Autres journaux :



lundi 3 février 2020 à 05:58

Montceau : Union locale CGT

Réforme des retraites, étude d’impact... Incompétence avérée ou mensonge d’État ?





Communiqué :

“Le gouvernement a fourni son étude d’impact (plus de 1 000 pages) de la réforme des retraites. On ne peut que s’interroger quant à son contenu.
Les chiffres et les projections faites dans ce document, pour la plupart, confirment une régression sociale d’ampleur.

Pour une partie de l’étude, se pose la question de la compétence de ceux qui l’ont instruite – à moins que ce soit delib́éŕement une nouvelle ́ étape d’intox et de
mensonge du gouvernement.

Pour exemple :

• L’âge pivot de 64 ans a bien disparu, mais apparaît dans la loi et l’étude « l’âge d’équilibre » à 65 ans et qui pourra augmenter au fil des générations futures.

• L’étude offre également des projections sur le Smic. Celui-ci augmenterait de 53,3 % entre 2025 et 2040. Formidable, sachant qu’il n’a augmenté́ que de 26,4 % entre 2005 et 2020 (belle promesse ou mensonge, comme l’augmentation des salaires des enseignants ?) … Le gouvernement, qui n’a jamais concédé́un coup de pouce au Smic, aurait-il changéd’avis ?

• Montant de la décote : 5 % disent-ils, mais avec leur mode de calcul, un salarié né après 1975, au salaire moyen, percevra 8,5 % de moins s’il part à 64 ans que s’il était parti à65. C’est 18,8 % s’il part deux ans avant, 30 % trois ans avant et c’est encore pire pour la génération 2003… Vive l’âge d’équilibre !

• Dispositif longue carrière : « On ne touche àrien » a promis le gouvernement, si ce n’est de ramener l’âge de départ à 62 ans avec une décote de 5 % par
année de départ avant l’âge d’équilibre – la décote s’appliquant àvie bien sur, ̂ ne faisons pas les choses àmoitie. ́

• Le gouvernement impose que la part de PIB consacrée aux retraites n’aille pas au-delà̀ de 14 %. Admettons, si ce n’est qu’elle est ramenée à 12,9 %
avec leur formule de calcul – donc une baisse. Sachant que le nombre de retraités augmente, pas besoin d’avoir fait math sup pour en déduire qu’il y aura forcément une baisse des pensions.

Vous avez dit réforme juste, solidaire et équitable ? « Mon œil ! »

Le Conseil d’État n’a pas seulement rendu un avis sévère sur le projet gouvernemental de destruction du système de retraite solidaire, il a mis en cause sa
constitutionnalité. C’est un appel aux parlementaires à abandonner ce texte.

Pour notre part : « On ne lâche rien ! »

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer