Autres journaux :



jeudi 12 mai 2022 à 19:09

Montceau-les-Mines : la centrale photovoltaïque de Lucy

Elle sera opérationnelle en août 2022



 



Lors de la visite de chantier d’ENGIE Green sur la construction de la centrale solaire photovoltaïque de Lucy à Montceau, ce jeudi matin, la maire Marie-Claude Jarrot a confié qu’avec ses élus de la majorité, elle entendait bien atteindre l’auto-suffisance énergétique en matière de production d’énergie renouvelable.

« Nous avons la place, le site du lavoir des Chavannes et le lac du parc Saint-Louis, deux prochains chantiers en prévision pour atteindre cet objectif. Deux espaces où l’on produira de l’énergie propre et qui en plus, participent à la résorption de nos friches industrielles. Elle lance la balle dans le camp d’Engie Green : faites-nous des propositions ! »

Pour le président de la CCM, David Marti, la centrale de Lucy sera la 3ème unité sur le territoire de la CCM, après Saint-Eusèbe et Sanvignes. Il rappelle que la CCM se veut offensive dans le domaine de la transition écologique avec la volonté de s’investir pleinement dans le plan climat résolument tourné vers le zéro carbone.
De plus, le président Macron a annoncé la nomination d’un 1er ministre en charge de la planification écologique. « Il sera demandé, par l’intermédiaire des préfets, aux territoires d’être acteur. Nous devons faire la démonstration que nous sommes pleinement investis dans cette démarche avant qu’on nous l’impose. Soyons volontaires et décideurs ! »

Sur un terrain de 20hectares, dont 4,5 ha propriété de la ville de Montceau, le reste à la CCM, à proximité de la centrale thermique de Lucy et les terrains d’une friche minière, la centrale photovoltaïque comptera 30 429 panneaux pour une puissance de 13,7MW soit la consommation estimée de 7 000 habitants.
La mise en service devrait intervenir en août 2022 et aura pour effet à terme une économie de 3 700 tonnes de CO2.
Le montant de l’investissement est de 10 millions d’euros portés par Engie Green.
Une campagne de financement participatif a permis de récolter 250 000€ pour 104 éco-investisseurs.
Les retombées financières sont estimées à 93 000€ par an à se répartir entre les différentes collectivités.

J.L Pradines

Parc photovoltaïque de Lucy à Montceau
Installation des premiers modules solaires

Débuté à l’automne 2021, le chantier de construction du parc solaire photovoltaïque de Montceau a franchi une nouvelle étape en avril avec le montage des premiers modules. Une visite du chantier était organisée à cette occasion avec Marie-Claude Jarrot, Maire de Montceau, et David Marti, Président de la Communauté Urbaine Le Creusot Montceau. Un projet emblématique pour le territoire La centrale solaire de Lucy jouxte une ancienne centrale thermique fermée en 2014, et valorise le terrain d’une friche minière de charbon dont l’exploitation s’est arrêtée en l’an 2000. Implantée au nord et sud du lac minier Barrat-Lucy, la centrale solaire couvre une surface totale de 20 hectares, répartie sur quatre zones (trois sont propriétés de la communauté urbaine et une est propriété de la ville de Montceau). Elle est un symbole de la transition écologique du territoire. 30 429 panneaux photovoltaïques sont en cours de montage, ils représenteront une puissance installée de 13,7 MWc. La production d’électricité attendue correspond à la consommation électrique résidentielle annuelle de 7 000 personnes. Les émissions de CO2eq marginales évitées grâce à l’installation sont estimées à 3700 tonnes par an1 . Conçu dans une démarche de concertation, le projet de parc solaire a associé l’ensemble des acteurs du territoire. Au terme de l’enquête publique, du 4 novembre au 6 décembre 2019, un permis de construire a été délivré par le préfet de Saône-et-Loire le 15 janvier 2020. Le projet a été désigné, le 15 avril 2020, lauréat de l’appel d’offres de la Commission de Régulation de l’Energie. Après la signature des baux le 30 août 2021, les travaux ont pu débuter en septembre 2021 pour une mise en service prévisionnelle de la centrale en août 2022 suite à son raccordement au réseau public d’électricité. Il s’agit de la troisième centrale photovoltaïque installée au sol sur la communauté urbaine, et également la plus importante en terme de puissance. Outre la production d’énergie électrique, l’installation de la centrale permet de valoriser le patrimoine foncier de la communauté urbaine et de la ville en redonnant vie à des terrains inutilisés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Montceau-les-Mines : la centrale photovoltaïque de Lucy”

  1. eric dit :

    Super, le lavoir des Chavannes pourra avoir de l’électricité pour assurer ses manifestations
    EV

  2. davsly dit :

    Bonjour

    utiliser les friches industrielles et les surfaces laissées a l’abandon pour installer des panneaux solaires est une très bonne initiative. pour l autonomie énergétique et une production d’Energie plus écologique.

    Mais par pitié ne mettrez pas de panneaux flottants sur le lac Saint Louis. là vous allez dénaturer la qualité et la beauté de ce parc. réfléchissez bien pour ça SVP..

    Cordialement

  3. Mickaellito dit :

    Ces panneaux ne sont évidemment actifs que pendant la journée et sont sensibles aux variations de l’intensité solaire. Cette discontinuité de la production, tout comme pour l’énergie éolienne, implique d’inscrire l’énergie photovoltaïque dans un mixe énergétique global et donc nous avons un besoin urgent de nouvelles centrale nucléaires, n’en déplaise à certains, oubliez le gaz et le pétrole.
    Techniquement, il est possible d’améliorer les performances des panneaux photovoltaïques en les installant sur des dispositifs spéciaux qui vont suivre la course du soleil. Ces structures, appelées tracker en anglais ou héliotrope en français, peuvent suivre les évolutions du soleil dans son cheminement quotidien (il se lève à l’Est et se couche à l’Ouest) et/ou dans son cheminement saisonnier (le soleil est plus bas sur l’horizon en hiver qu’en été). Grâce aux systèmes héliotropes, la production est améliorée de 15 à 25% par rapport à des structures fixes.