Autres journaux



vendredi 10 novembre 2023 à 05:10

Blanzy : Michelin reçoit l’armée pour la signature du manifeste ProMilès

17 entreprises ont signé ce manifeste et prouvent leur soutien à l'armée



 

 Dans le cadre des Journées Nationales des Réservistes qui cette année se déroulent du 14/10 au 14/11/23, une séquence en deux temps était organisée par la Délégation Militaire Départementale (DMD71)de Saône-et-Loire ce jeudi sur le site de Michelin Blanzy.

Ce temps avait été organisé en liaison avec la Base Pétrolière Interarmée (BPIA) de Chalon-sur-Saône et la Garde Nationale (GN) et Lieutenant Colonel Christophe MORIZOT, correspondant Garde Nationale Employeurs Bourgogne Franche Comté.

 

De 10h à 15h, l’usine Michelin a accueilli des stands des réservistes de la BPIA, de la GN et de la DMD71 : présentation de matériel et échanges avec des réservistes au profit des salariés Michelin lors de leur changement de quart. C’était l’occasion de découvrir que la police recrute aussi des réservistes depuis bientôt deux ans.

 

17 entreprises engagées aux côtés de l’armée

 

De 15h00 à 16h00, a ensuite eu lieu une cérémonie de signatures de manifestes PROMILES : ce dispositif, très souple pour les entreprises, permet un premier rapprochement avec les armées, avant d’évoluer vers une convention garde nationale, plus engageante. 

 

Cette cérémonie réunira 17 entreprises du département : Michelin Blanzy, AUM Biosync, Banque de France, CIBC Bourgogne sud, BSDV, Epicurien des Vignes, France Pare-Brise, GALILE, GCBAT, Guinot TP, Lab Service, le Medef 71, Mécano Soudure de l’Aron, Projetia, le Groupe SEEB, Sirius et TH Industrie.

Cette cérémonie a eu lieu en salle Edouard Michelin, en présence de David Marti, Maire du Creusot et Président de la Communauté Urbaine Creusot Montceau, qui était accompagné de Bernard Cazeneuve, ancien premier ministre. 

 

Les armées étaient représentées au niveau local par le Lieutenant Colonel Ronan COTTIN, délégué militaire départemental de Saône-et-Loire, et Monsieur l’Ingénieur en Chef de 1e classe, Teddy BIRI, commandant la Base Pétrolière Interarmées de Chalon-sur-Saône.

 

Ce manifeste a été décidé au niveau de l’état-major des armées. Objectif ?  S’ouvrir au monde de l’entreprise en termes de rayonnement de l’armée.

Le manifeste ProMilès a pour but de proposer un partenariat « Gagnant-gagnant », notamment en  mettant en cohérence et en élargissant le cercle des entreprises accompagnant les Armées. C’est aussi contribuer au renforcement des forces morales et inscrire ces démarches dans le périmètre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

 

Pour l’armée, cela représente des engagements tels que permettre la connaissance privilégiée d’une unité, faciliter les échanges avec les chefs d’entreprise, organiser des échanges à finalité professionnelle et encourager le « vivre ensemble ».

 

Quels engagements pour les entreprises ?

 

Pour l’entreprise signataire, le soutien peut prendre différentes formes :

 

– Recruter/encourager le recrutement ou l’emploi de militaires, de conjoints et de blessés des armées

– Assurer/encourager la présence de réservistes opérationnels

– Développer les échanges avec une ou des unités militaires de son entourage

– Mener des actions de mécénat

– Mener des actions vers la jeunesse

 

L’objectif est aussi d’augmenter les réserves des armées. Il y a actuellement 40 000 réservistes dans l’armée de terre. Le but est d’atteindre le chiffre de 80 000. Pour chaque régiment, il s’agit d’avoir deux unités de réserve. Tout le monde peut s’engager à priori entre 18 ans et 72 ans, hommes et femmes.

 

Les réservistes reçoivent une formation initiale transmise par l’armée. Ensuite des stages complémentaires sont proposés. Le réserviste recruté signe un contrat avec l’armée et reçoit une solde non imposable.

 

Des engagements pour libérer les réservistes

 

Le manifeste signé ce jeudi constitue donc une première étape. Les entreprises peuvent aller plus loin en signant une convention de la garde nationale. La loi oblige à libérer les réservistes jusqu’à 8 jours dans l’année. Une telle convention peut même proposer jusqu’à 30 jours dans l’année (rémunérés ou non par l’entreprise).

 

Michelin a accordé pour sa part 12 jours à ses réservistes (au nombre de 4 actuellement sur le site de Blanzy).

 

En parallèle, l’armée recrute aussi pour renouveler son personnel. Ce sont ainsi en moyenne 24 000 recrutements par an dont 16 000 pour l’armée de terre. Pour attirer les plus jeunes, l’armée a d’ailleurs mis en place des stages de cohésion.

 

Lors de la cérémonie de signature du manifeste, Sascha Kettler, directeur de l’usine de Michelin a rappelé l’empreinte importante du site Michelin Blanzy sur le territoire. Il considère que l’industrie mérite d’être mise en avant. « On est là pour laisser une empreinte. Qu’est-ce qu’on peut faire avec nos particularités pour ceux qui vont suivre ? Ceux qui ont fait carrière dans l’armée ont beaucoup de points communs avec le milieu de l’entreprise. Gardons en tête cette complémentarité. » a déclaré le directeur de l’usine.

 

A l’issue de la signature des manifestes par les entreprises présentes, Bernard Cazeneuve a pris la parole, rappelant ses anciennes fonctions de Ministre de l’intérieur : « Ce lien entre la société civile et les armées a été imaginé et conçu dans une période où le pays était éprouvé par le terrorisme. Sans nos armées et la mobilisation des 10 000 militaires, nous n’aurions pas été en mesure de faire face à la menace terroriste. ».

Il a conclu son propos en témoignant toute sa gratitude aux forces armées.

 

A l’issue de la cérémonie, un temps d’échanges s’est poursuivi entre les différents partenaires présents.

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Blanzy : Michelin reçoit l’armée pour la signature du manifeste ProMilès”

  1. gala dit :

    Je pense que cette journée aurait eu plus de succès à l’usine si le personnel n’avait pas été prévenu le jour même.