Autres journaux :



mercredi 15 janvier 2020 à 07:18

Fight club 71

Sport de combats: Mélanie Dionnet, du ring à l'officine.



 



 

On ne présente plus la jeune montcellienne, d’une vingtaine d’année, sociétaire du Fight club 71 depuis 15 saisons et récemment du Boxing Club Pouilloux depuis 5 saisons.

Depuis quelques années, votre fidèle site d’infos “Montceaunews” n’a cessé de vous présenter son ascension au sein du monde des sports de combats. Elle s’est confiée à nous pour évoquer son présent, ses études et bien sûr son avenir.

 

A première vue, rien ne différencie cette jeune étudiante, qui vient de brillament réussir sa première année de médecine à la faculté de Dijon. Aujourd’hui, elle se tourne vers des études pharmaceutiqus, études que tout le monde sait très chronophage. Pourtant, Mélanie avoue qu’une autre de ses passions est tout aussi accaparante, les sports de combats.

 

Rien qu’à l’évoquation de ce mot, ces yeux brillent. Licenciée au Fight club 71 pour le full contact, au Boxing Club Pouilloux pour la boxe Anglaise, au SUAPS (sport universitaire) pour la boxe française et le kickboxing, elle est aussi souvent sur un banc de la fac que sur un ring. Elle enchaîne les entraitements et les week-ends de compétition. Elle représentera d’ailleurs, le Fight club, le 19 janvier à Chevigny-saint-Sauveur, où accompagnée d’une vingtaine de compétiteurs du club, ils participeront au championnat de Bourgogne de light et full contact.

 

Quand nous lui demandons comment elle arrive à gérer ces quatres disciplnes en plus des études, elle nous répond que c’est inné, qu’en début de médecine, elle pensait raccrocher les gants mais que l’appel du ring avait été plus fort.

 

Elle précise néanmoins qu’elle est obligée maintenant de faire des choix. Depuis 2 ans, elle est parfois attendue sur 2 compétitions et là, le plus dur est de prendre la bonne décision. Le 1er février, elle nous rappelle qu’elle était engagée en championnat de France universitaire de kick-boxing et dans les championnats de France de Boxe anglaise, hasard des calendriers fédéraux.

 

“J’ai attendu le dernier moment pour dire à mes entraineurs sur quel championnat je m’engageai, les deux étaient importants, mais lorsque l’on m’a annoncé mon adversaire au championnats de France en anglaise, le défi était trop intéressant pour y renoncer” nous explique la jeune montcellienne.

 

En effet, elle qui a tout juste les 10 combats amateurs, lui ouvrant le droit de participer à ces championnats, le tirage au sort lui réserve du lourd, voire très lourd. D’entrée, elle boxera la havraise Amina Zidani, quadruple championne de France en titre, vice championne du Monde Universitaire, 63 combats, 41 victoires. 6 ans de plus que Mélanie, Amina annonce d’ailleurs sur sa page Facebook que son objectif est la sélection française au JO 2020, objectif tout à fait réaliste d’après les connaisseurs.

 

Quand on demande justement à Mélanie comment elle voit son avenir, elle ne met pas longtemps à répondre:

 

“Objectif principal, validée ma deuxième année de pharma mais aussi faire mon premier combat en 5 rounds, sans casque, à la “Fighting Night”, le 25/04 à Sanvignes ensuite, je continuerai mes études et niveau sport, je ferais tout pour devenir boxeuse professionnelle en anglaise”

 

Un parcours qui ressemble beaucoup à une certaine Magali Odde, ancienne compétitrice montcellienne et actuelle secrétaire du Fight club. Toutes ressemblances ne semblent pas si fortuites que ça.

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer