Autres journaux :



jeudi 23 septembre 2021 à 10:46

Témoignages

Immobilier : un métier d’avenir après le confinement





La Covid 19 a fait des dégâts humains certes, mais aussi des dégâts financiers pour les salariés, les patrons, les commerçants… Enfin, pas tous !  Car s’il est un domaine qui tire superbement son épingle du jeu, c’est l’immobilier.

Parcours du combattant pour acheter

Et celui ou celle qui cherche une maison à acheter sur le coin peut s’accrocher. L’un de nos lecteurs en a fait les frais : « Un vrai parcours du combattant, si vous n’avez pas un budget très conséquent, qui vous permet d’acheter tout et n’importe quoi au prix demandé, sans négociation » soupire-t-il.

Ainsi, un certain site de petites annonces très connu publie moult offres immobilières. Les agences ne se déplacent plus, elles publient les biens sur ce site et plus qu’à attendre le client.

Mais pour que l’agent daigne vous faire visiter la maison en question, il faut montrer patte blanche. Ainsi, notre lecteur ayant fait part de son souhait d’acquérir un bien sur l’une des communes du bassin minier, s’est tout de suite vu proposer une maison à un prix très élevé.

« Ce bien était le double de mon budget et je l’ai annoncé à l’agent immobilier » dira-t-il. Et bingo ! D’un seul coup, vous ne l’intéressez plus. Mais en plus, il ne vous propose pas de vous recontacter si par hasard, un bien pouvait me convenir. « Je n’ai rien qui vous convienne, désolé » fut sa seule réponse.

Et malgré un nombre de maisons en vente impressionnant sur le bassin minier, ils ne proposent même pas le patrimoine minier (trop peu cher pour faire de bonnes ventes et donc de bonnes commissions) dont nous reparlerons dans une prochaine édition. Pas triste là non plus !

Un autre agent, à la demande de notre lecteur de visiter une maison, lui demande de quel budget il dispose, s’il a pris contact avec son banquier ou s’il achète comptant, et surtout s’il achète seul ! Juste histoire de ne pas se déplacer pour rien !

Et enfin, notre lecteur, tout heureux d’avoir repéré trois maisons qui lui conviennent, prend rendez-vous pour visiter les trois biens. Mardi matin, mardi après-midi et mercredi matin. Las ! Le samedi précédent, au matin, message de l’agence : « La visite de la maison sur telle commune est annulée ! La maison est vendue ! ». Grrrr !

Samedi après-midi, nouveau message de la même agence : « Visite sur telle commune annulée. Maison vendue ! ». Re-Grrrr !!!

Mardi matin autre agence : « Visite annulée. Maison vendue ! » Re Re Grrrr !

Notre lecteur décide de rappeler ces agents immobiliers pour leur faire part de sa colère et voici la réponse obtenue : « Nous avons l’obligation quand nous avons une offre au prix et comptant, de supprimer l’annonce et de stopper les visites ! ».

Très bien ! Mais tous ces pauvres péquenots qui fondaient des espoirs sur ces biens, ils deviennent quoi ? On ne leur laisse même pas la chance de visiter et de faire une offre éventuelle. Ben, on s’en fout royalement. Pas plus compliqué que ça !

« Il faut être le plus rapide » lui a même dit l’un des agents. Ben vi…

Mais comme le dit notre lecteur : « Je regarde tous les jours, après mon travail. Je ne suis pas 24h sur 24 les yeux vissés sur le site en question. Et puis, quand l’agence sait que la personne recherche telle sorte de bien, n’est-il pas de son devoir de chercher pour elle le bien en question ?

En tous cas, dans l’émission de Stéphane Plazza, c’est ce qu’il se passe !

 

Même punition pour louer

Autre témoignage : une personne qui désespère de trouver un pavillon à louer. Et ce, depuis…six ans ! Les bailleurs sociaux refusent de lui louer ce genre de maison, car elle vit seule. « En se retranchant derrière je ne sais quelle loi. Enfin, quand ça les arrange ! » dit notre lectrice.

Ainsi, une personne seule (c’est un choix) en payant son loyer chez un bailleur social, n’a droit qu’à un F1 ou F2. Un logement avec une seule chambre. Et si on a des enfants qui viennent passer quelques jours à la maison, on les envoie à l’hôtel ????

Alors un pavillon, vous pensez bien que c’est du rêve pur ! Et si on se tourne, en désespoir de cause vers des particuliers qui louent leur bien, là aussi c’est du grand n’importe quoi !

Récit : un pavillon de plain-pied est annoncé à la location pour la modeste somme de 700 euros mensuels. Là aussi, il faut montrer patte blanche comme dans la fable « Le Loup, la chèvre et le chevreau ». Décidément…

Ainsi, le propriétaire envoie une fiche de renseignements « A compléter en vue de l’établissement éventuel d’un bail » Et excusez du peu : nom, prénom, date et lieu de naissance, adresse actuelle, profession, CDI, nom et adresse de l’employeur, revenus mensuels, situation de famille, nombre d’enfants à charge, animaux : combien ? chiens ? chats ? Nom et adresse du bailleur, loyer actuel, combien d’années dans ce logement etc, etc…

Ce qui revient à dire que si vous êtes seule à louer, ça ne passe pas (« notre assurance exige deux CDI » disent les propriétaires) donc il faut absolument trouver quelqu’un, s’installer en couple si vous voulez que votre dossier soit « examiné ». Les revenus doivent être à hauteur de trois fois le loyer, si vous avez trop d’enfants, c’est rédhibitoire et si vous avez un animal de compagnie c’est carrément niet !

Et pas manqué : « Votre dossier n’a pas été retenu » car il faut deux CDI. Moi je veux bien demander à mon patron qu’il m’en établisse un second ! Pas sûr qu’il voudra, hein !  

Un autre témoignage vient étayer le précédent : « Moi, dit un autre candidat potentiel pour un pavillon, je suis carrément tombé sur une propriétaire qui, devant mon étonnement face au tarif demandé, m’a dit texto : « Ben il faut que ça rembourse mon crédit et que j’aie un peu de bénéfice par-dessus ! ». Mais bien sûr, qu’un locataire va payer le crédit de la maison et lui donner une petite étrenne en plus ! Vache à lait, mais pas à ce point quand même !

Et voilà trois parcours du combattant, juste pour se loger décemment. Pauvre France ! On ne sait pas où on va, mais on y va ! Un monde de profit, où le fric règne en maître.

Et dire que c’est à cause de la pandémie ! Comme l’a spécifié le fameux agent immobilier « que voulez-vous, depuis le confinement, nos ventes explosent et nous n’avons pas assez de biens à vendre pour faire face à la demande ! » Tant mieux pour eux…et pourvu que ça dure !

Vous cherchez un bien ? Fastoche ! Allez visiter les agences immobilières, mais avant d’entrer, inutile de regarder les offres affichées : il n’y a que les affiches avec la mention « Vendu par notre agence ». On est bien avancé de savoir que ces biens sont vendus ! Nous, ce qu’on veut, c’est des affiches présentant des biens disponibles…De préférence !

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Témoignages”

  1. isa25 dit :

    On trouve mais il ne faut pas passer par les agences
    De particulier à particulier ca fonctionne très bien, et il ya moins de frais