Autres journaux



mercredi 29 mai 2024 à 06:50

CUCM : un partenariat unique en France entre la CUCM, l’UIMM et l’ACCD’OM

Pour un développement économique inclusif



 

Ce mardi en fin de matinée, David Marti, Président de la CUCM, accompagné de Jérémy Pinto, Vice-Président en charge de l’enseignement supérieur ont reçu Jean-Claude Maes, Président de l’Association des Communes et Collectivités d’Outre-Mer (ACCD’OM) et Nathalie Trzesniowski, Présidente de l’UIMM 71.

Objectif ? Officialiser le partenariat entre les trois acteurs, un partenariat évoqué et pensé au cours d’un déplacement de David Marti en Martinique.

 

Faire profiter du dynamisme économique du territoire

 

David Marti a expliqué au cours de la conférence de presse de ce mardi matin qu’après avoir constaté le dynamisme économique sur le territoire, il s’agissait d’avoir une vision très large et de se questionner sur les recrutements à venir.

 

A la suite de différents contacts entre l’ACCD’OM et l’UIMM, il en est ressorti qu’il y avait quelque chose à faire avec un public en recherche d’emploi dans certaines régions où le chômage est élevé et auprès des personnes motivées par les formations dans les métiers de la métallurgie.

 

Aussi ces trois acteurs ont-ils réfléchi ensemble à une convention gagnant-gagnant pour les territoires concernés. « Cette convention qui va être mise en place n’a pas forcément d’objectif. C’est expérimental. On se donne le temps. C’est quelque chose d’innovant. On réajustera à un moment donné ou à un autre suivant les besoins. » a ajouté David Marti.

 

Jérémy Pinto s’est réjoui pour sa part de l’implication de l’UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie), quelques semaines après avoir acté les nouvelles offres de l’UIMM sur le Creusot.

 

Un taux de chômage de 15 à 20% en Outre-mer

 

Jean-Claude Maes, pour sa part, s’est dit heureux de cette nouvelle collaboration. Les DOM représentent 11 territoires. La problématique principale est un taux de chômage élevé et une violence importante. « On voit ce qu’il se passe en Nouvelle-Calédonie » a commenté le Président de l’ACCD’OM.

 

Et d’ajouter : « Il est important que nos jeunes trouvent un territoire où se former. C’est important. Le taux de chômage est compris entre 15 à 20% selon les territoires. C’est important d’avoir des gens formés. Plus les gens sont formés, plus on vit en harmonie. ».

 

« On recherche des bras et des cerveaux pour nos entreprises locales » UIMM

 

Pour l’UIMM, ce partenariat correspond à leur savoir-faire : mettre en relations, créer des convergences avec d’autres acteurs. « On recherche des bras et des cerveaux pour nos entreprises locales » explique la Présidente de l’UIMM 71.

Et de poursuivre : « On est déjà sur une logique de recherche de profils. Ce projet fait sens tout de suite. Il y a donc une convergence de sens pour nos entreprises et territoires. »

 

La convention sera signée, une fois celle-ci passée en conseil communautaire à la fin du mois de juin. Une première démarche sera réalisée auprès de France Travail pour cibler les publics, penser aussi l’accompagnement des arrivants (logement, mobilité, école pour les enfants etc.).

 

L’ACCD’OM de son côté, va se rapprocher du Ministère de l’Outre-Mer et des Territoires d’Outre-mer pour formaliser les accompagnements financiers des candidats qui pourront venir seuls ou accompagnés de leurs familles en métropole.

 

Une expérimentation unique en France

 

A la connaissance des trois acteurs impliqués actuellement par ce partenariat, la convention est unique. Et en tant qu’expérience expérimentale, « on ne se fixe pas d’objectifs chiffrés et temporels. Il y a besoin de recruter. Il faut absorber ce recrutement, en enlevant les freins. L’objectif est de répondre à un besoin de recrutement » explique David Marti.

 

Pour l’UIMM, il y a un gros travail à faire. « On a des dispositifs autour de l’emploi déjà créés. Il est important de préparer les choses en amont. Les dispositifs vont être mis à disposition pour sélectionner au mieux les personnes. » ajoute-t-on du côté de l’UIMM.

 

S’agissant des capacités d’accueil par le logement, David Marti est confiant : « Le logement n’est pas une difficulté ici. On en a suffisamment pour loger. On a des étudiants venant du monde entier. Le nombre de logements dans le parc est suffisant. L’idée, c’est qu’ils s’intègrent le mieux possible. Le foyer des jeunes travailleurs est déjà bien rempli notamment par les apprentis. On réfléchit en collaboration avec eux à des hôtels d’apprentissage. Globalement, on a tout pour accueillir rapidement (milieu sportif, université…). » En outre, une nouvelle résidence étudiante devrait ouvrir ses portes dès septembre 2026. Les marchés sont en cours.

 

Des personnes qui pourraient s’installer durablement

 

L’étape suivante est donc de communiquer avec les territoires ultra-marins. France Travail et l’UIMM identifieront les candidats. Et comme le souligne David Marti : « Ces personnes peuvent faire le choix de s’implanter durablement et d’autres non, pour faire monter leur territoire en compétences.

 

Les villes de la CUCM accompagneront aussi ce dispositif. Pour autant, la CUCM ne prévoit pas de ligne budgétaire pour ce dispositif. Ce sera plutôt une ressource humaine qui sera mise à disposition du partenariat.

 

Du côté de l’UIMM, on se réjouit d’une montée en puissance sur le territoire communautaire. Aujourd’hui l’UIMM forme 24 jeunes par an en scolaire, 700 apprentis sur Chalon et Dijon auxquels s’ajouteront près de 300 apprentis au Creusot. Ce sont aussi 180 demandeurs d’emplois qui sont accueillis par an et davantage encore avec l’ouverture du site creusotin.

 

En parallèle des démarches de l’ACCD’OM auprès du Ministère de l’Outre-Mer, David Marti rencontrera le 7 juin prochain le Ministre de l’Industrie pour évoquer l’accompagnement des ultra-marins venant se former sur le territoire communautaire. « Il faut que nous informions les différents ministres concernés. Nous aurons besoin de soutien dans l’accompagnement » précise le Président de la CUCM.

 

Celui-ci ajoute que le Conseil régional sera mobilisé si nécessaire. La Région soutient déjà l’école de production de l’UIMM. « C’est un partenaire essentiel dans ce que nous faisons » précise-t-on s’agissant de la Région.

 

Enfin si la convention prochainement signée et présentée ce mardi matin est à ce jour tripartite, il n’est pas exclu que celle-ci puisse évoluer en intégrer de nouveaux partenaires.

 

Le parcours d’intégration

 

Le parcours du candidat passera par une arrivée du jeune sur le bassin de la Communauté Urbaine. Pour cela, la CUCM s’engage à mobiliser, dans le cadre de ses compétences, les moyens nécessaires pour assurer l’accueil et l’accompagnement des ultramarins sur son territoire. Le jeune sera accueilli, aidé dans les démarches, notamment administratives, mis en relation avec les entreprises partenaires et pourra bénéficier de la mise en œuvre d’une politique d’habitat et de mobilité adaptée à ses besoins.

Un travail entre l’UIMM Saône-et-Loire et l’ACCD’OM sera réalisé en amont, avec chaque personne intéressée par ce dispositif, quel que soit son profil, pour identifier la sensibilité de chacun aux métiers industriels. Les jeunes ultramarins identifiées et sélectionnés par l’ACCD’OM seront ensuite accueillis au sein du Pôle Formation situé au Creusot.

 

Les formations qu’ils suivront sur le territoire communautaire, prépareront les participants aux métiers industriels, mais aussi au processus de recrutement et d’insertion professionnelle. Les échanges constants entre l’UIMM Saône-et-Loire et les entreprises des secteurs concernés permettront l’adaptation des formations aux besoins des recruteurs. Les ultramarins, en bénéficiant de ces formations, se trouveront en situation privilégiée pour être recrutés par les entreprises avec lesquelles l’UIMM Saône-et-Loire les mettra en contact.

 

Le public concerné

 

L’ACCD’OM mobilisera ses adhérents, les collectivités et communes d’outre-mer, dans le but de sensibiliser les ultramarins sur l’opportunité que peut présenter pour certains d’entre eux, d’être accueilli par la Communauté Urbaine Creusot Montceau, d’être formé à un métier d’avenir et d’être mis en relation avec les entreprises du territoire. L’identification des publics concernés se fera lors de ces actions de sensibilisation. Elles permettront ainsi l’accompagnement dans les démarches de déménagement et d’installation sur le territoire de la CUCM. Les jeunes ultramarins seront la cible prioritaire de ces démarches d’identification, mais pas nécessairement la cible exclusive. En effet, d’autres publics ultramarins pourront être accompagnés.

 

Un partenariat renouvelable

 

Enfin, ce partenariat est conclu pour une durée d’un an. A l’issue de cette période, les trois parties se réuniront pour dresser un bilan et envisager un renouvellement de la collaboration.

Il sera coordonné, suivi et évalué par un comité de suivi. Ce comité évaluera le dispositif mis en œuvre, notamment au niveau de sa conformité avec les engagements et les objectifs prévus.

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Un commentaire sur “CUCM : un partenariat unique en France entre la CUCM, l’UIMM et l’ACCD’OM”

  1. loupblanc dit :

    Pour info à fin avril 2024 , statistiques France Travail pour le 71.
    39292 chômeurs A-B-C dont 18772 hommes et 20520 femmes.
    18115 chômeurs inscrits depuis plus d’un an.
    Un constat .