Autres journaux :



dimanche 10 novembre 2019 à 07:09

Montceau : Union locale CGT

"Attaque contre le système solidaire de sécurité́ sociale"





 

Communiqué :

“En France le régime de retraite liéàla sécurité́ sociale date de la Libération et a été́ mis en place sous l’impulsion d’Ambroise Croizat, Ministre du Travail et syndicaliste de la Confédération Générale du Travail (CGT), autour d’objectifs porteurs de progrès, de solidarité, de ́ démocratie et de transformation sociale. Au départ, ce sont alors les
organisations syndicales représentant les salariés, qui gèrent la sécurité́ sociale avec pour seul objectif améliorer les droits pour répondre aux besoins en matière de santé, de droits familiaux et de retraite. C’est sans nul doute, en France, le conquis social le plus important du XXème siècle.

 

C’est ce modèle social qui a permis, notamment, que la France occupe une position quasi unique au monde en matière de retraites. Au cours des 60 dernières années, hommes et femmes ont gagné́ 14 ans d’espérance de vie en moyenne. Le revenu moyen des retraités par rapport à celui des actifs est le plus élevé́ et le taux de pauvreté́ chez les retraités parmi les plus bas dans le monde. Pourtant, depuis les réformes des retraites en 1993, 2003 puis 2010, reportant l’âge de la retraite bien au-delà̀ de 62 ans, l’espérance de vie en bonne santé diminue malgré́ les progrès de la médecine. Au fil des réformes néolibérales les inégalités se renforcent.

 

Aujourd’hui le gouvernement veut imposer de nouveaux reculs sociaux, sous couvert de son projet de retraite universelle par points, qui implique la suppression de tous les régimes existants.

L’objectif est budgétaire : faire baisser la part du PIB (13,8 %) consacréaux retraites. Pour cela, il faut baisser les pensions plus vite, environ de 20 à30 %, et pousser l’âge réel de la retraite vers 64 ou 65 ans.

La première décision concerne le calcul du niveau de pension : il se fera à̀partir des salaires de l’ensemble de la carrière, et non plus sur les 25 meilleures années dans le secteur prive, ou les ́ 6 derniers mois dans le public. Ce nouveau mode de calcul va entrainer une baisse très importante des pensions et va accentuer les inégalités. Sans surprise, cette réforme s’attaque encore plus durement aux femmes, qui ont déjà̀ en moyenne des pensions de 20 % inférieures aux hommes.

La deuxième décision, aujourd’hui, 15 millions de retraités sur les 16 millions que compte le pays, bénéficient d’au moins un dispositif de solidarité́(prise en compte du nombre d’enfants, veuvage, ajustement pour les très petits salaires et périodes de chômage…).

 

La retraite “par points”, c’est la fin du système de retraites solidaire : tous les aléas de la vie professionnelle ou familiale auront un impact négatif sur la retraite, sans être atténués par la solidarité́ nationale. Par exemple, alors qu’aujourd’hui les périodes de maladie, d’invalidité́, de chômage, sont quand même comptées dans le calcul (« retenues mais non cotisées »), si la réforme est adoptée, des jours dits “de carence” seront perdus pour les salarié.es. Cette période de carence sera de 30 jours pour un arrêt maladie. Si vous n’êtes pas en bonne santé, c’est la ́ double peine !

Le régime soi-disant « universel » par points, c’est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires existants, qui prennent en compte toutes les spécificités professionnelles et réparent les inégalités ou les contraintes particulières des différents métiers. Par exemple, la situation des salariés très exposés aux risques chimiques, aux accidents du travail, les salariés qui travaillent la nuit ou aux horaires dits postés (matin, soir, nuit) ont des espérances de vie réduites. Avec le projet Macron, c’est la suppression des dispositifs de départ anticipés liés à la pénibilité́ pour de nombreux travailleurs.

 

Enfin, dernière conséquence importante de cette réforme : la soumission de la valeur du point aux aléas de la conjoncture politique, économique et démographique. C’est le gouvernement qui, seul, pourra fixer cette valeur, selon ses objectifs budgétaires ou politiques.”

 

 

 

 

 

 





Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer