Autres journaux :



samedi 21 mai 2022 à 06:16

Gestion des déchets de la CUCM : le SMET 71 et la CUCM ensemble

L'objectif d'un meilleur traitement des déchets



 



 

A l’heure où la préservation de l’environnement, la réduction et la valorisation des déchets sont plus que jamais à l’ordre du jour pour les collectivités, le SMET 71 et la CUCM se rapprochent dans un esprit de solidarité, de maîtrise des coûts de plus grande efficacité pour relever les défis de demain.

Pour cela, la Communauté Urbaine Creusot Montceau a décidé d’adhérer au SMET71 à compter du 1er janvier 2023. Cette collaboration va permettre la réalisation de deux projets : d’une part l’optimisation de l’usine ECOCEA de Chagny afin d’augmenter la production de gaz « vert », et d’autre part la modernisation du centre de tri de Torcy qui sera en capacité de traiter les collectes sélectives de plus de 680 000 habitants. Aujourd’hui, les ordures ménagères collectées par la CUCM sont acheminées à Torcy dans une usine de tri-mécano-biologique qui récupère les métaux, ainsi que la matière organique pour la valoriser en compost. Aujourd’hui, la pérennité de cette usine nécessite de lourds investissements pour un tonnage d’ordures ménagères modérés (un peu moins de 20 000 t/an).

David Marti, Président de la CUCM, accueillait ce vendredi en début d’après-midi Dominique JUILLOT, Président du SMET 71 au Château de la Verrerie au Creusot.

Il a expliqué : « On a voulu faire une conférence de presse sur l’opération en cours sur le sujet présenté lors du conseil communautaire. C’est une opération importante. Ce n’était pas gagné d’avance. C’est à présent bien engagé. L’idée est d’être sur un modèle économique permettant de maintenir les coûts de collecte et de traitement des déchets.
Beaucoup de collectivités et de syndicats sont obligés d’augmenter les taxes. L’idée est de limiter l’augmentation des taxes. Et cela va mieux en étant ensemble. »

Dominique Juillot d’ajouter : « C’est important d’avoir des symboliques, d’acter un travail qui nous agite depuis pas mal de mois, d’années et qui vient loin dans l’histoire de la gestion des déchets.
Cela permet de rationaliser demain un sujet d’inquiétudes économiques, environnementales et sur le quotidien de chacun d’entre nous. ».

Optimisation des capacités de traitement de l’usine ECOCEA

Après six ans d’exploitation, l’installation de tri-méthanisation-compostage du SMET 71 à Chagny est face à des enjeux majeurs.

En effet, la loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte (TECV) de 2015, dont les objectifs sont repris par le Plan Régional de Prévention et de Gestion des déchets (PRPGD) de la région Bourgogne-Franche-Compté, a imposé la réduction drastique des capacités d’enfouissement des déchets. Sur l’Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) de Chagny, cet objectif s’est traduit par la réduction de moitié des tonnages autorisés à être enfouis entre 2020 (65 000 t/an) et 2025 (30 000 t/an). Cette baisse est simultanée à une très forte hausse de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes qui s’applique sur chaque tonne enfouie) entre 2020 (25€HT/t) et 2025 (65 €HT/t).

Or les refus de tri de l’usine ECOCEA représentent plus de la moitié des déchets enfouis sur le centre de stockage du SMET. Trouver une solution alternative, c’est répondre aux enjeux réglementaires et environnementaux de demain.

Cependant, mettre en œuvre ces évolutions techniques nécessite des investissements conséquents : la mutualisation des installations de traitement entre plusieurs collectivités prend alors tout son sens.

Aujourd’hui dimensionnée pour traiter 73 000 tonnes d’ordures ménagères par an, l’installation ECOCEA pourra être agrandie et modernisée à l’occasion du prochain renouvellement du contrat d’exploitation, qui arrive à terme en 2023. Compte tenu de la baisse régulière des ordures ménagères produites sur le territoire, un redimensionnement autour de 80 000 t/an permettra de traiter les déchets de la CUCM, tout en optimisant l’outil existant du SMET. Une valorisation énergétique des refus de tri aujourd’hui enfouis améliorera la valorisation des déchets tout en répondant à une partie de la crise énergétique que nous traversons.

Evolution des consignes de tri : tous les emballages se recyclent !

La même loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte impose la mise en place de l’extension des consignes de tri à tous les emballages plastiques pour l’ensemble du territoire national au 1er janvier 2023.

Le geste de tri pour l’habitant sera alors plus simple, et harmonisé quel que soit son lieu de vie, de travail ou de loisirs.
Mais ces nouveaux plastiques (pots, barquettes, films) ont un impact significatif sur les centres qui les trient, dont les capacités augmentent et les procédés se complexifient.
De cette contrainte, le SMET 71 en a fait un élan de mobilisation en pilotant une étude préfigurant la mise en place de ces extensions de consignes afin de faire émerger une solution commune. Fin 2020, cette étude a abouti à proposer la mutualisation des tonnages du territoire vers un centre modernisé à Torcy, en lieu et place de celui actuellement utilisé par la CUCM. L’histoire ne s’arrête pas là et le projet a rapidement intéressé les territoires voisins, le projet aboutissant à créer un centre de tri pouvant traiter l’ensemble des tonnages collectés sur le département de la Saône-et-Loire, ainsi qu’une partie du territoire du SYTRAIVAL, syndicat de traitement des déchets basé à Villefranche-sur-Saône. Les infrastructures existantes sont adaptées à une évolution des volumes traités et seront, là aussi, réutilisées de façon optimale.

En résumé, le centre de tri de Torcy sera donc modernisé et spécialisé uniquement dans le tri (poubelles jaunes). Le centre de Chagny sera lui spécialisé dans le traitement des poubelles noires. Il comportera une partie méthanisation (déjà existante). Une partie pourra être utilisée comme combustible ou produire de la chaleur.

Les investissements prévus pour le centre de Torcy devraient s’élever environ à 15 millions d’euros.
Pour le centre de Chagny, ils devraient s’élever à 8 millions d’euros pour l’amélioration de la chaîne actuelle et environ 30 millions d’euros pour la chaufferie.

Au sein de l’usine de Torcy, tous les emplois seront maintenus, mais avec une évolution des postes sans doute.
Les travaux de l’usine auront lieu pendant plusieurs mois. L’usine sera opérationnelle avant l’été 2024. Les déchets seront alors traités par d’autres syndicats en attendant que les nouveaux outils du SMET71 soient opérationnels.

EM

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Gestion des déchets de la CUCM : le SMET 71 et la CUCM ensemble”

  1. kwenty dit :

    Il faut déjà commencer par obliger les industriels à réduire voir supprimer les emballages