Autres journaux :



dimanche 4 avril 2021 à 06:44

Le front contre le projet d’enfouissement d’amiante de Bourgueil se renforce

  Une association a été créée à Collonge-en-Charollais



 



 

Ce samedi matin, la salle des fêtes de Collonge-en-Charollais a accueilli une bonne vingtaine de personnes pour la création d’une association contre le projet d’enfouissement d’amiante à Mont Saint Vincent sur la carrière de Bourgueil.

Et c’est Madame Lagrange, Maire de la commune qui a accueilli les habitants ayant fait le déplacement.

 

Dans la salle étaient également présents deux membres du collectif « Comme un poison dans l’eau » de Mont Saint Vincent.

La commune de Collonge-en-Charollais accueille entre 140 et 150 habitants. Et déjà 110 habitants ont répondu favorablement pour adhérer à l’association avant même que celle-ci ne soit créée ce samedi en fin de matinée.

 

En effet, dès connaissance du projet d’enfouissement d’amiante, Mme Lagrange s’est empressée d’en informer ses habitants par un premier courrier. Ces derniers jours, c’est par mail qu’un premier travail a été réalisé afin de noter notamment les différentes propositions de noms de l’association et de sélectionner les personnes présentes à la réunion de ce samedi matin en fonction de leur désir d’implication et de leur vulnérabilité face au contexte sanitaire.

 

Mme Lagrange a également sollicité le Président de la communauté de communes sud côte chalonnaise dont fait partie sa commune. Le Président a donné quelques informations quant au suivi du dossier en cours. En effet, ce dernier est depuis le mois de février entre les mains du service de la DREAL, un service qui dépend directement de la Préfecture de Saône-et-Loire et qui devra juger de la faisabilité et du niveau de dangerosité du projet. Ce service pourra si besoin requérir de nouvelles études notamment auprès du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) afin de connaître les particularités des sols).

 

Madame Lagrange pour sa part encourage à se pencher vivement sur la politique des déchets.

 

Un projet bien emballé à arrêter au plus vite

 

Ce samedi matin, Madame le Maire de Collonge-en-Charollais animait la réunion. Elle a laissé chacun s’exprimer sans chercher à influencer que ce soit pour le choix du nom de l’association, comme pour la constitution du bureau de l’association.

 

En préambule, elle rappelait : « Le problème est grave. J’aimerais éviter d’avoir à faire cela. Il y a d’autres projets dont il faut s’occuper. » avant de rappeler qu’une infime partie des personnes concernées par le problème était présente dans la salle.

 

Et de poursuivre : « Je crains que ces projets bien emballés soient difficiles ensuite à arrêter ».

 

Elle rappelle l’affaire de la décharge de Montchanin et le scandale sanitaire à la suite de sa fermeture, s’appuyant d’ailleurs sur l’ouvrage récemment publié par le Président de l’association montchaninoise M. Barellon.

Mme Lagrange a poursuivi en indiquant que le choix de l’association plutôt que d’un collectif avait été validé par 110 personnes, permettant en cela d’avoir un cadre juridique face aux autorités.

 

Dans la suite des démarches engagées, Mme Lagrange a récemment rencontré Mme le maire de Marigny avec laquelle elle a signé une lettre à l’attention de Monsieur le Préfet de Saône-et-Loire pour lui demander audience.

Les syndicats des eaux se sont aussi saisis de ce problème en émettant un vœu.

 

« Cette affaire crée des remous au-delà de notre population. La Bourbince prend sa source à proximité du site concerné et alimente jusqu’à Paray-le-Monial et beaucoup de personnes du bassin minier » a-t-elle indiqué.

 

Des personnes présentes dans la salle indiquaient utiliser régulièrement l’eau de leurs puits, notamment pour la boire.

 

A Collonge-en-Charollais, le travail sur le PLUI est en cours, un PLUI qui concerne aussi le côté environnemental. C’était ainsi l’occasion de rappeler que deux zones particulières sont situées à proximité du site de Bourgueil : une zone naturelle et une zone classée protégée en lien avec sa biodiversité.

 

Le maire du Puley ainsi que Madame Lagrange ont rencontré le Président de leur communauté de communes afin de voir la cohérence du projet avec la CUCM ; l’occasion là-aussi pour Madame Lagrange d’encourager à plus de travail entre les inter-communalités.

 

L’association collongeoise pour la protection de l’environnement est née

 

C’est par un vote démocratique que le nom de l’association a été désigné. Ainsi est née l’Association Collongeoise pour la Protection de l’Environnement (ACPE).

 

Dans la foulée, c’est son bureau qui a aussi fait l’objet d’un nouveau vote, à l’unanimité :

 

Présidente : Rebecca Maeder

Vice-présidente : Delphine Alanoie

Secrétaire : Chantal Lloung

Trésorier : Pierre André Duperrier.

 

Les échanges se sont poursuivis quant à la possibilité de pouvoir travailler avec l’association et le collectif de Mont Saint Vincent.

 

L’objectif de l’association est de permettre que le dossier du centre d’enfouissement d’amiante avorte. Jean Girardon, maire de Mont Saint Vincent, a été pointé du doigt, comme le responsable de la situation actuelle. Certaines personnes présentes ont jugé qu’il avait le pouvoir de s’opposer à ce projet.

 

Le bureau nouvellement élu va devoir à présent déclarer l’association en préfecture et organiser le travail de celle-ci notamment via la création des statuts et de groupes de travail.

 

Nul doute que les échanges sur les impacts du projet (immobilier, économique, touristique etc.) ont pu apporter des idées aux personnes présentes pour commencer à orienter les prochaines actions de la nouvelle association.

 

Décidément le front contre le projet d’enfouissement d’amiante à Bourgueil se renforce jour après jour.

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




5 commentaires sur “Le front contre le projet d’enfouissement d’amiante de Bourgueil se renforce”

  1. gilbert71 dit :

    Ces dames (on ne voit quelles) sont plus qu’alarmistes et vont si cela continue porter un grand coup néfaste a toute une région oui le seul pour empêcher celà c’est Mr le Maire du MT Saint Vincent qui ne doit plus attendre pour réaliser le référendum seul le résultat va compter ,apres……mais quand on regarde en arrière ,le cas de la décharge est acté depuis la suppression du canton pour rattacher la commune avec la CUCM qui elle a fermé celle de Torcy (avec de l’amiante aussi) donc un nouveau site est tout trouvé avec un nouveau exploitant Rougeot qui a bien gardé le silence .Donc la Prefecture devrait donner le feu vert(sauf que le resultat du reférendum peut peser ) mais en fin du processus personne ne parle a la CUCM ni le President et surtout les élus “écolos” tous attendent la décision de la dreal

    • Gadou71 dit :

      Comment ça un grand coup néfaste?
      Bien sur que le maire de Mont Saint Vincent est le seul à pouvoir empêcher ça, mais il semble qu’il soit d’accord avec cette mégadechetterie, et quel pouvoir a un réferendum et même une enquête publique pour faire faire marche arrière à un projet qui arrange tout nos politiques locaux et toutes les entreprises de la région et des régions proches pour remplir de terres pollués, d’amiante, et de tout ce que l’on peut imaginer ce grand trou béant dans la forêt?
      Il serait temps que nos élus se prononcent ouvertement !

      • gilbert71 dit :

        le coup néfaste c’est nuire a l’image de marque de la région du Mont Saint Vincent,là il y en a pour longtemps , çà c’est dangereux la solution , c’est le conseil municipal à se prononcer pour ou contre qui sera pris en compte ensuite un référendum ( bien sur pour vous si le non l’emporte sera représentatif) la pétition a Montceau Cluny pas représentative car des gens ont signés plusieurs fois (ils etaient partout sur le marché ) donc les chiffres .la seule démarche ,c’est inciter les habitants a demander un vote du conseil municipal ensuite le référendum promis. moi aussi je suis contre tout enfouissement
        dans l’article de l’association,je suppose la Présidente ,dit que la Bourbince prend sa source vers le site ,là tout faux,c’est sur la commune de Montcenis vraiment pas du tout du meme coté

  2. Minette dit :

    Mme lagrange ferait mieux de s’occuper de sa commune laissons faire le maire de mont saint vincent !sur collonge il ya des pylones EDF et les maisons ont déja bien perdu de leurs valeurs comme la commune touche de l’argent personne ne s’y est opposé . réfléchir avant de parler c’est mieux !

  3. […] La mobilisation a gagné le village voisin de Collonge-en-Charolais et l’Association Collongeoise pour la Protection de l’Environnement a vu le jour début avril. 110 habitants sur les 150 qui vivent à Collonge se sont immédiatement engagés à rejoindre l’association. Le récit de sa création est à lire sur Montceau news. […]