Autres journaux



mardi 9 avril 2024 à 05:16

Opposition ferme et définitive à la Ferme-prison à Ciry

8 avril 2024, le conseil municipal a voté le refus du projet.



 

Lors de la séance du Conseil Municipal de Ciry ce lundi 8 avril 2024, union des 19 élus municipaux cirysiens sur l’opposition au projet lors du vote, une abstention motivée.

 

Alain ROBERT a débuté cette séance du Conseil par un rappel des articles du Code Général des collectivités règlementant le déroulement des séances publiques des conseils municipaux.

A cette solennité officielle le public présent en nombre dans la salle et à l’extérieur de la mairie a répondu par le  calme et le respect des institutions.

Dans une atmosphère apaisée l’ordre du jour s’est déroulé et le point crucial a été abordé à la question 5 : dossier de la ferme prison soutenu par l’association la Ferme des fruits de la terre de Chalon sur Saône.

Le Maire, Alain ROBERT, a développé de manière transparente et exhaustive la chronologie du dossier depuis le 6 décembre lorsqu’il a eu connaissance du projet. Date par date il a énoncé les rendez vous, les réunions, les envois de courriers à l’association, au Préfet et au Sous Prefet, les intervenions des élus nationaux ou auprès des élus parlementaires, locaux, de la Présidente de l’association des communes de Saône et loire, Mme Jarrot, auprès de la gendarmerie. Il rappelle la réunion un samedi matin avec Maitre Vermorel pour envisager juridiquement le dossier.

Il a expliqué à ses collègues et au public pourquoi la commune n’a pu s’opposer juridiquement au projet à la vente de la ferme Vincent. C’est un des nœuds du problème. Il s’agit de terrains agricoles et seule la Safer dispose du droit de préemption, elle n’a pas décidé de s’en servir. Lors de la présentation succincte du projet par l’association le 6 décembre dernier, la Safer était présente aussi. Ce jour là les élus présents se sont vivement opposés à ce dossier, l’ont fait savoir à M Sarrazin et le Maire a envoyé aussitôt un courrier au Préfet et au sous préfet pour marquer officiellement son opposition.

Alain ROBERT informe le public que le collectif « non à la ferme-prison » comporte maintenant 1200 membres soit plus de la moitie du chiffre de la population de la commune.
Facebook « Nonalafermeprison Cirylenoble » https://www.facebook.com/profile.php?id=61557764124783
 

Le Conseil municipal a donc voté l’opposition au projet de ferme-prison par 18 voix et une abstension. Le public a applaudi à ce vote. Quelques questions ont été posées sur la suite qui sera donnée, sur le manque de soutien des maires du voisinage. David Marti et Mme Jarrot sont intervenus personnellement auprès du préfet et Viviane Perrin conseillère départementale du Canton de Saint Vallier a apporté son soutien à Monsieur le Maire.

S’il n’y a pas eu de question sur le fait que la commune n’ait pas préempté, question posée par le collectif, c’est que le Maire dans sa présentation à répondu clairement. Par contre un membre du public s’est interrogé sur « Qui a eu cette idée ? », sous entendu l’idée de venir implanter cette ferme prison ici à Ciry. Monsieur le Maire explique que c’est l’état qui a eu cette idée, « nous nous sommes fait avoir ».

Madame  Marie-Rose BLETRY  a demandé la parole ensuite pour exposer les sentiments profonds qui l’animent face à ce dossier. Elle s’est exprimée avec calme, dignité, mais une ferme résoltution. Elle a expliqué ce qu’il y avait  d’indécent à vouloir construire une ferme prison à Rozelay, lieu d’un drame terrible, celui de  Carolle Soltysiak assassinée à proximité de l’endroit retenu. Pour conclure  elle a prononcé cette phrase terrible : « je n’ai pas envie de voir l’assassin de ma fille venir cultiver dans cette ferme-prison ».

Une personne a voulu expliquer qu’il a travaillé comme formateur en prison et essayé de présenter le public des délinquants concernés en minorant la gravité de leurs peines mais la bronca de la foule et la demande du Maire, l’ont obligé à mettre fin à son exposé. Une autre personne, parent d’élève, s’est interrogé sur le rôle de l’éducation nationale comme levier. D’après elle il semble que l’Inspectrice d’académie ait répondu que ce n’était pas son problème.

Nous disions plus haut « union des 19 élus municipaux Cirysiens » mais il n’y a pas forcément union au niveau des motivations qui s’avèrent différentes pour la majorité et la minorité, et même pour Jean-Pascal BERNADAT qui s’est abstenu. Sur le fond il n’est pas opposé à ce type d’établissement et de travail de réinsertion, il a participé professionnellement à la réalisation de tels établissements que celui-ci.  Mais la situation géographique du projet, sa proximité avec des habitations et des établissements scolaires le gène énormément.

L’opposition sous la houlette de Jean-Charles DIRY a mis l’accent sur les phases préparatoires, sur le manque d’informations préalables et sur le manque de consultation des élus et des habitants dès le début du dossier. « Nous ne remettons pas en cause le principe même de l’accompagnement des détenus en fin de peine (…) mais faute de disposer de tous les élements (type de détenus, modalités organisationnelles de prise en charge de la ferme, compensation de la perte de la valeur locative des habitations existantes, encadrement, calendrier) (…) Il aurait fallu faire preuve de transparence et de clarté, ce qui au regard des échanges entre les parties prenantes n’a pas été le cas(…) En l’absence d’éléments, les élus de l’opposition expriment en l’état des informations dont ils disposent, leur désaccord avec ce Projet ». Le futur déroulement du dossier devrait pouvoir compter sur le maintien de l’union.

 

Décision du conseil, maintenant attendre la suite et la réaction de l’association. Nous les avons contactés après le conseil par SMS et nous attendons leur réaction.

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




11 commentaires sur “Opposition ferme et définitive à la Ferme-prison à Ciry”

  1. samgrat dit :

    chez les autres pas chez nous, comme les éoliennes. C’est bien ,y a pas mieux MAIS…

  2. cervap dit :

    moi je rajouterai des terroristes aussi pendant qu’on y est

    vous etes tous egoiste et ne regarder que votre petit nombril

    quand a la municipalité le maire en tête , quel manque de courage et d’ouverture mais bon pour etre tranquille, il vaut mieux etre du coté de la population

    c’est pathétique

    bonne journée

  3. Gerard13 dit :

    On refuse des personnes en fin de peine encadrées et sans une démarche de réinsertion mais on peut avoir à côté de soi ces mêmes personnes une fois leur peine effectuée , seuls , livrées à elles mêmes et leur démons . Allez comprendre les gens …

  4. BALLI dit :

    Bravo à la Municipalité… En lisant le précédent article, je craignais que les choses ne soient définitivement actées, mais il semblerait donc qu’on puisse encore interdire cette installation d’anciens violeurs, braqueurs et bandits, dont tout le monde, dans un rayon de 50km, va allègrement se passer!… Suggérons aux bisounours d’Emaüs d’acheter des « fermes » en Afrique (55 fois plus grande que la France!…) pour y loger leurs protégés, ce sera tout bénéfique, cout ridicule du terrain, zéro chauffage, et gardiens à 100€/mois…

  5. virginie85 dit :

    Les habitants ont raison de vouloir vivre en paix ce n est quand même pas difficile a comprendre…tout le monde veut vivre en paix a part ceux qui sont du côté des délinquants…. quand quelqu’un de leur famille se fera agressé par ses individus ils devront les premiers a crier au scandale….

  6. mariec71 dit :

    Savez-vous que le curé de Ciry est aumônier à la prison, et connaît bien ce dossier ?
    Vous devriez l’inviter à vous faire part de sa réflexion.
    Personnellement, ce projet ne me gêne pas, et pourtant j’habite tout près.