Autres journaux :



jeudi 25 novembre 2021 à 21:22

Conseil communautaire : transports urbains

Nouveau contrat de délégation de service public  



 



 

Ce jeudi soir le conseil communautaire se tient au gymnase St Exupéry à Montceau-les-Mines. Après le traitement du chapitre portant sur les questions administratives, Jean-Claude Lagrange et Isabelle Louis ont présenté le rapport sur la situation en matière d’égalité entre les hommes et les femmes de la CUCM, l’occasion d’évoquer les violences faites aux femmes, qu’il s’agisse de violence intrafamiliale, d’exploitation sexuelle par exemple.

Puis le conseil communautaire a entamé un nouveau chapitre dédié aux transports urbains et au renouvellement du contrat de délégation de service public. C’est Daniel Meunier, premier Vice-président qui en a été le rapporteur.

 

L’innovation, la qualité de service, la fidélisation et l’évolution de la fréquentation ainsi que le développement et le maintien des moyens de production sont les quatre piliers sur lesquels reposent la nouvelle délégation de service public dédiée aux transports urbains débutant le 1er janvier 2022.

 

La convention de délégation de service public pour l’exploitation du service public de transports urbains liant la communauté urbaine Creusot Montceau à la société Transdev CMT, filiale de Transdev Urbain, a été signée pour une durée de 6 ans (janvier 2016-décembre 2021). Ce contrat ayant une échéance au 31 décembre 2021, le conseil communautaire a retenu, par délibération du 17 décembre 2020, le principe du recours à une convention de délégation de service public, pour l’exploitation du service public des transports urbains.

 

Dans le cadre de la procédure de mise en concurrence pour les transports urbains (hors réseau scolaire), deux offres ont été reçues. Cependant seule la candidature de SAS Transdev CMT a été jugée recevable par la commission de délégation de services publics (CDSP) du 21 mars 2021 en termes de situation juridique, de garanties et de qualifications, ainsi que de capacités professionnelles, techniques et financières.

 

Le fonctionnement du réseau à exploiter dans le cadre de la consultation s’organise autour de 6 lignes régulières et d’une ligne spécifique (M4). L’offre commerciale se structure autour de deux lignes structurantes cadencées à 30 minutes en heures de pointe et 60 minutes en heures creuses (C1 et M1), de deux lignes secondaires cadencées à 90 minutes (C2 et M2) et de deux lignes de proximité avec 6 à 7 allers-retours par jour (C3 et M3).

 

Le candidat retenu structure son offre autour de 4 piliers :

 

  1. L’innovation
  2. La qualité de service
  3. La fidélisation et l’évolution de la fréquentation
  4. Le développement et le maintien des moyens de production

Pour retrouver toutes les informations pratiques concernant les transports urbains :

 

Boutiques MonRézo :

– Le Creusot : esplanade Simone Veil, nouveau bâtiment sur le pont de la gare

– Montceau : 67, rue Carnot

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.

 

Pour consulter en ligne les tarifs et les horaires des transports urbains : www.monrezo.org

 

Les élus prennent la parole

 

Charles Landre

 

Je veux simplement faire une remarque. Vous venez de présenter le renouvellement de la DSP. Et c’était cousu de fil blanc. L’étude de ce renouvellement, tout le monde savait que nous poursuivrions avec une DSP et que Transdev poursuivrait sur ce marché. Les DSP ont été créées pour créer de la concurrence. Et on voit bien qu’il n’y a pas de concurrence, sans que les intercommunalités n’aient de moyens de pression sur ces gros groupes. On voit bien à travers votre présentation, que tout cela s’est révélé être une formalité avec malheureusement le renouvellement quasi à l’identique des formes du réseau.

Je vois beaucoup d’interco en milieu rural qui anticipent les enjeux de l’interco. Je ne vois pas ici cette anticipation. Nous connaissons depuis plusieurs mois une crise conjoncturelle qui pose des questions pour les ménages français et qui rendent nécessaire de repenser la notion de transport en commun.

Je vous invite d’ores et déjà à anticiper ce que sera l’après 2027.

Nous avons été quelques-uns à être entendu concernant la gare TGV. Vous parlez souvent de la vocation sociale du transport en commun. Il y a un besoin qui n’est pas rempli y compris à destination des personnes âgées.

 

Abdoulkader Atteye

 

Le budget que vous nous présentez ce soir. Je vois encore ce soir que es communes rurales sont oubliées. On a de plus en plus de difficultés dans nos petites communes rurales à aller dans les villes centres, le Creusot ou Montceau-les-Mines. Ce serait bien de mettre en place un transport à la demande pour désenclaver nos petites communes rurales.

 

Daniel Meunier

 

Tout d’abord dire à M. Landre, je suis surpris de sa démarche. Je ne vais reprendre durant ce mandat et durant cette délégation de service public. Je ne vais pas revenir sur toutes les décisions supplémentaires que nous avons prises pour améliorer le service. Et les personnes âgées sont le public cible auprès duquel nous avons développé davantage le dialogue. Vous pouvez nous reprocher qu’il n’y a pas de concurrence. Nous n’y pouvons rien. Autre avenant concernant la desserte de la gare TGV passant de 7 à 14 dessertes. Le maire de Montchanin ne peut que se satisfaire d’une meilleure desserte de Montchanin. Ce budget, nous devons le maintenir à l’équilibre. On commence une nouvelle DSP. Rien n’est figé. Nous allons rester à l’écoute des différents publics.

Toutes les communes de la CUCM sont desservies par le transport à la demande. Nous avons mis en place deux dessertes par semaine dans chaque commune. Que les personnes utilisent ces dessertes et qu’elles ont besoin de plus. Même les services mis en place ne sont pas utilisés. Aller plus loin, nous n’irons pas plus loin.

 

Abdoulkader Atteye

 

encore faut-il que les personnes soient au courant des dessertes.

 

Daniel Meunier

 

Au niveau de la communication, je sais qu’il y a un effort à faire. On le fera.

 

David Marti

 

Oui on peut déplorer le monopole. Nous le déplorons tous. Ce ne sont pas les collectivités qui peuvent forcer les majors et les concurrents potentiels à répondre à l’offre. Même s’il n’y a pas de concurrence, je peux certifier qu’il y a une négociation très pointue avec celui répondant à l’appel d’offre. Et le délégataire a fait plutôt bien le job : dans la conduite du réseau, en terme d’amélioration et puis sur le plan financier il y a eu des discussions assez âpres.

 

Encore une fois dans une enveloppe contrainte.

 

Concernant les remarques sur l’anticipation et le milieu rural, j’alerte les élus et toute le monde : il y a souvent un décalage entre ce que peuvent nous dire nos administrés et la réalité. Souvent des personnes demandent à ce qu’il y ait un service de transports en commun pour les rassurer. On l’a vérifié. On a comptabilisé. Et quand on enlève un arrêt de bus alors qu’il n’y a personne qui l’utilise, on doit entendre certes.

Le service public doit être élaboré pour l’intérêt général pas pour les intérêts particuliers.

 

Avant de refaire le réseau, on ne pouvait pas avoir un réseau plus complet que cela. Cela nous a voulu un déficit. Et il y avait des insatisfactions. Maintenant le réseau est plus adapté. On aura toujours une personne âgée en difficulté. Le service public ne peut pas y répondre comme cela. Il faut y répondre en lien avec des communes, des associations pour que les personnes souffrent le moins de problème de mobilité. Et c’est vrai pour tous les services. Il faut entendre les difficultés et apporter des réponses différentes en fonction de ces particularités.

 

Il faut communiquer. J’estime qu’en termes de communication on fait beaucoup. Quand j’évoque le transport à la demande, des personnes ne le connaissent pas. L’information n’arrive pas.

 

Je pense que Daniel Meunier a entendu les remarques faites qui doivent être remises dans leur contexte.

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Conseil communautaire : transports urbains”

  1. The Madalorian dit :

    Concernant les dessertes , il y en a 2 par semaines mais pour se rendre au marché de Montceau et c’est tout !
    Pas un bus à Sanvignes (au Baudrat par exemple) le matin et le soir pour aller et revenir du travaille depuis Montceau .