait Patrick Jouvenaud, le président des Gîtes de Saône-et-Loire, preuve que le concept a su faire des émules. De nouveaux profils se font jour avec « des jeunes de 30 à 40 ans », « des agriculteurs, viticulteurs faisant de la vente directe et pouvant ainsi faire connaître leurs produits », « des urbains des grandes métropoles qui ont envie de changer d’air »… Et pour cela, la Saône-et-Loire peut compter sur de « vastes » micro-régions , comme les présentait Emilie Colin, chargée de communication à l’ADT 71. L’agence départemental du tourisme comptabilise près de 5.500 emplois et 3.500 partenaires touristiques. Dressant une belle carte postale des lieux emblématiques par micro-régions – roche de Solutré, massif d’Uchon/Bibracte, villages de la côte Chalonnaise, les arcades de Louhans…-, l’ADT essaye de faire le lien « entre toutes les pépites » à travers l’application Route 71, « l’étendard de la communication touristique de la Bourgogne du Sud », incluant les producteurs et viticulteurs du terroir. Président de la cave de Lugny, Marc Sangoy rappelle que « les ventes directes représentent peu en chiffres d’affaires (2 M€ sur les 35M€ de la cave ; 300.000 bouteilles sur 6M cols/an) mais beaucoup en terme de communication » avec notamment jusqu’à 30.000 visiteurs.

 

Autant d’occasions de communiquer « sur notre métier » de vigneron. Car « il y a une méconnaissance que d’autres ont su exploiter pour parler négativement de nous ». Développée par la chambre d’Agriculture, l’application web Agricivis « servira à améliorer nos relations avec nos riverains et voisins pour mieux vivre ensemble » pour prévenir des travaux dans les vignes et « renouer le contact » et « nous faire comprendre par la société toute entière ».

 

 

Cédric Michelin

Journal L’Exploitant Agricole de Saône-et-Loire

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer