Autres journaux :



jeudi 22 août 2019 à 07:00

Une allée d’érables centenaires dépérit et un patrimoine ornemental avec

Son propriétaire appelle à la plus grande prudence aux abords de ces arbres



 



Ce lundi matin, Alain Thomas, propriétaire du Château de Torcy et de l’allée qui y mène pose un panneau à son entrée.

Depuis trente ans, il jouissait, comme les nombreux promeneurs qui empruntaient son chemin ouvert au public, de l’ombre de magnifiques érables, dont l’âge est estimé entre 100 et 200 ans pour les plus âgés.

 

Malheureusement depuis le printemps, il a pu constater que ses arbres ne verdissaient pas là où les arbres de la forêt attenante verdoyaient.

 

19 érables sur 24 sont morts ou en train de périr

 

Aux abords du Château classé monument historique, cette allée qui constituait un véritable patrimoine environnemental, ornemental et historique, disparaît. Et avec sa disparition, un danger réel apparaît pour toutes les personnes qui souhaiteraient emprunter cette allée à laquelle elles étaient habituées. Aussi Alain Thomas a décidé d’avertir les promeneurs du danger encouru.

 

Ce sont 19 érables sur les 24 existants qui sont secs sur pied ou en train de périr. Et cela constitue une véritable surprise pour le « gardien » du Château de Torcy. En effet, en mai 2018, l’ONF (Office National des Forêts) était venue répertorier et diagnostiquer l’état sanitaire des arbres de l’allée en vue de travaux d’excavations qui devaient être réalisés quelques semaines plus tard à proximité de l’allée.

 

Et d’après le propriétaire du Château de Torcy, l’ONF aurait numéroté tous les arbres et  émis un diagnostic faisant état de la fragilité de quelques sujets : sept au total.

Aujourd’hui Alain Thomas constate au contraire que seuls 5 arbres sont toujours debout et dans un état de santé plutôt satisfaisant.

 

Comment peut-on expliquer une telle disparition, une telle aggravation de l’état sanitaire de ces arbres ? Vraisemblablement lors de travaux d’excavations, les engins auraient sectionné à plusieurs reprises les racines de certains sujets. Et en observant le tracé des travaux, les arbres encore sains sont souvent les plus éloignés de celui-ci.

 

C’est en tout cas une bien triste nouvelle pour le patrimoine torcéen et communautaire que de tels arbres remarquables disparaissent, comme l’a indiqué ce lundi matin Alain Thomas. Ce dernier rappelle une nouvelle fois les promeneurs et les associations à la plus grande prudence, face aux dangers que la chute d’une branche ou d’un arbre peut constituer.

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer