Autres journaux :



jeudi 30 juillet 2020 à 15:31

Montceau-les-Mines : Eolane

Appel à la grève La parole aux salariés  



 

 



 

Suite à la visite du PDG jeudi 23 juillet,  et à un avenir qui s’assombrit pour les salariés d’ Eolane-Montceau, un appel à la grève a été lancé avec un rassemblement devant l’établissement pour ce jeudi 30 juillet à partir de 9h30.

Ce fut l’occasion pour une cinquantaine de salariés (certains sont déjà en vacances) de manifester leurs inquiétudes et leur colère après 3 années difficiles passées avec dignité et professionnalisme pour la sauvegarde de leurs emplois.

 

Une journée d’action qui se situe deux jours avant la fermeture du site pour trois semaines de vacances.

 

« L’objectif est d’empêcher les livraisons, pas de perdre une journée de salaire.
Pour cela, le portail sera fermé et une assemblée minimum gardera l’entrée. »

Une salariée a lu la lettre rédigée par les salariés et donnée au PDG lors de la dernière rencontre le 23 juillet. Par cette lecture, ils souhaitent rendre publique leur détresse et leur souffrance. Une lettre dans laquelle les salariés demandent des garanties sur les divers scénarios possibles.

 

 

Dans sa réponse du 29 juillet, le PDG, Henri Juin, indique que dans l’hypothèse où la solution du repreneur n’aboutirait pas, il sera amené à entamer fin septembre une procédure judiciaire devant le tribunal de commerce compétent. Il ajoute « Dans tous les cas, il est plus que probable que des licenciements vont avoir lieu pour tout ou partie du  personnel.  Le groupe Eolane renouvelle son intention d’assurer un appui et un soutien financier aux conditions de licenciements qui devraient alors être négociées afin d’assurer pour les salariés concernés, des conditions de sorties comparables à celles qui avaient été négociées lors des PSE intervenus dans le groupe au cours de ces trois dernières années. »

 

Alain Schleich, élu du CSE,  se rendra à Mâcon pour une rencontre avec la DIRECCTE à 16h 00 ce jour. D’autre part, il a adressé des courriers à la CCM, à la mairie de Montceau.

 

Les salariés demandent la tenue d’un CSE exceptionnel afin d’acter deux points :

d’une part, la décision d’assigner  en référé la société Eolane Montceau en vue de communication sous astreinte des informations manquantes que la société refuse de transmettre à l’expert-comptable dans le cadre de la consultation économique et financière et d’autre part, mandater les membres du CSE en vue de la citation directe  d’Henri Juin, président du CSE d’Eolane Montceau, devant le tribunal correctionnel pour délit d’entrave au fonctionnement du CSE.

 

 

Les délégués du personnel vont demander à la DIRECCTE de jouer de son autorité pour avancer cette date au plus vite que la direction a validée le 24 août.

 

Par cette journée d’action, les salariés souhaitent être entendus et respectés.

J.L Pradines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Montceau-les-Mines : Eolane”

  1. sillabruno dit :

    Les valeurs de la République ne peuvent plus s’arrêter aux portes de l’entreprise. Celles et ceux qui, par leur travail, créent les richesses doivent pouvoir se réapproprier les richesses confisquées par les actionnaires et prendre en main leur avenir. En mettant en commun leur intelligence collective, elles et ils doivent être les actrices et les acteurs de la transformation sociale. L’entreprise ne peut plus être le dernier bastion de la monarchie patronale et des actionnaires qui décident seuls de l’avenir de salarié-e-s et de territoires, sans avoir à l’esprit autre chose que le montant des dividendes et la valeur de l’action cotée en Bourse. Il est grand temps de donner un nouveau statut juridique à l’entreprise afin de donner plus de pouvoir aux travailleuses et aux travailleurs.

    Les valeurs de la République ne peuvent plus s’arrêter aux portes de l’entreprise. Celles et ceux qui, par leur travail, créent les richesses doivent pouvoir se réapproprier les richesses confisquées par les actionnaires et prendre en main leur avenir. En mettant en commun leur intelligence collective, elles et ils doivent être les actrices et les acteurs de la transformation sociale. L’entreprise ne peut plus être le dernier bastion de la monarchie patronale et des actionnaires qui décident seuls de l’avenir de salarié-e-s et de territoires, sans avoir à l’esprit autre chose que le montant des dividendes et la valeur de l’action cotée en Bourse. Il est grand temps de donner un nouveau statut juridique à l’entreprise afin de donner plus de pouvoir aux travailleuses et aux travailleurs.
    Toutes et tous solidaires!
    Bruno Silla