Autres journaux



mardi 2 avril 2024 à 18:33

Conseil municipal de Montceau-les-Mines

Propos liminaires de Madame le Maire



 

 

« Voter un budget primitif, c’est trouver le carrefour des ambitions d’une ville, de ses élus et de ses habitants. Ou comment faire rimer commune avec attractivité, responsabilité et dépenses maitrisées ou encore quand raison rime avec transition.

L’élaboration de ce budget primitif pour 2024 a été rendue difficile, pour la deuxième année consécutive, par un contexte inflationniste inédit avec des conflits et des bouleversements géopolitiques à l’origine de hausses importantes des prix de l’énergie et des matières premières difficilement prévisibles.

Mais l’élaboration du budget primitif a aussi été rendue possible par le travail sérieux des ressources humaines sous l’autorité, l’audace et la vigilance du DGS et du Directeur financier que je remercie pour la qualité de leur implication au quotidien. Parce que nous savons tous que si le dernier arbitrage n’existait pas, une quantité de projets ne verraient jamais le jour.

Dans un contexte global, je le disais, aux fortes conséquences locales, les choix budgétaires de notre Ville pour ses habitants, sont autant de défis à relever à travers des orientations et des chiffres que nous vous présentons ce soir pour protéger Montceau de cet appel facile, de quelques-uns dans les oppositions, à l’immobilisme, de cette tentation du déclin ou du « c’était mieux avant » qui a pour intérêt majeur de ne pas prendre de risques. Sauf celui d’abandonner sa ville et de ne jamais lui souhaiter le meilleur.

“Qui se nourrit seulement d’attente risque de mourir de faim.” Retenez bien cela.

Nous nourrissons, nous, nos ambitions pour la Ville avec des investissements portés à hauteur des besoins d’amélioration de rénovation et de transition.

Une transition écologique, sociétale et démocratique du territoire, ainsi engagée, qui nécessite de déployer les moyens justes et faire de chaque euro dépensé un euro utile.

Une transformation, une transition écologique, sociétale et démocratique du territoire, qui nécessite de mobiliser l’ensemble des leviers à notre disposition en respectant bien sûr nos engagements.

C’est le cas avec ce budget que nous vous présentons et qui décline avec efficacité les grandes lignes de notre ROB.

Le premier budget en M57 qui induit quelques changements dans les imputations, les intitulés et les pratiques avec cette incidence sur des charges de personnel qui s’élèvent à 1,7ME, soit une baisse significative mais combinée à une subvention en direction CCAS passant de 300 000E à 2ME.

Ce sont donc 43,2 ME qui sont soumis à votre vote pour ce BP 2024 avec une section d’investissement qui monte en puissance, un emprunt d‘équilibre inférieur à celui de l’an dernier, soit 3,84 ME dont 1 M équivalant à la dernière tranche de l’emprunt intracting souscrit à taux zéro en 2021.

Pour ce BP, nous soulignons un excédent de fonctionnement de 1,6 ME viré à la section investissement. C’est l’un des meilleurs réalisés.

Avec une revalorisation forfaitaire des bases fiscales décidée par l’Etat qui s’élève à 3,9% contre 7,1 % l’an dernier en fonction de l’inflation.

Avec, comme particularité comptable cette année, un déficit de la section d’investissement qui s’explique par la M57 et la réintégration au 1er janvier 2024 des résultats des 3 budgets annexes : Maison de Santé Pluridisciplinaire, Embarcadère et location de salles dont les deux premiers sont déficitaires et qui obèrent notre section d’investissement de 930 000 euros.

Soit pour 2024 un déficit de 674 000, pour autant largement couvert par toutes nos autres recettes d’investissement, dont l’autofinancement…

Dans le cadre du budget, pour ce qui est du fonctionnement, notre excédent de 640 000 euros généré en 2023 qui s’ajoute au 1,5M des années passées nous permet d’obtenir 2 226 000 euros d’excédent.

Ce qui signifie que, chaque année, au prix d’efforts colossaux, Montceau travaille à sa santé financière tout en restant fidèle à cette promesse que peu de majorités tiennent depuis 10 ans de ne pas augmenter les impôts.

Les efforts ce sont ceux, partagés, notamment en direction de nos dépenses énergétiques avec pour le chauffage urbain des prix en baisse grâce à la biomasse et l’extension du réseau, avec pour le gaz, un prix très compétitif fixé sur 3 ans grâce à notre veille sur les marchés, avec pour ce que nous ne maitrisons pas, des tarifs d’électricité négociés par le Sydesl pour 2024 en légère baisse mais toujours supérieurs à 2022 ou encore une augmentation des tarifs de l’eau décidés par la CUCM.

 

Dans notre BP, pour ce qui concerne l’investissement, le PPI passe de 41 M à 48 M, la plupart des programmes n’ayant pas évolué à la seule réserve de la réévaluation de certaines sommes en fonction des marchés qui ne sont pas attribués, des coûts des travaux qui augmentent, ou de nouveaux projets qui sont intégrés, principalement en direction des écoles et des centres de loisirs soit les programmes N° 6 et 7 et les lignes 57 à 61.

Toujours avec un taux de subvention à hauteur de 49% sur l’ensemble du PPI.

Et, même si nous pouvons regretter que certaines dépenses, certains chantiers, je pense notamment aux cimetières ou à l’informatique, ne sont pas subventionnables, nous devons nous réjouir que d’autres, je pense à Jean Bouveri, le soient à hauteur de 75%.

Comme chaque année nous allons revoir nos APCP sur les trois gros programmes que sont l’éclairage public, l’école du BDV et Jean Bouveri en actualisant simplement les AP.

Et, puisque j’évoque Jean Bouveri, je suis heureuse de pouvoir à ce jour rester TRES confiante sur l’arrivée d’équipes internationales pour la gym tout comme, et là c’est officiel et annoncé par le Président Philippe Charles, l’équipe olympique de natation artistique du Canada qui posera ses valises à Montceau du 24 au 30 avril prochains pour préparer une manche de la Coupe du Monde à Paris puis, pour Paris 2024, du 18 ou 19 juillet jusqu’au 25 ou 26 juillet.

 

Il s’agit là d’un travail de collaboration entre le MON, la Fédération française et la Ville qui valait bien des investissements.

 

Voilà, Mesdames et Messieurs, ce vers quoi je l’espère vos votes se tourneront notamment pour s’inspirer de Jacques Prévert quand il écrit « Il faudrait essayer d’être heureux ne serait-ce que pour donner l’exemple aux autres ».

Donnons l’exemple et soyons heureux de bâtir ensemble, en 2024, une ville solidaire, dynamique et ambitieuse.

Une ville qui bouge, une ville qui se transforme. Une ville qui essaie d’embrasser son époque, ses contraintes et ses difficultés. Une ville dont ces premiers jours d’avril vont voir la réalisation de la seconde phase des travaux d’aménagement de l’itinéraire cyclable EuroVelo 6 qui s’échelonneront sur trois mois par phases successives et par secteurs afin de limiter la gêne pour les riverains et les usagers du centre-ville.

 

Toutefois, il reste tant à faire.

Notamment sur deux sujets qui avaient été évoqués à l’occasion de la dernière CSPPL pour laquelle nous n’avions d’ailleurs pas pu débattre des sujets relatifs à l’eau et l’assainissement en raison de l’absence de représentants de la CUCM.

Je pense au sujet relatif au non-classement de la commune de Montceau les Mines, en zone tendue prévue par le code de la construction et de l’habitation qui détermine un zonage en fonction du déséquilibre entre l’offre et de la demande de logements.

Il est cependant important de souligner, et j’ai appelé l’attention du ministre de l’Économie à ce sujet, qu’une commune située en zone dite non tendue, malgré l’insalubrité de son parc immobilier, le non-entretien de ses logements et l’inadéquation entre les besoins et l’offre, comme c’est le cas à Montceau, ne saurait pouvoir se passer des avantages d’une zone dite tendue. Nous espérons que la nouvelle loi récemment votée nous permettra d’intégrer une zone intermédiaire.

Certes, ceci explique aussi de notre part le recours à une SEM locale foncière, permettant d’apporter des capitaux, de redynamiser, d’augmenter l’attractivité du territoire, de lutter contre la vacance de tous types d’espaces, de résorber les friches, de repenser les formes de mobilité, d’attirer des opérateurs, sociaux ou non, à travers une stratégie globale de MAITRISE de notre foncier, mais quand même..

Parce qu’une ville comme Montceau les Mines n’est pas à la recherche de « toujours plus de logements » mais de « mieux de logements ».

Second sujet, je pense aussi au courrier que j’ai adressé au Directeur de l’ARS pour que Montceau puisse également repasser en zone tendue au niveau de l’installation des médecins, parce que 10 à 15% des Montcelliens n’ont pas de médecins généralistes malgré Esculape et malgré la Maison de santé départementale. Et cela ne peut durer.

 

Voilà, Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, les points sur lesquels je souhaitais revenir, en transparence, en objectivité, en lucidité et en fierté, au moment d’aborder ce conseil municipal et le vote de ce BP.

Je veux cependant avoir une pensée à la mémoire du petit Emile.

Je veux aussi avoir une pensée optimiste et combattive pour Louis Arnaud dont le sort a encore été évoqué cet après-midi à l’Assemblée nationale, nous en sommes convenus ensemble, à l’occasion d’une question au gouvernement du député Margueritte.

Enfin je veux avoir une pensée pour la famille de Robert Robertet avec lequel nous sommes en lien permanent depuis sa disparition en date du 12 février notamment pour évoquer une décision de dragage. « 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Conseil municipal de Montceau-les-Mines”

  1. al71 dit :

    On peu lire baisse du budget de fonctionnement. En réalité c est juste l externalisation à outrance du service publique au privé. Ex. Au lieu que ce soit des agents de la ville qui entretiennent les locaux ( budget fonctionnement )c est une entreprise privée ( budget investissement) . C est juste un jeu de ligne et c est pour cela que l on vois l investissement gonflé.