Autres journaux :



samedi 8 juin 2019 à 08:20

Bimby se poursuit sur sept communes de la CUCM

Une opération pour limiter l’étalement urbain



 



 

 

Ce vendredi matin, David Marti, Président de la CUCM, Frédérique Lemoine, Vice-Présidente en charge de l’habitat ont tenu une conférence de presse au château de la Verrerie au Creusot, en compagnie de Thomas Hanss du laboratoire In Vivo, lequel est en charge de l’opération Bimby.

Bimby, une démarche globale de rénovation et de valorisation de l’habitat

 

 

 

Expérimenté dans un premier temps au Creusot et à Saint-Vallier, le dispositif Bimby (pour « Build in my backyard » ou « Construire dans mon jardin ») a pour objectif de créer de nouveaux logements sans étalement urbain. Les habitants qui ont des projets peuvent bénéficier d’un accompagnement gratuit par des professionnels de l’architecture et de l’urbanisme. Ce dispositif est désormais étendu à 9 communes de la communauté urbaine Creusot Montceau.

 

 

Comme l’explique David Marti, ce dispositif a d’abord été expérimenté à St Vallier et au Creusot. C’est à la suite du succès de cette expérimentation que la CUCM a décidé d’étendre Bimby à d’autres communes :  Blanzy, Le Breuil, Génelard, Montceau, Montchanin, Sanvignes et Torcy.

 

 

Pourquoi ces communes ont-elles été choisies ? C’est visiblement dans celles-ci que le « gros du travail » est à réaliser.

 

 

 

Le dispositif doit permettre de construire des pavillons sur du foncier non utilisé et disponible. Il peut permettre de rénover, réhabiliter l’habitat plutôt en centre-ville.

 

 

 

Après la phase expérimentale, Bimby passe donc à la phase opérationnelle pour une durée de trois ans.

 

 

 

Objectif : attirer une nouvelle population et fixer l’existante

 

 

 

La CUCM grâce au dispositif Bimby a pour objectif d’attirer une nouvelle population particulièrement dans les neuf villes concernées par le dispositif. C’est aussi l’occasion de fixer la population existante grâce à la possibilité de construire, d’agrandir le logement existant ou de le transformer notamment pour permettre de rester dans le logement.

 

 

 

Le laboratoire In Vivo est en charge d’apporter un coaching aux personnes intéressées par un tel projet, qu’il soit à l’état d’idée ou de projets déjà bien avancé ou simplement par curiosité.

 

 

Pour ce faire, le laboratoire propose des rendez-vous gratuits d’une heure au moins avec un architecte. Et en fonction des projets cela peut être davantage. C’est ainsi l’occasion de voir si son projet est réalisable, dans quelles mesures, de voir les freins et toutes les possibilités de réalisation.

 

 

 

Thomas Hanss insiste sur le fait que les rendez-vous sont ouverts à tous : aussi bien des porteurs de projets que des personnes venues pour se renseigner sur le dispositif. Puis un accompagnement plus long est proposé aux personnes intéressées et souhaitant faire aboutir leur projet. Cet accompagnement comprend en outre des réponses et une aide au niveau administratif, fiscal etc. Pour certains projets, l’accompagnement peut durer deux ans, pour d’autres trois mois. Cela dépend du projet et des personnes. Le rythme de chacun est respecté.

 

 

Et les idées peuvent être variées :

 

 

  • faire don d’un morceau de terrain à des enfants pour qu’ils puissent y construire à moindre frais et près des services,
  • vendre un morceau de terrain pour financer des travaux ou des projets,
  • reconstruire une maison plus adaptée à ses besoins (plain-pied, taille plus petite) sur sa parcelle, éventuellement en revendant ou en mettant en location la première maison,
  • réaliser un investissement locatif sur sa parcelle, en finançant seulement la construction sans avoir à assumer le coût du foncier,
  • accueillir un parent dépendant dans un petit logement construit dans son jardin,
  • mettre en location un étage inutilisé de sa maison, en effectuant les restructurations nécessaires pour un partage sans heurt des espaces,
  • étudier le potentiel de propriétés bâties que leur propriétaire souhaite vendre mais qui ne trouvent pas preneur en l’état et réfléchir à de nouvelles pistes de valorisation et de présentation de ces biens aux potentiels acquéreurs etc.

 

 

La CUCM est au départ la deuxième collectivité en France à avoir expérimenté le dispositif. Aujourd’hui elle est la première intercommunalité à mettre en œuvre la deuxième phase.

 

Dans les prochains jours, vous serez informé du dispositif non seulement par des flyers glissés dans les boîtes aux lettres, également par le journal de la CUCM.

 

 

 

Bimby en chiffres

 

 

Dans un premier temps, la communauté urbaine Le Creusot Montceau a expérimenté ce dispositif sur les communes du Creusot et de Saint-Vallier, de juillet 2016 à décembre 2018. 373 projets ont été élaborés pour un objectif initial de 300, soit 120% de l’objectif. 220 projets ont démarré leur mise en œuvre, soit 110% de l’objectif initial de 200 et 81 étaient achevés au 31 décembre 2018, soit 100% de l’objectif initial de 80 réalisations.

 

 

Ces 81 offres Bimby créées, 39 au Creusot et 42 à Saint-Vallier, se déclinent comme suit :

 

 

  • 37 projets de création de lots à bâtir, dont 9 au Creusot et 28 à Saint-Vallier,
  • 13 projets de construction neuve, dont 5 au Creusot et 8 à Saint-Vallier,
  • 7 projets de résorption de la vacance au Creusot,
  • 24 projets de transformation exemplaire de l’existant, dont 18 au Creusot et 6 à Saint-Vallier.

 

Le programme d’expérimentation Bimby 2019-2022 a pour objectif la production de 300 offres nouvelles de logement d’ici à 2022, ce qui équivaut à 40% des objectifs annuels de production de logements à l’échelle des 9 communes concernées.

 

Le budget consacré à l’élargissement du dispositif Bimby est estimé à 1,27 million d’euros. Les coûts seront partagés entre In Vivo (15%) et la communauté urbaine (85%). La collectivité pourra bénéficier d’une subvention de 400 000 € de la Région Bourgogne-Franche-Comté au titre du Contrat métropolitain 2018-2020.

 

 

 

Prenez rendez-vous dès maintenant !

 

 

Des rendez-vous individuels sont proposés sur inscription. Ils durent une heure. Il s’agit d’un premier rendez-vous. In Vivo tiendra une permanence dans toutes les communes concernées par le dispositif. Ce sont plus de 250 créneaux qui seront mis à disposition pour recevoir les personnes intéressées.

D’ici le mois d’octobre, la CUCM s’est fixée l’objectif d’avoir reçu au moins 200 porteurs de projets.

 

 

 

La liste des prochaines permanences est donnée à titre indicatif. En effet, un résident de la ville de Torcy peut très bien être reçu à Montchanin si la date lui convient davantage.

 

 

 

Liste des prochaines dates de permanence :

 

 

 

Vendredi 21 et samedi 22 juin 2019 :

  • à Torcy : mairie – place de l’Appel du 18 Juin 1940
  • à Sanvignes : salle de la mairie – 250 rue de la Liberté
  • à Montchanin : salle d’activité du Centre social et culturel à l’Espace Tuileries – 12 rue Lamartine

Vendredi 28 et samedi 29 juin 2019 :

  • à Montceau : maison de l’administration – Quai Jules Chagot
  • à Génelard : mairie – rue Nationale, place auguste fournier

Vendredi 5 et samedi 6 juillet 2019 :

  • au Creusot : salle à manger du Château de la Verrerie
  • au Breuil : salle du Conseil à la mairie – place Saint-Martin

Vendredi 12 et samedi 13 juillet 2019 :

  • à Saint-Vallier : salle Zizzutto – rue Corneille
  • à Blanzy : salle du conseil à la mairie – 2 rue de la République

 

Sur inscription auprès du Lab In Vivo, tél. : 0 805 38 38 94 (n° vert appel gratuit)

 

EM

 

 

 

 

 

ccm 0806192

 

 

ccm 0806193

 

ccm 0806194

 

 

ccm 0806195

 



 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer