Autres journaux



jeudi 27 avril 2023 à 06:26

Conseil communautaire : la gratuité de l’Ecomusée fait débat

Et la qualité de l'offre culturelle aussi !



 

Ce mercredi soir, le conseil communautaire s’est poursuivi avec trois questions portant sur l’Ecomusée. Parmi celles-ci, l’exécutif a proposé la gratuité de l’Ecomusée pour une durée expérimentale d’un an. Cette proposition n’a pas manqué de donner lieu à des remarques de l’opposition.

Echanges sur gratuité du Musée

Charles Landre

Sur la gratuité, ce débat avait été effleuré il y a quelques mois. Je suis content que nous partions sur une expérimentation d’un an. Je vois bien les ambitions qui sont affirmées : lever les éventuels obstacles d’accès à la culture.

Vous annoncez vouloir fidéliser par la gratuité le public. Je crois que l’enjeu est de fidéliser les publics par la qualité de ce qui est présenté. Ce qu’il s’est passé ces dernières années, c’était que le rythme des expositions n’était pas suffisant. Il n’y a pas de programme du musée clair. Il aurait fallu d’abord avoir le directeur et définir le projet et ensuite programmer la gratuité.

A Londres, la gratuité porte sur les expositions et pas l’ensemble du musée. Le fait de payer une entrée, c’est aussi un geste qui est de dire, « je veux rentrer dans le musée ». Vous parlez ensuite de construire des partenariats. Je pense que le débat autour de l’écomusée est de savoir comment on capte le public. Il y a beaucoup de passage à Montceau et au Creusot. On communique largement dans la presse sur des chiffres qui semblent extrêmement importants.

La question qu’on doit se poser, c’est comment capter cette clientèle de passage. Cela passe par rendre l’écomusée vivant, avec une vraie politique d’exposition qui attire et pas seulement par le prix.

Je voulais simplement vous dire qu’on attend avec impatience le résultat de l’année.L’ambition culturelle et patrimoniale peut passer par une accessibilité financière meilleure, mais aussi par l’affirmation d’un vrai projet territorial autour de la valorisation du patrimoine et la capacité qu’a l’instance culturelle à faire raconter le territoire par les habitants. J’espère que cela va bien fonctionner.

Cyril Gomet

Merci pour vos remarques et surtout la tonalité qui évolue. Nous sommes nous-aussi impatients de l’arrivée du directeur. On ne pouvait pas attendre l’arrivée du directeur pour tout lancer. Dans les ans, vous aurez les chiffres. Il faudra travailler sur les chiffres de l’avant-Covid.

La comparaison avec le parc des Combes, je pense que ce n’est pas la même chose.

David Marti

D’abord je vous remercie de nous inviter à réfléchir. C’est vrai que si vous ne le faisiez pas, on ne le ferait pas. Concernant l’écomusée, on a l’impression que vous ne parlez que du Château. Or la villa Perrusson, c’est l’écomusée. Il est en train de gagner en qualité. Vous parliez de Londres. Les expositions temporaires ne seront pas gratuites sur l’écomusée, mais l’exposition permanente.

Nous ne souhaitons pas aller vers la gratuité des expositions temporaires.

Le travail de la muséographie a débuté depuis 5-6 ans. Il y a eu tout un travail de fait sur le recollement qui a pris 3 ans. Ce travail est terminé. On passe à la phase 2 avec le stockage dans un bâtiment adéquat à Montchanin. Ensuite interviendra l’aspect muséographique lui-même dans le Château. Ce travail va arriver. Nous sommes accompagnés par la DRAC et la Région. Nous serons soutenus jusqu’à la fin. Ce sont plusieurs millions d’euros investis sur la muséographie. La gratuité, s’il faut attendre que tout ce travail soit fait… ce que nous avons souhaité, c’est donner un accès rapide. Le Covid a été moteur. C’est gratuit sur l’Ecomusée. Si la Briqueterie était ouverte, elle en ferait partie. L’Ecomusée, c’est un ensemble. Nous continuons à y travailler.



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer