Autres journaux :



jeudi 19 septembre 2019 à 08:51

Coordination CGT Michelin (Social)

Michelin veut des marges et des profits à tous prix !





Le communiqué de cette coordination :

 

 

“Par une communication savamment étudiée et préparée depuis plusieurs mois, la direction vient de donner les lignes directrices des restructurations qu’elle entend mener dans le groupe.

 

Les salariés vont encore être les grands perdants de ces choix purement financiers. Par une note interne, la manufacture explique que les syndicats « CFDT, SUD et CGC »,
ayant participés au groupe de travail souhaitent que leurs diagnostics puissent être partagés site par site pour associer et mobiliser tous les salariés.

 

Nous apprenons par les médias qui détiennent un document diffusé au sein du groupe de travail, que des sites seraient plus particulièrement impactés.
Pour rappel, la CGT refusant l’engagement de confidentialité qui liait les participants et empêchait le syndicat CGT de jouer son rôle, d’information, de défense et de proposition auprès des salariés n’a pas participé à ce groupe de travail. D’autre part celui-ci à courtcircuité le dialogue sur tous les sites, pour preuve, les salariés de la Roche/Yon ont appris par la presse qu’ils seraient impacté.

 

Pour ces raisons de loyauté envers les salariés, la CGT ne détient donc pas ce document.

 

La CGT comprend mieux l’objectif de cette confidentialité à tout prix associant les syndicats nommé ci-dessus et la direction dans la recherche de leviers qui se retrouveront dans le chantage à l’emploi. La direction ne reculera devant rien pour faire accepter sous couvert de dialogue social, des mesures de régressions sociales, comme cela c’est déjà produit avec les accords de compétitivité, de réactivité et de flexibilité.

 

Michelin entend bien utiliser à son avantage pour aller encore plus loin la loi Travail combattu par la CGT, qui par l’inversion de la hiérarchie des normes lui permettront la mise en place d’accords inférieurs au Code du travail et à la Convention Collective Nationale du Caoutchouc.

 

Le profit et l’augmentation des marges sont les seuls arguments recevables pour Michelin et cela au détriment des conditions de vie et de travail des salariés et de la réponse aux besoins des clients.

 

Une direction qui en connaissance de cause préfère perdre des marchés de pneus agricoles et poids lourds faisant suite à une augmentation des prix rejetés par les clients.

 

Ces derniers sont donc partis à la concurrence.

 

Ce sont également les choix de délocalisation des productions, de services administratifs, de recherche, fait par Michelin qui aujourd’hui affaiblissent tous le tissu industriel français.

 

Cette politique mené au nom de la finance, fait qu’il n’y a plus aucun produit Michelin fabriqué au Royaume Uni, doit-on en arriver à cette situation en France ?

 

C’est cette politique de marge et de profit pour satisfaire les actionnaires qui sont des véritables parasites, qui aujourd’hui comme hier, détruisent nos emplois, nos sites et nos familles.

 

Nous ne pouvons pas faire abstraction des 330 millions d’euros d’aides publics dont a bénéficié Michelin sur les 5 dernières années. Ceux-ci n’ont jamais contribué à préserver nos emplois, mais par contre ont assuré l’augmentation constante des dividendes.

Pour la CGT il est possible de produire en France, car c’est une réponse aux besoins de la population et de la société qui est nécessaire.

 

Alors que les questions environnementales, climatiques, font partis des enjeux politiques majeurs, il est important de produire au plus près du consommateur au lieu de faire circuler
les produits sur la moitié de la planète.

 

C’est pourquoi nous revendiquons le maintien des productions actuelles et le développement de nouvelles activités et productions en France.”

 

 

 

new CGT Michelin 02 045 16

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer