Autres journaux :



lundi 11 janvier 2021 à 05:25

Préparation d’une mobilisation pour maintenir le BTS Comptabilité gestion au lycée Henri Parriat

  Et des enseignants en colère  



 



C’est donc le vendredi 18 décembre dernier que le proviseur du lycée Henri Parriat a été averti à 18h30 de la fermeture programmée du BTS Comptabilité gestion de son établissement. Une nouvelle juste au moment des vacances de Noël et une question : comment le dire aux enseignants ?

Eric Fournier n’a alors aucune possibilité d’agir ni d’argumenter au moment où il apprend la nouvelle.

 

Immédiatement, il prévient les deux conseillers régionaux Marie-Claude Jarrot et Jean-Claude Lagrange qui ont essayé d’en savoir plus de leur côté.

Et c’est finalement entre Noël et le jour de l’an qu’il a décidé d’avertir la communauté enseignante.

 

Une mobilisation qui s’organise peu à peu

 

Dès la rentrée de ce mois de janvier, une première réunion syndicale s’est tenue mardi après une réunion le lundi de la rentrée avec le proviseur. Ce dernier avait cherché depuis l’annonce à se renseigner, peine perdue avec les fêtes de fin d’année et les congés. Ce jeudi, c’est ensuite un conseil d’administration d’urgence qui s’est tenu à l’issue duquel la lettre ouverte a été proposée. Toutes les personnes présentes au cours de ce conseil d’administration ont soutenu la lettre ouverte : les agents, le personnel éducation, les conseillers régionaux présents, Mr Marino représentant la ville de Montceau-les-Mines, Mr Steinmesse représentant le Mecateamcluster et Lionel Duparay pour le conseil départemental.

 

Le proviseur et le proviseur adjoint quant à eux avaient un droit de réserve.

 

Pierre GIEZEK, enseignant en Sciences économique et sociale (SES) au sein de l’établissement et également représentant syndicat SNES-sup a indiqué avoir bien pris note de la réponse du Dasen (Directeur académique des services de l’éducation nationale) de Saône-et-Loire qui dit que la décision [de fermeture du BTS] n’est pas prise. Pour Pierre Giezek, ces propos sont mensongés, puisqu’il indique que le BTS a déjà été retiré de Parcoursup et donc que les élèves ne pourront pas s’y inscrire.

 

Pierre GIEZEK qui siège aussi au comité technique académique, espère pouvoir abordé le dossier. Ce comité est une instance où l’offre de formation est justement abordée ainsi que les moyens mis en œuvre pour assurer celle-ci. « Depuis plusieurs années, on vote contre. On est là, on dénonce. Le comité technique ministériel a annoncé la suppression de 113 postes pour l’académie de Dijon. » a-t-il indiqué.

Et de poursuivre : « On craint que l’équivalent de 40 postes soient supprimés avec le passage en heures supplémentaires. A un moment donné, on en peut plus. En 13 ans, les enseignants ont perdu deux mois de pouvoir d’achat. Aujourd’hui en début de carrière, un enseignant touche 1400 € ».

 

Pierre Giezek dénonce la méthode employée pour annoncer la fermeture du BTS pour laquelle la décision est déjà prise selon lui : « La démocratie sociale est malmenée. C’est une méthode cavalière. Les jeunes du bassin minier vont souffrir. Le taux d’insertion des diplômés est quand même de 75%. Des jeunes préfèrent débuter avec un diplôme obtenu au niveau local. Certains d’entre eux terminent expert comptable. En BTS, les enseignements se font en petits groupes ce qui permet un meilleur accompagnement, une meilleure réussite. On va priver des jeunes fragiles scolairement de pouvoir réussir. »

C’est donc un sentiment d’injustice que ressent l’enseignant ainsi que l’équipe enseignante du lycée Parriat.

 

En outre, à partir de l’analyse des inscriptions réalisées cette année et des parcours des anciens lycéens de Parriat dans le supérieur, Pierre Giezek estime qu’il devrait y avoir de nombreuses inscriptions en septembre 2021, le résultat d’une réorientation des élèves après une première orientation inadaptée ou décevante. Il rappelle à ce titre le droit à l’erreur. Et de conclure : « L’administration ne l’accorde pas au final ».

 

Un manque d’argument dénoncé

 

L’enseignant syndicaliste dénonce ce qu’il juge être une incohérence : « Il n’y a pas d’argument pour justifier la fermeture. On a eu une année un peu faible une fois. Mais le lissage se fait normalement sur plusieurs années. C’est la politique nationale qui prime. Le bassin de formation va souffrir. Le rôle social de l’école est d’insérer les jeunes. »

Et de conclure sur les décisionnaires : « Ils n’ont aucun sens de la réalité ».

 

En parallèle, la fermeture du BTS si elle devait être confirmée, conduirait aussi à une redistribution des services des enseignants intervenant dans la formation. Un désagrément certes, mais « ce qui prime, ce sont les jeunes » estime Pierre Giezek.

 

Les enseignants ne comprennent pas d’autant plus après les 10 derniers mois qui ont été particulièrement difficiles pour les jeunes que ce soit via le confinement, les cours à distance, les aménagements actuels : « On va se retrouver avec des gamins fragiles qui auront besoin de ces formations de proximité. Le quoiqu’il en coûte c’est faux. Il faut aider les jeunes. C’est un investissement. On le doit aux jeunes. Ces années-là sont importantes en termes de construction identitaire. On se prépare un avenir pas rassurant. Les jeunes qui vont rentrer dans le milieu du travail après cette crise, on est train de les sacrifier, alors qu’on devrait les aider. » a déclaré Pierre Giezek.

 

La Région est également en ligne de mire de l’enseignant syndicaliste, car celle-ci est co-responsable des formations professionnelles. Où s’ouvrent d’autres BTS ? Des économies sont-elles faites sur le dos des élèves ? Ce sont autant de questions qui se posent.

 

Un contre-la-montre engagé

 

C’est à présent un véritable contre-la-montre qui est engagé afin de pouvoir faire de nouveau apparaître la formation du BTS Comptabilité Gestion du lycée Henri Parriat sur Parcoursup. En effet, la plateforme ouvre dès le 20 janvier prochain.

« On veut les réponses maintenant. On ira jusqu’au bout. C’est pour cette raison que l’on va faire quelque chose mardi. On ne sait pas encore ce que l’on va faire à cause du contexte sanitaire. C’est difficile. On réfléchit à la forme. » a ajouté Pierre Giezek qui a indiqué avoir demandé une audience à la Rectrice dès vendredi matin.

 

L’idée est de mettre en place une action par semaine pour assurer la poursuite de la formation.

 

Et de conclure : « La France a le deuxième taux de réussite des étudiants dans les pays de l’OCDE. C’est la vision comptable qui l’emporte à chaque fois contre la vision humaine ».

 

Ce week-end, les enseignants vont donc décider du plan de bataille mis en œuvre dès le début de la semaine prochaine, pour obtenir des réponses claires sur l’avenir du BTS Comptabilité gestion du lycée Henri Parriat et surtout faire basculer les décisions en direction du maintien de la formation.

 

A suivre donc !

 

EM

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Préparation d’une mobilisation pour maintenir le BTS Comptabilité gestion au lycée Henri Parriat”

  1. Chris.blue dit :

    Je soutiens votre initiative et espère vivement que vous obtiendrez gain de cause. Bon courage.

  2. service.public dit :

    Vous avez tout mon soutien également; c’est inadmissible qu’on supprime cette formation au moment où le métier de comptable est en plein développement.
    Le lycée de Montceau est très dynamique et propose beaucoup de choses aux élèves, ce serait la moindre des choses que le rectorat en tienne compte et arrête de lui mettre des bâtons dans les roues
    Merci de nous tenir informés de vos actions, je suis sûre que les parents d’élèves vous soutiendront!

  3. Eric Commeau dit :

    Le lycée Henri Parriat est un excellent lycée qui fait un travail remarquable pour offrir des perspectives de formation diversifiées et de haute qualité à nos jeunes. Il est indispensable que des formations post bac fassent partie de l’offre globale. La décision du ministère de l’Education nationale est scandaleuse et incompréhensible.
    Soutien total aux équipes d’Henri Parriat !