Autres journaux :



samedi 7 décembre 2019 à 05:53

Saint-Vallier : conférence à l’E.C.L.A

Jacques Raccouchot raconte la vie quotidienne à Saint-Vallier avant et pendant la Révolution.



 



 

Après le succès de la première conférence  du 10 novembre, à n’en pas douter que les amateurs d’histoire locale seront encore nombreux pour venir écouter ce dimanche 8 décembre à 16h 00, à l’E.C.L.A, Jacques Raccouchot qui contera la vie à Saint-Vallier avant et pendant la Révolution.

Son propos portera sur la période de 1751 à 1795.

Jacques Raccouchot précise la nature de ses sources : la visite des feux de 1751, l’enquête auprès des curés pour établir la carte de Cassini, les rôles d’impôts de la paroisse, les registres des archives municipales : registres paroissiaux et PV des séances  de la municipalité.

Il brossera un aperçu du territoire avant 1789 en éclairant les signes avant coureurs de la révolution dans cette paroisse du Charolais et décrira l’activité du bourg pendant la période révolutionnaire sur fond de tension politique et de patriotisme.

 

Tarif : gratuit.

Un épisode qui mérite une explication…

L’exécution de Louis XVI et l’occupation de la Belgique par les troupes de la Convention provoquèrent au début 1793 une coalition contre la France (Angleterre, Russie, Espagne, Prusse, Autriche …) coalition qui ne pouvait pas admettre la théorie des frontières naturelles. Devant la gravité de la situation, la Convention ordonna la levée de 300 000 hommes.

A Saint-Vallier, le 12 mars 1793, le commissaire GACON invite tous les citoyens non mariés ou veufs sans enfants, âgés de 18 à 40 ans, à se présenter devant le corps municipal pour entendre la lecture de la loi et se faire inscrire volontairement afin de se consacrer à la défense de la patrie. Le nombre d’hommes pour la paroisse de Saint-Vallier est fixé à 10.

Le 17 mars, vu que personne ne s’est « inscrit volontairement », le commissaire redonne connaissance de la loi aux citoyens concernés et choisit le tirage au sort pour désigner les 10.

Le sort désigne donc 10 habitants de Saint-Vallier, dont Benoit Charmelot et Pierre Griveau, qui sont déclarés Soldats de la République et sont priés de ne pas s’éloigner afin de répondre à toute réquisition.

Mais surprise, le 11 mai suivant, lors du passage du commissaire départemental pour le recrutement de l’armée, la liste des 10 conscrits n’est plus la même ; seuls les dits Charmelot et Griveau y figurent toujours mais les 8 autres noms ont changé.

Pourquoi ?

(d’après les archives municipales de Saint-Vallier)

L’explication dimanche 8 décembre à 16h 00 à l’E.C.L.A !

 

J.L Pradines

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer