Autres journaux :



mardi 18 juin 2019 à 20:26

Appel des professeurs de philosophie à la rétention des notes du bac contre la Réforme Blanquer

Les professeurs de philosophie ne rendront pas les notes le 1er juillet 2019





 

Communiqué : 

 

 

“Nous, professeurs de philosophie de l’Académie de Dijon, non syndiqués et syndiqués, nous sommes réunis en AG avant la commission d’entente du baccalauréat 2019 le lundi 17 juin 2019 à 9h.

 

 

Nous sommes opposés à la loi sur l’école de la confiance, et à la réforme du lycée et du baccalauréat pour plusieurs raisons :

 

 

En ce qui concerne la loi sur l’école de la confiance

 

 

L’article 1 impose un devoir d’exemplarité qui réduit la liberté d’expression des enseignants.

 

 

En ce qui concerne la réforme du lycée

 

 

w Elle est l’outil qui prolonge et renforce la logique de sélection de Parcoursup : il s’agit de faire entrer les élèves dans la contrainte de places réduites, inégalement réparties dans les établissements selon leur implantation, et non de leur donner réellement la possibilité de choisir leur parcours.

 

 

w Si le bac passe à 45% en contrôle continu, sa valeur variera avec la réputation du lycée où il est passé ; ce qui aura un impact sur les poursuites d’études.

w La réforme réduit le nombre d’heures et de postes : disciplines inégalement implantées et parfois mutualisées ;  « classes » éclatées ; groupes prévus de base à 35, allègements et dédoublements soumis aux choix locaux et non garantis.

 

 

+La Réforme entraîne des suppressions de postes en développant les cours par visio-conférence et par le CNED

 

 

En ce qui concerne la spécialité HLP

 

 

La philosophie est associée à la littérature, alors que d’autres choix étaient possibles. En outre, le partage de l’horaire de l’épreuve entre deux disciplines réduit la part de chacune à 2h, voire une seule heure en classe de 1ère (sur une épreuve de 2h) : comment garantir l’exercice d’une pensée construite dans un temps aussi contraint ?

 

 

 

Nous revendiquons :

 

L’abrogation de la réforme du lycée ;

 

Le maintien d’un baccalauréat national premier grade universitaire, passé dans des épreuves communes, nationales, terminales, ponctuelles et anonymes ;

 

Le retour à des dédoublements obligatoires et garantis nationalement dans toutes les séries dès que la division dépasse les 25 élèves.

 

 

Action décidée en AG suite à un vote :

 

Les professeurs de philosophie ne rendront pas les notes le 1er juillet 2019 comme exigé sur leur convocation si leurs revendications ne sont pas prises en compte.”

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




11 commentaires sur “Appel des professeurs de philosophie à la rétention des notes du bac contre la Réforme Blanquer”

  1. Jacques71 dit :

    Bonsoir,

    Une honte de profiter d’un examen décisif pour nos enfants pour vos revendications.
    Vous êtes systématiquement contre toutes les réformes, vous êtes bien dans votre confort et vous vous plaignez tout le temps.
    Il faut des réformes pour sortir de l’archaisme de vos institutions.
    En premier par supprimer la philo complétement inutile pour l’avenir de nos enfants et source de travail inutile.
    Cordialement

    • Syllepse de Konigsberg dit :

      Cher Jacques, vous commettez l’erreur de penser que réformer est synonyme de nouveauté ; or, c’est parfois en réformant que l’on revient à une forme d’archaïsme pour reprendre votre mot. Bien réformer nos institutions ne passe pas par des classes à 35 où le suivi individuel est presque impossible, ni par des sélections sur dossier à l’entrée de la fac, alors que certains élèves avec des résultats moyens au lycée se révèlent en première année.
      Enfin, “supprimer la philosophie” est une proposition qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. La philosophie est une attitude critique libre et essentielle dans tous les choix de notre vie. Je vous invite à vous replonger dans son étude et à cesser de verser dans l’éristique.

    • nergal read dit :

      jacques71…. la philosophie est inutile??? C’est vous qui devriez avoir honte de proférer des inepties pareil.. La philosophie apporte des éléments importants dans la construction d’un raisonnement et sur les réflexions autour de la société. Pour faire simple ça aide a être moins bête et a ne pas gober bêtement ce que BFM ou n’importe quel homme ou femme politique vous dis. D’ailleurs, au passage je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur cette discipline qu’est la philosophie cela pourrait vous éviter des raisonnements approximatifs comme celui ci… cordialement

  2. Syllepse de Konigsberg dit :

    Excellente initiative des professeurs de philosophie, dans la droite lignée de la servitude volontaire de La Boétie ou de la désobéissance civile non violente de Thoreau. La réforme Blanquer n’est qu’un pur produit de la technocratie, critiquée par la majorité des enseignants. Reste que cette majorité est pour le moment trop dans l’inertie, ou trop molle dans ses actions, prisonnière d’une servitude en réalité volontaire. Bravo par conséquent à ces professeurs de philosophie ouvrant la voie !

    • chimel dit :

      bjr ,

      critiquée par la majorité des enseignants j’ai des doutes sur l’honnèteté de cette affirmation quand je constate le taux de grévistes quand vous avez appelé a la grève ces 2 dernières années .
      j’ai eu la chance de fréquenter l’école publique quand elle se situait toujours dans le top 5 mondial . aujourd’hui c’est plutot parfois dans le top 30 .ce pourrait peut etre un sujet interessant pour un examen de philosophie !!

      vous serez peut etre en vacances bientot je vous les souhaite tres agréables .

      • Syllepse de Konigsberg dit :

        Bonjour chimel, le taux de gréviste n’est pas le seul indicateur de désaccord. Certains professeurs ne font pas grève en raison du retard qu’ils ont pris dans le programme avec leurs élèves, ou de leur précarité notamment lorsqu’ils sont contractuels, ou encore par inertie. Lors du début du mouvement des gilets jaunes, 60% des Français d’après les sondages étaient pour, et pourtant ces 60% n’étaient pas dans la rue. Un taux de grève n’est donc pas nécessairement révélateur.
        Les classements des écoles dans le monde sont établis sur des critères discutables. Mais à n’en point douter, l’école publique (comme privée) française a des progrès à faire. Le problème est que les réformes ne vont pas dans le bon sens. Cordialement.

  3. dodo dit :

    c’est pas aux élèves d’en pâtir, ils sont déjà assez stressé

    • Syllepse de Konigsberg dit :

      Il ne faut pas tout inverser, les élèves pâtissent avant tout à cause de la réforme, il n’y a qu’à voir les problèmes et les déceptions immenses qu’ils rencontrent dans leur orientation. Quant aux futurs élèves, comment assurer un suivi individuel avec des classes à 35 ? De plus, quand manifester ne sert plus pour être écouté, il faut trouver d’autres moyens efficaces non violents. C’est justement ce qui est louable dans l’action de ces professeurs.

  4. bakemono dit :

    Cela fait depuis plus de 40 ans que l’on parle de réformer l’éducation nationale et cela fait plus de 40 ans que les professeurs quels qu’ils soient sont contre et manifestent sans se préoccuper des élèves. Les professeurs sont lâches et défendent leurs privilèges. C’est tout ce qu’ils savent faire. La qualité de l’enseignement à diminuer en France. C’est entièrement leur faute. Qu’ils cessent de s’accrocher au passé et qu’ils entrent enfin dans le 21ème siècle. Mais il y aura du boulot. Bon courage aux réformateurs.

    • bakemono dit :

      Oups, j’ai fait une faute. Il faut lire a diminué et non à diminuer. Pardon.

      • Syllepse de Konigsberg dit :

        Bakemono, vous commettez une généralisation abusive en disant “les professeurs…ceci, cela”, à la rigueur “des professeurs” et encore… Il m’étonnerait fort que ces derniers manifestent “sans se préoccuper des élèves”, c’est bien au contraire pour ces derniers (à mon avis) qu’ils manifestent.
        “Les professeurs sont lâches” : je vous invite à faire cours dans une salle de 35 élèves, parfois dans des zones difficiles. Enseigner et réussir à transporter les élèves relève d’un engagement à l’intérieur comme à l’extérieur de la classe, qui prend beaucoup de temps et d’énergie.
        “Les professeurs défendent leurs privilèges” : les professeurs défendent leurs droits, pour lesquels ils se sont battus depuis plus d’un siècle, au même titre que les infirmières, les policiers, les cheminots, et tant d’autres fonctionnaires (ou non-fonctionnaires) qui subissent des coupes au nom d’un déficit impayable qui pourrit leurs conditions de travail. Pourtant, la dette n’est pas le pêché originel, il existe des moyens économiques de la régler en ne passant pas par l’austérité.
        “C’est tout ce qu’ils savent faire” : formule insultante.
        Posez-vous les bonnes questions : si cela fait 40 ans que ça dure et que de nombreux professeurs se plaignent, c’est peut-être parce que cela fait 40 ans qu’on ne les écoute pas… Il y a encore du boulot pour déconstruire les pseudo-réformateurs ou sophistes.