Autres journaux :



mercredi 4 septembre 2013 à 08:18

Conférence de Thierry Terrier

Sur le thème "France Libre et résistance"



Ce mardi soir, à l’Auditorium des Ateliers du Jour, Thierry Terrier, Secrétaire Général de la Fondation « France Libre » a proposé à un auditoire de près de 100 personnes, une conférence sur le thème de « France Libre et Résistance ».

 

A ses côtés sur la scène, avaient pris place le Général Robert Bresse Président National de la Fondation « France Libre », Marie Claude Jarrot et Eric Dubreuil Président de l’Amicale Gaulliste de Saône et Loire. Dans la salle, on notait la présence des Sénateurs Jean Patrick Courtois et Jean Paul Emorine, du Lieutenant Colonel de Coligny, nouveau Délégué Militaire Départemental, de Laurent Selvez, 1er adjoint au Maire de Montceau les mines, de nombreux représentant d’Associations d’Anciens Combattants.

 

 

conf resistance 0409132

 

 

Thierry Terrier , le Conférencier est un homme de 62 ans, diplômé en littérature et en Droit, ancien Diplomate qui a occupé de nombreux postes en particulier dans le monde Arabe et au Protocole à l’Elysée. Son dernier poste a été Conseiller Diplomatique au Gouvernement en 2002. Il est Secrétaire Générale de la Fondation « France Libre » depuis septembre 2012.

 

 

En introduction à la séance Marie Claude Jarrot accueillit ses hôtes très chaleureusement et, en préambule au thème de la Conférence  cita le Général de Gaulle : « Puisque tout recommence toujours, ce que j’ai fait sera, tôt ou tard, source d’ ardeurs nouvelles, après que j’aurai disparu. »

 

conf resistance 0409134

 

 

Dans sa courte prise de parole, Eric Dubreuil insista sur le rôle important que joue l’Amicale Gaulliste de Saône et Loire dans la transmission de la Mémoire.

 

 

Le Président de la Fondation, le Général Robert Bresse rappela ce qu’est la fondation de « la France Libre », son engagement dans la recherche et la transmission de la Mémoire de cette époque, de la transmission surtout en milieu scolaire et surtout auprès des collégiens de 3ème. Transmission dit-il « d’Amour du pays, de refus de la Défaite et de tolérance ». Il rappela que 105 délégations en France et à l’Etranger s’engageaient à agir et réagir. http://www.france-libre.net/

 

conf resistance 0409133

 

 

Dans ses premiers propos, Thierry Terrier rendit hommage et remercia Marie Claude Jarrot pour son engagement très actif à entretenir la Mémoire de la France Libre qui dit « non à la défaite ».

 

 

Le Conférencier tint son auditoire en haleine en lui faisant parcourir la période qui s’étala entre l’armistice et la Libération.

 

 

Très méthodiquement, il démontra comment, au tout début, lors de l’appel du 18 juin 40, de Gaulle était bien seul, comment la France libre était facile à définir puisque définie comme telle par de Gaule et dans laquelle on s’engageait officiellement et militairement pour le temps de la guerre, comment la Résistance était par contre très difficile à définir puisque elle était formée de nombreuses « résistances » très différenciées par leur idéologie, leur approche philosophique, leur appartenance politique, leur penchant confessionnel , leur milieu professionnel etc… Souvent ces mouvements de Résistance s’ignoraient, se supportaient…ou pas et même se détestaient. La France était géographiquement coupée en 4 pouvoirs par zone : la zone commandée par les Allemands à Bruxelles , la Zone interdite, la zone occupée et la zone dite libre gouvernée par Vichy. Dans chacune de ces zones les mouvements de Résistance étaient différents et ne communiquaient pas entre eux.

 

conf resistance 0409135

 

 

THIERRY TERRIER AU CENTRE ENTOURE DU GENERAL BRESSE ET DE MARIE CLAUDE JARROT

 

 

Thierry Terrier insistait sur les faits que la communication était difficile entre les Anglais et De Gaulle, entre De Gaulle, les Anglais et la France Libre et inexistante avec les mouvements de Résistance, que l’incompréhension était totale et les situations très confuses entre tous ces mouvements.

 

 

Il affirme que le coup de foudre entre le Général de Gaulle et Jean Moulin, la confiance qui s’établit entre eux et le besoin qu’ils avaient l’un de l’autre a permis de dissiper ces incompréhensions et de rapprocher les mouvements de Résistance, en particulier dans la zone sud. La zone nord étant unifiée avec le Concours d’un autre grand Résistant, le Colonel Rémy.  Le rôle de Jean Moulin a été primordial dans la création du  Conseil National de la Résistance qui unifiait tous ces mouvements, même s’il était contesté et même si les mouvements n’y allaient pas toujours franchement.

 

 

Bien sûr après son assassinat, le chemin tracé par Jean Moulin continua à être suivi, et la question que l’on peut se poser est : que serait devenu ce grand Homme, que serait devenu Jean Moulin s’il n’avait pas connu ce sinistre destin ?

 

 

Jean Michel LENDEL