Autres journaux :



mercredi 15 janvier 2020 à 06:53

Montceau : Gilets Jaunes du Magny

Assemblée Générale du 14 janvier : Le "clash" avec la CGT





Ce mardi soir nous nous sommes rendus à l’assemblée générale des Gilets Jaunes, un évènement qui a lieu tous les mardis à la salle des fêtes du Magny. Nous écrivions hier que les Gilets Jaunes avaient quitté l’assemblée générale intersyndicale. Cette sortie était due, selon eux, au fait qu’ils ne seraient pas « écoutés », que les syndicats ne leur laissent pas le temps de « proposer de nouvelles actions ».

 

La réunion se déroule en plusieurs temps, tout d’abord, les rendez-vous important à venir (pour plus d’informations nous vous invitons sur les réseaux sociaux du mouvement).

 

Ensuite, il est question de pouvoir discuter des « incidents d’hier ». Ainsi, il s’agit de faire un tour de table afin de récolter des avis concernant la future marche à suivre.

 

Les interventions sont nombreuses. Il serait difficile de toutes les consigner. En substance, la majorité d’entres elles se situent sur l’opposition entre le mouvement des Gilets Jaunes et les syndicats, en particulier la CGT.

 

Il apparait que le sentiment de mise à l’écart est très prégnant chez les Gilets Jaunes. Pour certains, cette mise à l’écart serait due au fait que : « les syndicats sont en train de mourir », « nous essayons de faire un nouveau monde et eux c’est l’ancien modèle ». En somme, selon les Gilets Jaunes qui prennent la parole, la convergence des luttes semble très difficile car, les syndicats, en particulier la CGT, représenterait une forme d’action « dépassée ». Ces éléments se cristalliseraient en partie autour des pratiques lors des manifestations. La méthode du défilé est loin de faire l’unanimité. Le collectif estime ainsi être plus « créatif » dans les formes de mobilisations, et cette créativité pousserait la CGT à voir les Gilets Jaunes comme une « menace ».

 

Une personne s’exprime néanmoins en regrettant les récents événements. Pour elle, chacun des « deux camps » reste fixé sur ses positions. Il serait nécessaire, toujours selon l’intéressée, de « faire ensemble » même si on ne parle pas « d’alliance ». Elle estime ainsi qu’actuellement, « c’est Macron » le vainqueur.

 

Précisons que toutes les interventions parlent de déception : « Je suis déçu », « Hier je suis sorti les larmes aux yeux ». Pour autant ces déceptions sont souvent complétées par : « Mais ça ne me surprend pas », « Je ne suis pas étonné ».

 

Les débats continuent et la parole circule. En fin de réunion la décision est prise de ne pas appeler à manifester jeudi prochain ; chacun est libre de participer ou non.

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Montceau : Gilets Jaunes du Magny”

  1. boris dit :

    Les”gilets jaunes” c le syndicat des non syndiqués. Y’ a plein de gens comme ça dans les entreprises, ils veulent tout changer, être défendu, mais pas payer de timbre syndical. Faut être réaliste, c pas une cinquantaine de dodos qui va faire plier le gouvernement, faut obligatoirement passer par les syndicats.

  2. Frgsd27 dit :

    Bonjour,

    Si la CGT avait les mêmes méthodes que les Gj , les Gj n’existeraient pas ! et la CGT n’existerait plus car on ne lui aurait pas permis !

    “calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose…”
    qui tire les ficelles ? diviser pour mieux régner !

    Cordialement

  3. copernic dit :

    Les GJ disent avoir appris de leurs erreurs. Apparemment, ce n’est pas le cas. Lorsque je vois la conclusion de cette AG, je m’aperçois que finalement, ce ne sont pas les décisions du gouvernement qui les ennuient le plus, mais le fait qu’ils ne sont pas maîtres du mouvement. Il ne faut pas confondre mise à l’écart, avec la volonté systématique d’être mis en avant.
    Les GJ veulent exister plus que les autres, ils ont l’impression d’avoir conquis la monde, mais ils ont encore beaucoup à apprendre et en particulier que, si dans les luttes il y a des gens très différents, tous, néanmoins, marchent ensemble pour un seul et même objectif et peu importe qui prend la parole, qui propose, pourvu que le but soit atteint. Si il y a des divergences, on en parle et on trouve un consensus, ce qui a d’ailleurs été le cas à maintes reprises, ce serait bien de le reconnaître. Et surtout, ce n’est pas a un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces, et ça, il leur faudra bien l’entendre un jour.