Autres journaux :



vendredi 17 décembre 2021 à 05:35

Assises de la relance économique, bientôt l’acte 2

Gouvernance des acteurs économiques : mise en place du comité local



 



Initiées par la communauté urbaine Creusot Montceau, les Assises de la relance économique se sont poursuivies ce jeudi à l’auditorium des Ateliers du jour de Montceau, avec un temps dédié à la gouvernance des acteurs économique via la mise en place du comité local ainsi que la présentation du programme d’actions pour 2022.

Les objectifs du comité local

• Avoir une représentativité de l’ensemble des acteurs économiques et des entreprises.
• Echanger sur les sujets transversaux : entre les besoins des entreprises et les projets de la communauté urbaine.
• Impliquer les acteurs en amont des projets dans le montage et la concertation.

La composition du comité local

Le comité local qui comptera une trentaine de membres regroupera des acteurs économiques, des acteurs de l’emploi, des établissements d’enseignement supérieur, des entreprises et la communauté urbaine.

• Les acteurs économiques
• Les chambres consulaires (CCI, CMA, Chambre d’agriculture)
• Les organisations patronales (Medef 71, CPME, UIMM, …)
• Les associations de commerçants (Le Creusot et Montceau)
• L’agence de développement (Ecosphère)
• Les structures de l’ESS (Cress, Udes)
• Les acteurs de l’emploi
• Pôle emploi (Le Creusot et Montceau)
• Les acteurs de l’insertion (Agire, Apor etc.)
• L’enseignement supérieur
• Les partenaires de l’enseignement supérieur (Université de Bourgogne, IUT, …)
• Les entreprises
• Les TPE-PME
• Les grands comptes
• Les clubs d’entreprises (CMBC 71, Lianes, Empl’itude)
• Les collectivités publiques
• La communauté urbaine Creusot Montceau
Le fonctionnement du comité local
• Le pilotage est effectué par la communauté urbaine.
• Fréquence d’organisation : 2 à 3 fois dans l’année.
• Le comité se veut évolutif en termes de membre et de place.
• Un ordre du jour sera mis en place pour cibler des sujets (projet de territoire, actualité économique, remontée des besoins des entreprises ou des partenaires…).
• Temps : 1h30 maximum. Format court et dynamique.
• Lieu : alternance entre le bassin du Creusot et de Montceau.

 

Les Assises de la relance économique : le plan d’action de développement économique

4 priorités, 50 actions

• Celle de la nécessité d’améliorer l’attractivité globale du territoire
• Celle du besoin d’accompagner l’entrepreneuriat et de renforcer l’économie de proximité
• Celle de soutenir le tissu des petites et moyennes entreprises par le biais de l’innovation et du soutien des grands groupes
• Celle de la capacité à mieux connecter l’offre d’emploi et de formation avec les besoins des entreprises
Au programme pour 2022
• Foncier économique
• Aménagement de la zone d’activité CORIOLIS : viabilisation de 27 hectares de terrains
• Lancement d’une opération de dépollution des terrains appartenant à la communauté urbaine
• Poursuite du fonds d’aide à l’immobilier d’entreprise
• Innovation
• Livraison du site technopolitain et présentation de l’offre innovation à destination des entreprises et du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche
• Tourisme et attractivité
• Scénario d’aménagement du lac Saint-Amédée
• Lancement de l’étude attractivité du territoire sur le cadre de vie
• Création du fonds d’hébergement touristique
• Commerce
• Poursuite des aides à destination des commerçants. Fonds commerce de la communauté urbaine.
• Entrepreneuriat et économie de proximité
• Lancement du pôle entrepreneurial Bourgogne Sud. Maillage des acteurs locaux de la création d’entreprise. Offre d’accompagnement, de l’accompagnement à l’immatriculation.
• Insertion Emploi Formation
• Lancement de la coordination des acteurs locaux et lien entre les entreprises et le public éloigné de l’emploi.

Réunir les forces vives du territoire pour faire s’exprimer les idées et les besoins en termes de développement et d’attractivité du territoire, c’est l’objectif de la communauté urbaine Creusot Montceau avec la mise en œuvre des Assises de la relance économique. La démarche des Assises a été initiée en 2020. Depuis, 10 rendez-vous ont eu lieu dont une étude en ligne, des rendez-vous préliminaires avec les entreprises du territoire, quatre ateliers participatifs, qui se sont tenus en présentielle 17 septembre 2020, deux visioconférences les 8 et 10 décembre 2020 et un temps fort : une émission en direct sur YouTube en mars 2021 avec un plateau TV créée pour l’occasion.

 

David Marti se rappelle la genèse de ces assises de la relance économique : « C’est la crise et le début du confinement qui m’a fait réfléchir. Le Président de Veolia m’avait appelé. C’est de là que cela a germé. On s’est mis en situation. L’avenir doit se construire avec les acteurs économiques : la construction, conforter le territoire, arrêter certaines choses si besoin. Il faut créer quelque chose, impulser une nouvelle énergie. C’est un travail avec 140 acteurs économiques à travers des tables rondes. Il y avait ce besoin d’échanger. Après on s’était dit que cela ne devait pas s’arrêter là. On est dans la continuité. Il y aura un acte 2, 3 et 4.

On crée une gouvernance des assises qui représente la diversité des acteurs. On va préparer l’acte 2 pour le printemps 2022 (entre avril et juin). Cette gouvernance est là pour un moment. Elle tournera. »

 

Christophe Pellerot, responsable de la formation et de la communication de Framatome, engagé à l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) indiquait : « On est dans une dynamique positive. C’est 1000 recrutements par an et à nouveau 1000 cette année. Sur certains de nos métiers clés, on arrive aux limites. Le Campus est une première action. La proximité avec la CUCM et l’UIMM c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. On veut aller plus loin sur les personnes éloignées de l’emploi et la formation. C’est le principe des écoles de production qu’on avait évoqué avec M. Gallois. C’est faire pour apprendre (pédagogie inversée). On leur fait faire des gestes et seulement après on apporte un peu de théorie. On travaille en collaboration avec l’IUT du Creusot et le lycée Léon Blum. L’idée est de monter une école de production pourquoi pas au Creusot. On a des liens avec Agire et Apor. L’idée est de capter ces jeunes et de montrer le boulevard des opportunités. Les dispositifs CQPM (Certificat de qualification paritaire de la métallurgie) accueillent des demandeurs d’emplois de tout âge. On est en très grande proximité avec la CUCM. On a de jolis projets en tête. Pour l’instant, on est en phase d’étude. Framatome peut mettre à disposition une partie de ses locaux. »

 

Didier Stainmesse, de l’entreprise Novium et Option automatisme, représentait aussi le Mecateamcluster. Il explique sa présence : « Cela n’a pas été difficile de me convaincre de travailler ensemble, entre petits et grands. Je sais que c’est possible. Je suis là pour apporter mon expérience dans les relations entre grands groupes et PME. Je suis patron de PME mais ne travaille avec aucun grand groupe du coin. J’aurai la parole libre. Il faut toujours apporter la preuve de choses qui fonctionnent. Il faut savoir partager des résultats. On a un projet innovant avec la SNCF, avec des rapports équilibrés par exemple. Et puis les petits ne se libèrent pas par habitude de la peur qu’on leur prenne leurs idées. »

 

Nicolas Chevalier, de l’entreprise blanzynoise So Bag était également présent : « Ces assises sont une belle occasion par cette tribune. Cela permet de participer aux réflexions, être pris en considération comme une PME. Cela permet de communiquer sur les engagements et d’inspirer les autres. L’entreprise doit être sociale et solidaire. On travaille beaucoup avec les entreprises adaptées, le parrainage, APOR. C’est encore plus valorisant pour nous de montrer qu’on est dynamique et peut-être même plus dynamique et efficace.

On est fier. On est en cours de recrutement. Il faut redonner de la passion, former. Il y a des jeunes qui ont envie de se former. Je verrai toujours plus le côté positif que le côté négatif. On est aussi vecteur de l’image de notre région. J’ai des produits qui partent au Canada. Notre entreprise, ce sont 5 brevets sur 8 ans. L’innovation, c’est vital. On essaie de se diversifier vers les tissus techniques par exemple. On est là pour montrer qu’on peut être utile. Je suis très content des assises et du projet Technopolitain. Je travaille avec l’IUT, le Village apprenant etc. »

 

Et Didier Stainmesse d’ajouter : « Les acteurs du Mecateam ont une image du territoire hyper positive par son histoire. L’image, il faut qu’on l’entretienne. Cela va être bien perçu. »

 

Pour le responsable communication de Framatome, l’idée est de faire tomber les préjugés qui ont la vie dure. « On fait des trucs de dingue ici, mais il faut venir voir. » a-t-il ajouté.

 

Ce sont donc de nombreux sujets qui s’entrecroisent au sein de ces assises : économie, tourisme, habitat, formation etc. Pour Nicolas Chevalier, c’est un projet de société et de vie en commun.

 

Guy Souvigny, présent aux côtés de David Marti et Jérémy Pinto, a poursuivi : « L’attractivité passe aussi par le tourisme. C’est la première fois que la CUCM va lancer le fonds d’hébergements touristiques. C’est le début de quelque chose. »

 

Et David Marti de conclure sur la diffusion d’un film d’attractivité sur les vols Air-France dès le mois de janvier. Et un deuxième film sera réalisé dans les prochains mois.

 

Prochain rendez-vous pour l’acte 2 des assises de la relance économique au printemps 2022.

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer