Autres journaux :



jeudi 16 décembre 2021 à 06:05

Conseil communautaire : la convention avec Habellis a été retirée de l’ordre du jour

  Les remarques des élus du bassin minier conduisent à contraindre le bailleur social



 



 

Ce mercredi soir, David Marti a présenté un point à l’ordre du jour concernant une convention entre Habellis bailleur social bien connu du bassin minier et l’Etat.

Il a demandé aux élus de s’exprimer sur le sujet. A l’issue des échanges, il a décidé de retirer ce point de l’ordre du jour et de ne pas le soumettre aux voix.

 

Les échanges

 

 

Jean-Claude Lagrange

Les questions sur l’habitat, on connaît bien en question d’urbanisme. Pour en avoir parlé avec le Président de l’OPAC, il y a un plan de destruction de bâtiments.

 

Il y aura d’autres maires que moi qui seront concernés par des destructions. Abandonner des immeubles dans des centre-villes peut être très négatif s’il n’y a pas un projet de requalification.

 

Pour Habellis, on a souvent des difficultés pour valider leurs stratégies : des manques d’informations, des maisons vendues sans notre avis. J’ai un tas de lettres qui nous prouvent qu’on n’est pas toujours sur la même longueur d’onde. Le patrimoine va être massivement revendu. L’équilibre de l’habitat social et de l’habitat globalement va se rejouer.

Aujourd’hui nous n’avons pas de cartographie précise. La responsable du patrimoine travaille avec le plan des Houillères. Je trouve que cela n’est pas acceptable.

J’aimerais qu’on ait un vrai engagement sur les conditionnalités pour monter en gamme de réhabilitation. J’aimerais qu’il en soit de même pour les achats. On va créer des passoires énergétiques pour des personnes qui seront en difficulté dans quelques années. Il y a un problème de réhabilitation sur le cité Beauséjour à Sanvignes.

J’aimerais que la CUCM se saisisse de cette problématique pour que l’équilibre perdure entre le logement social et le logement privé. Cela m’inquiète un peu la façon dont on travaille avec Habellis. Cet opérateur n’est pas au rdv.

Il faut qu’on ait une approche où on les contraigne un peu plus. Les élus de Sanvignes s’abstiendront sur ce dossier en mettant en avant les conditions évoquées.

 

Lionel Duparay

 

Je vais corroborer avec la difficulté d’avoir une vision claire. Des quartiers entiers peuvent être vendus. Ce qui est important c’est une articulation entre la ville, la CUCM et le bailleur social. Certaines ventes pourraient faire l’objet d’acquisition par d’autres bailleurs sociaux. On pourrait vendre sous conditions sociales en ayant un bâtiment totalement rénové. Il ne faut pas oublier le patrimoine. Le patrimoine d’Habellis c’est le patrimoine du bassin minier. Il faut se pencher sur ce règlement d’avoir es exigences de rénovation, de façade etc. Il faut qu’on ait un programme cohérent.

 

Marie-Claude Jarrot

 

Je confirme ce qu’ont dit Lionel Et Jean-Claude. Il ne faut pas non plus être aussi radical. On a obtenu des réunions d’habitants. Ils nous ont fourni des phasages. Hélas pour des raisons liées à leur modèle économique, ils n’ont pas tenu leur phasage. Pour la population, c’est très démotivant.

Les habitants sur le bassin minier veulent acquérir ces maisons. Il nous faut exiger une rénovation énergétique de qualité et que le calendrier soit respecté. Il faudrait que la CUCM prenne la main en disant maintenant on se met autour de la table et on y va sur le contrôle.

 

David Marti

 

Vous êtes d’accord sur la grande prudence. La grande prudence qui consiste à dire qu’on s’abstient et celle de Marie-Claude Jarrot qui est de dire il faut leur faire confiance.

Aujourd’hui il y a un plan d’investissement qui sur le papier semble intéressant. Vous parliez de réhabilitation : 40 000 € par an, cela semble être très correct.

Jusqu’à présent, on s’est fait enfumer. Qu’est-ce qu’on fait ? Est-ce qu’on passe la délibération ? Il faut avoir les moyens de pression. Comme vous êtes les principaux impliqués, je vous écoute.

 

Je serai favorable à ce qu’on délibère et que ce soit adopté.

 

On n’est pas lié à travers cette convention. C’est un contrat moral. Cela démontre le manque de confiance des collectivités à l’égard d’Habellis. Cela pourrait être très défavorable pour Habellis que cette convention ne passe pas.

 

Jean-Claude Lagrange

 

J’ai eu la directrice au téléphone. Je n’ai aucune garantie sur l’évolution de leur patrimoine. Ce n’est plus possible.

 

Eric Commeau

 

Habellis a fait la preuve que ce n’est pas un partenaire très fiable. Le vrai danger de cette affaire, c’est la vente. Il ne faudrait pas qu’on se retrouve avec un phénomène de copropriétés dégradées. Il faut mettre en place une alliance des communes du bassin minier et de la CUCM avec une instance où on va leur demander de rendre des comptes.

Il y a des endroits où l’habitat est très très dégradé.

 

David Marti

Les principaux intéressés ne sont pas dans un climat de confiance. Je serai de marquer un coup, de faire un courrier et de retirer la délibération du conseil. Je ne me vois pas faire accepter la délibération alors que les principaux concernés vont s’abstenir.

 

Jean-Marc Frizot

 

A Blanzy aussi, c’est très compliqué avec Habellis.

 

David Marti

 

Je retire la délibération. Et je ne vais pas la soumettre aux voix. Je ferai un courrier à Habellis.

 

 

 

hlm blanzy 1104192



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer