Autres journaux :



vendredi 18 septembre 2020 à 06:54

Montceau : Campus Mecateam lance sa première formation initiale en apprentissage

Dans un contexte où l’État annonce 2,3 milliards d’euros pour le réseau ferroviaire



 



L’État vient d’annoncer une enveloppe de 2,3 milliards d’euros pour la régénération du réseau ferroviaire. Les travaux ferroviaires, une filière d’avenir ?

A Montceau-les-Mines, Mecateamcluster y a toujours cru. Le cluster français dédié à la maintenance des engins de travaux ferroviaires a d’ailleurs, dès sa création, fait de la formation un de ses piliers.

 

Il a d’abord noué des partenariats publics et privés pour l’enseignement de formations initiales et continues.

En 2019, il a créé Campus Mecateam, un organisme de formation qui matérialise ses ambitions. Après avoir développé ses premières formations continues, Campus Mecateam s’attaque à la formation initiale.

 

Premier acte dès le mois d’octobre 2020 avec une formation de niveau bac +1 : la mention complémentaire « Maintenance des Installations Oléohydrauliques et Pneumatiques » en apprentissage.

 

Campus Mecateam qui dispose de tout l’environnement adéquat, des formateurs aux entreprises qui recrutent, a décidé de reprendre à son profit cette formation.

L’emploi des jeunes est l’un des enjeux majeurs du plan de relance économique. Le secteur de l’industrie ferroviaire se mobilise déjà depuis longtemps pour recruter les 18/24 ans. Ils représentent le tiers des embauches conclues !

 

Alors que la SNCF a annoncé le 10 septembre la création de 7 000 postes en alternance cette année soit 1 000 de plus que l’an passé, beaucoup d’entreprises de la maintenance ferroviaire peinent à recruter.

Mecateamcluster veut aider les entreprises de la filière. Depuis sa création en 2012, il a fait de la formation un de ses chevaux de bataille. Il a proposé des formations initiales et continues en partenariat avec des institutions publiques et des entreprises privées. Le cluster a franchi une nouvelle étape en 2019 avec la création de son propre organisme de formation, Campus Mecateam.

 

Il dispense depuis l’année dernière ses propres formations continues autour de la maintenance des engins de travaux ferroviaires.

 

En octobre 2020, Campus Mecateam s’attaque à la formation initiale en alternance. Il reprend un parcours de niveau bac +1 : la mention complémentaire Maintenance des Installations Oléohydrauliques et Pneumatiques (MIOP), en apprentissage. Cette première formation initiale sous l’ombrelle Campus Mecateam n’est qu’un début. L’organisme de formation de Mecateamcluster entend proposer d’autres cursus initiaux en alternance d’ici deux ans. Il veut couvrir les différents niveaux : BTS, licence professionnelle…

 

L’objectif de Campus Mecateam ? Devenir CFA indépendant d’ici 2022.

 

Campus Mecateam dispose de tous les atouts pour accompagner les entreprises de la maintenance des engins de travaux ferroviaires. Il veut développer une offre de formation avec une vocation nationale. Il rapproche les enseignements aux besoins et spécificités des entreprises du secteur. Il s’appuie sur une plateforme technique et trois voies-écoles à l’échelle 1 entièrement dédiées à la formation à Montceau-les-Mines. Ses formateurs sont des professionnels reconnus du secteur.

 

La mention complémentaire MIOP, une garantie vers l’emploi

 

Une soixantaine d’étudiants ont été formés depuis 2012 grâce au partenariat entre l’Éducation Nationale et Mecateamcluster. Pendant une année scolaire, la mention complémentaire MIOP développe leurs compétences en hydraulique et pneumatique, indispensables pour les métiers de la maintenance des engins de travaux ferroviaires.

 

Pour Arthur (promotion 2018/19), Denis (2016/17) et Alexis (2014/15), trois anciens étudiants embauchés par Métalliance, SNCF Réseau et Eiffage, « la MIOP est une formation en totale adéquation avec le travail réalisé en entreprise. Les enseignements sont pour la plupart dispensés par des professionnels du secteur, ce qui garantit un développement rapide des connaissances et des pratiques. ». Tous confirment qu’ils ont décroché un CDI à l’issue de leur formation. Leurs compétences sont en effet recherchées.

 

Les trois spécialistes avouent être souvent contactés par d’autres sociétés. Virginie Bonnin, coordinatrice de Campus Mecateam, confirme : « Le taux de réussite de la MIOP avoisine les 100 %. On note un taux d’embauche à l’issue de la formation d’environ 90 % ! ».Cette formation de niveau bac +1 a pour objectif premier l’insertion immédiate des étudiants dans le monde du travail. Toutefois, certains n’hésitent pas à poursuivre leurs études. La MIOP permet d’enchaîner avec un BTS puis une licence professionnelle, voire une école d’ingénieurs !

 

Des entreprises qui recrutent : le cas de Fluidexpert

 

Lionel Renier, directeur de Fluidexpert, spécialiste de la transmission de puissance hydraulique, ne le cache pas : il a toujours eu des difficultés pour recruter : « Nos métiers sont très techniques et il existe très peu de filières de formation. Il est donc difficile d’avoir du personnel compétent. »

 

Celui qui gère 55 salariés au quotidien dont une quarantaine de techniciens mise sur l’apprentissage.

 

« C’est aujourd’hui le seul moyen efficace pour intégrer de nouveaux collaborateurs. Notre message est clair : nous voulons former ces jeunes et leur proposer un CDI ensuite ». Lionel Renier rencontre personnellement chaque alternant qui arrive dans l’entreprise. « Je n’ai aucune attente en ce qui concerne leur productivité. Je leur demande simplement d’explorer toutes les facettes du métier et d’accumuler de l’expérience ».

 

En 2020, il prévoit de recruter 7 alternants contre 2 habituellement. Techniciens, chefs de projet, commerciaux… 5 autres postes sont aussi à pourvoir dans l’entreprise. C’est dire si les besoins de main-d’œuvre s’accumulent ! Pour Lionel Renier, deux facteurs expliquent le faible nombre de candidatures : l’attractivité du secteur industriel en berne et le nombre important de déplacements. « Nos métiers doivent évoluer. Si on veut attirer les jeunes, il faut réduire les déplacements. Il faut imaginer un nouveau profil de technicien, plus dans l’accompagnement et dans l’expertise avec les clients, en permettant la réalisation des gestes techniques par des équipes déportées chez nos clients. » C’est tout l’enjeu de Campus Mecateam. Le jeune organisme de formation doit répondre aux nouvelles attentes à travers son offre de formations.

 

Des formations sur lesquelles le Campus Mecateam va poursuivre de se positionner dans les mois et années à venir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer